Le bien être en perspective internationale à Dublin

Le bien-être à l’école est un sujet qui polarise manifestement l’attention depuis quelques mois, comme en témoignent par exemple cette année le dossier du CNESCO sur la qualité de vie à l’école  ou le colloque d’octobre dernier sur le bien-être en éducation.

C’était aussi l’objet de la conférence annuelle du CIDREE à Dublin les 9 et 10 novembre dernier, pour le lancement de la publication annuelle du réseau ‘(« Yearbook ») : « Wellbeing in our schools : international perspectives »

L’ouvrage rassemble les contributions de 12 pays concernant cette thématique, montrant une préoccupation commune malgré des états d’avancement très différents en Europe. Ainsi,  certains pays comme l’Irlande ont intégré la notion de bien-être au coeur de leur curriculum avec des temps réservés et une série d’indicateurs opérationnels partagés tant par les personnels de l’éducation que par les élèves, les parents et les autres parties prenants de l’école.

Qu’est ce que ce bien être ? Selon les acteurs et selon les pays, il contient évidemment un certain nombre de besoins évidents mais pas toujours satisfaits, telles que l’alimentation suffisante et équilibrée, les vêtements, le sommeil, une activité physique régulière, l’intégrité de la personne, le respect de son corps, de sa sexualité… Il contient aussi ce qu’on inclut parfois dans le terme de bon climat scolaire, à savoir une certaine bienveillance, des évaluations et des enseignements qui n’humilient pas, des conditions propices aux apprentissages (dont les espaces architecturaux, les supports d’apprentissage…), des relations équilibrées entre adultes et enfants, etc. Il peut enfin contenir le développement de compétences indispensables au développement de chacun dans le cadre scolaire, comme la possibilité de prendre la parole, de contribuer au groupe, de pouvoir s’exprimer au travers de diverses activités…

Au delà des éléments, plus ou moins opérationnels selon les pays, Andy Hargreaves, invité de cette conférence, s’est risqué à lancer l’hypothèse d’un nouvel âge éducatif auquel correspondrait cette convergente préoccupation concernant le bien-être des élèves.

Selon lui, le débat éducatif a été marqué entre 2000 et 2014 au niveau international par des préoccupations centrées sur l’efficacité mesurée en termes de performance aux examens et aux divers tests externes standardisés. Le développement des enquêtes PISA de l’OCDE ou l’obsession de l’évaluation développée par la plupart des pays anglo-saxons témoigneraient de cette période.

A l’inverse, on entrerait aujourd’hui dans un nouvel âge marqué par la préoccupation du bien-être des élèves, qui ne peut se mesurer uniquement par des résultats scolaires à court terme, même si l’apprentissage ne peut que bénéficier du bien-être des élèves. Pour cela, Andy Hargreaves s’est notamment appuyé sur l’exemple de l’Ontario, au Canada, dont les politiques visant l’amélioration du climat scolaire, l’inclusion des différentes cultures et le développement du bien être des élèves, sont allés de pair avec des performances croissantes en terme de résultats éducatifs.

Ces constats plaident à ses yeux pour revenir sur la séparation trop souvent constaté dans l’éducation entre deux mondes : ceux qui s’occupent du bien être des élèves, qui sont souvent spécialistes de santé mentale ou physique, et ceux qui s’occupent de réussite scolaire en tant que spécialistes des savoirs et des connaissances académiques. En termes plus français, on pourrait dire qu’il s’agit de réduire le décalage entre la dimension « éducative » et la dimension « scolaire » de la réussite, la première étant dans notre contexte national souvent considérée comme auxiliaire, au service de la performance, alors qu’on pourrait envisager qu’à long terme l’objectif de l’école est bien le développement éducatif plus que la réussite aux examens.

PS : on peut retrouver un certain nombre de tweets autour de la conférence en suivant #cidree17 (https://twitter.com/hashtag/cidree17 ).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *