La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (4) – symposium

Jeudi 19 octobre après-midi, dans le cadre du colloque international des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté « Quelles références pour les didactiques de l’histoire, de la géographie, de l’éducation à la citoyenneté ? », qui fait l’objet d’un compte-rendu en quatre parties (présentation, séances plénières, ateliers, symposium) sur Eduveille, quatre interventions à plusieurs voix ont permis aux membres du réseau REPCITé (Réseau d’études pluridisciplinaires sur la citoyenneté et l’éducation), ancré dans la psychologie, de partager avec des didacticiens leurs références et quelques résultats de recherche, dans le cadre du symposium « didactique de l’éducation à la citoyenneté : contributions pluridisciplinaires des recherches menées en sciences humaines et sociales ».

Ania Beaumatin (université Toulouse Jean Jaurès) a tout d’abord rappelé la genèse du réseau, fondé par trois équipes de psychologie à Toulouse et à Bordeaux avant de s’ouvrir à d’autres disciplines et d’autres laboratoires (11 aujourd’hui). Deux axes structurent des travaux dont le dénominateur commun est l’héritage des travaux sur la socialisation et la personnalisation effectués par P. Malrieu : un travail pluridisciplinaire autour de la notion polysémique de citoyenneté et la recherche sur le terrain. Les membres du réseau articulent citoyenneté, éducation et socialisation dans leur interrogation de la construction du rapport à la citoyenneté chez le sujet – enfant, adolescent, adulte – au regard des contextes sociaux, culturels, institutionnels et pédagogiques. Les trois dimensions de la citoyenneté qu’ils mettent en valeur – ancrage dans des valeurs, exercice de droits et de devoirs et dynamique de transformations sociales -, sont reliées à des conceptions sous-jacentes de l’enfant et de l’adolescent en mutation, notamment depuis la convention internationale des droits de l’enfant de 1989. Les travaux entrepris réinterrogent ceux sur la socialisation politique entrepris en sociologie politique : pour les psychologues de l’enfance, l’enfant est un acteur actif qui construit activement un point de vue sur des valeurs et pratiques transmises, notamment dans le cadre familial. Conduites en partenariat entre disciplines et professionnels, les recherches sur le terrain portent sur le rapport à la citoyenneté des enfants et des adolescents : dimensions de la citoyenneté, objets et instances – explicites et implicites – de transmission, modalités d’appropriation.

Martine Alcorta (université de Bordeaux), Stéphanie Constans (IUT de Rennes) et Véronique Rouyer (université de Limoges) ont ensuite éclairé des débats portant sur l’« éducation à la citoyenneté de l’enfant à l’école » par des « contributions de la psychologie du développement et de l’éducation ». Pour M. Alcorta, la dynamique de normativité est au centre de leur analyse : l’éducation à la citoyenneté peut-elle y échapper ? La philosophie d’H. Arendt (vie et monde, formation et éducation) croisée avec la psychologie du développement de J. Piaget et celle des apprentissages de L. Vygotsky (instruments psychologiques) ont été convoquées pour répondre à cette question. Au final, enseigner par exemple à un élève comment la démocratie a été fabriquée par les générations antérieures ne lui confère pas un statut de citoyen – déjà possédé – mais surtout lui donne le pouvoir d’en être un, il s’agit donc d’un moyen de son émancipation.

Dans la continuité de cette proposition a ensuite été posée la question des tensions entre apprentissage et expérience dans l’éducation à la citoyenneté. Reprenant les conclusions du rapport scientifique rédigé pour le Cnesco en 2016 par G. Bozec (université de Nice) sur l’éducation à la citoyenneté à l’école. Politiques, pratiques scolaires et effets sur les élèves, S. Constans a souligné la dichotomie entre la valorisation de l’acquisition de savoirs et de pratiques par l’action (pédagogie du débat en classe, engagement dans des instances participatives dans le cadre de la vie scolaire ou hors école) et son faible écho effectif. Les dimensions de la citoyenneté véhiculées, la place de l’autorité dans la relation éducative, le type de savoirs transmis au sein de l’institution scolaire y posent question.

Enfin, Véronique Rouyer a présenté l’étude exploratoire menée par des chercheurs venant des champs de l’anthropologie, des sciences politiques et de la sociologie sur le conseil municipal d’enfants de Bordeaux, dispositif miniature de démocratie représentative et participative à destination d’élèves de CM1-CM2. Au-delà de l’expérience commune, les appropriations du mandat sont à différencier, entre adhésion et engagement d’un côté, prise de distance de l’autre. Un suivi longitudinal plus ambitieux en direction des enfants élus, de leur famille et de leurs enseignants, a été mis en place pour les années 2017-2019.

Dans un troisième temps, Bruno Fondeville (ESPE de Midi-Pyrénées) et Audrey Girard (Ecole d’Application Debussy) ont présenté les résultats de leur recherche collaborative utilisant les cadres théoriques de la psychologie socio-culturelle et la méthodologie de l’analyse de l’activité enseignante. Le conseil d’élèves tel que pratiqué en CE2 par A. Girard prend ses sources dans les références de la pédagogie institutionnelle de F. Oury (conseils coopératifs) mais a posé la question des modalités et des effets de l’étayage des échanges par l’enseignant pour créer un espace de parole sécurisée.

Frédéric Fourchard (université Toulouse Jean Jaurès) et Nathalie Panissal (université de Limoges) ont enfin analysé un atelier de discussion monté dans un collège toulousain suite aux attentats de 2015. Croisant approches empruntées à la psychologie de Ph. Malrieu, à la psychologie politique (A. Dorna) et à la didactique de l’éducation à la citoyenneté (F. Audigier) et de la philosophie (M. Lipman), enfin à l’enquête selon J. Dewey, ils ont posé en psychologues un regard global, holistique, sur les adolescents qui ont pris part à ces ateliers et ont utilisé la méthodologie de l’analyse du discours, dans le cas étudié plus cumulatif plus qu’argumentatif, pour montrer que la citoyenneté selon ces élèves ne prend pas en compte les outils de la démocratie d’expression et participative et que le poids des réseaux sociaux dans leur construction identitaire et leur socialisation dépasse leur seule dimension citoyenne, rendant d’autant plus essentielle l’Education aux Médias et à l’Information.

Quelques références partagées par l’équipe REPCITé

  1. Colloque international « Littérature, société et droits de l’enfant », Enfances, 1990, 43, 1-2, p.5-233
  2. J. Dewey, Experience and Education, New York, MacMillan, 1938
  3. A. Dorna, « Citoyenneté : l’enjeu démocratique », C@hiers de psychologie politique, 9, 2, 2006
  4. A. Le Pors, La Citoyenneté, Paris, Presses Universitaires de France, 2011
  5. Ph. Malrieu, S. Malrieu & D. Widlöcher, D., La formation de la personnalité. Traité de psychologie de l’enfant, Paris, Presses universitaires de France, 1973 (4ème édition)
  6. M. Lipman, A l’école de la pensée. Enseigner une pensée holistique, Bruxelles, de Boeck, 2006

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *