La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (2) – séances plénières

Dans le cadre du colloque international des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté « Quelles références pour les didactiques de l’histoire, de la géographie, de l’éducation à la citoyenneté ? » présenté sur Eduveille (présentation, séances plénières, ateliers, symposium), quatre manifestations se sont tenues dans l’amphithéâtre Averroès de l’ESPE de Bordeaux et ont permis de nourrir des échanges communs de plus en plus ciblés sur l’éducation à la citoyenneté.

Dans sa conférence inaugurale, « Des didactiques qui font feu de tout bois ? », Nicole Tutiaux-Guillon (ESPE Lille Nord de France) a replacé dans leurs contextes les interrogations communes sur les références en didactique des sciences sociales et humaines. Ces références se sont construites pragmatiquement, à partir des années 1980, en partant d’objets de recherche ancrés dans des sciences contributoires (plus diverses pour l’éducation à la citoyenneté que pour l’histoire et la géographie) et dans des pratiques professionnelles à dénaturaliser. Sont ensuite venus s’ajouter des apports d’autres sciences sociales et humaines en fonction des questions posées par les didacticiens au fil des directions prises par leurs recherches, même si ce soubassement est différemment articulé selon les productions finales (thèse, article, intervention). Aujourd’hui, l’ancrage des didacticiens dans des références scientifiques s’effectue souvent dans des laboratoires pluridisciplinaires ; cette configuration appelle à adopter des cadres théoriques extérieurs à la discipline, donc à prendre en compte des emprunts aux autres sciences sociales et humaines, aux sciences de l’éducation, aux autres didactiques, au risque de la dénaturalisation du concept, de l’incohérence et de l’incompatibilité des références, des contraintes de l’interdisciplinarité prescrite, ou au contraire dans l’espoir de faire dialoguer de façon heuristique des traditions diverses, dans l’esprit du « bricolage » (C. Lévi-Strauss, La pensée sauvage, 1960). Dans un dernier temps de l’exposé, la question des références s’est élargie à leur légitimité scientifique, sociale et axiologique. Au vu du cadre institutionnel de l’enseignement supérieur, quelles références mobiliser dans une stratégie de constitution d’un champ propre aux didactiques disciplinaires ? Quelle place accorder aux références dans les publications et interventions destinées aux formateurs et aux enseignants ? Au prix de quels déplacements conceptuels le dialogue entre chercheurs et professionnels a-t-il lieu ? Sous l’influence du débat politique, d’enjeux civiques et de questionnements éthiques, quelles valeurs sous-tendent, de façon souvent implicite, les choix de références opérés par les chercheurs ? Comment les didacticiens se positionnent-ils sur les usages sociaux de l’histoire, la géographie citoyenne ou sur les valeurs intrinsèquement liées à l’éducation à la citoyenneté ? Dans leurs commentaires, Jean-François Thémines (Université de Caen Normandie) et Jean-François Cardin (Université de Laval) ont insisté sur les dimensions empirique, topologique et axiologique de l’intervention, et présenté un exercice d’egohistoire, montrant la constitution progressive de trois systèmes référentiels de recherche en didactique : empirique, puis théorique et méthodologique, enfin international et en particulier anglosaxon.

Le même jour, la première table ronde consacrée aux concepts nomades a pris pour objet deux notions éminemment actuelles pour la didactique de l’éducation à la citoyenneté : espace public a été pris en charge par Marco Lupatini (université de Fribourg), esprit critique par Marc-André Ethier (université de Montréal). La polysémie et la complexité de l’expression « espace public » a été au centre de la première intervention : ont été convoquées des disciplines telles que l’urbanisme, l’architecture, la géographie, puis la philosophie, la psychologie et la sociologie, de T. Paquot à M. Lussault et J. Lévy en passant par R. Brunet, H. Arendt et J. Habermas. Le concept d’esprit critique est quant à lui de plus en plus fréquemment mobilisé dans le discours institutionnel éducatif et dans les recherches en didactique de l’histoire, aux Etats-Unis comme en France. Les réactions de la part des auditeurs ont mis au jour les difficultés à articuler innovation dans la recherche par l’utilisation de concepts-outils redéfinis par le chercheur en fonction de ses questions et de ses objets, dans une tension heuristique féconde – mais chronophage – avec les représentants des disciplines de référence et la stabilisation nécessaire de ces mêmes concepts afin de les transmettre aux étudiants et futurs enseignants, malgré la diffusion d’outils de travail comme les dictionnaires.

La table ronde du lendemain, intitulée « quelles références pour des domaines émergents ? » a vu une deuxième intervention de Nicole Tutiaux-Guillon, pensée comme proposition d’analyse didactique de l’éducation à la diversité ethno-culturelle en France. Concept embryonnaire plus qu’émergent, il n’est pas une prescription institutionnelle, même si certains textes récents (programmes d’enseignement moral et civique de 2015, socle commun de connaissances, de compétences et de culture de 2016, rapport scientifique du Cnesco sur l’amplification des inégalités sociales et migratoires à l’école de 2016) peuvent y inviter. Le contexte international peut également servir de levier à ce propos : travaux du Conseil de l’Europe dès les années 1990 auxquels a contribué F. Audigier (par exemple Citoyenneté démocratique, langues, diversité et droits de l’homme, 2002), le guide Global Competency for an inclusive World de l’OCDE (2016) publié en vue de l’évaluation PISA de 2018 qui évaluera aussi la global competency des élèves. Un cadre multiculturel, du fait de la présence de communautés autochtones sur le territoire national ou de populations issues de l’immigration, pose le défi de la résolution des tensions dans l’éducation à la citoyenneté entre normativité homogénéisante de l’Etat-nation et reconnaissance de droits individuels. Comment rendre le pluralisme compatible avec les valeurs démocratiques universalistes ? Même en l’absence de prescription institutionnelle, le chercheur peut construire cet objet de recherche émergent dans la mesure où il s’appuie sur des contenus disciplinaires construits, enseignés et appris, qui questionnent le système scolaire, l’interpellent, le dérangent. La deuxième partie de l’intervention a illustré cette thèse en prenant comme objet l’immigration et les travaux actuels d’A. Destailleur, différenciant contenus potentiels, contenus empêchés (apportés par l’élève mais disqualifiés par l’enseignant en ce qu’ils peuvent engendrer des conflits portant sur les cultures et leur métissage) et contenus induits. Amenée par Sylvain Doussot (université de Nantes), la discussion, commune aux différents concepts émergents présentés, les a resitués en fonction de la nature des débats – médiatiques, sociaux, prenant une forme scolaire – amenés par ces questions.

La dernière table ronde, « Quelles épistémologies des didactiques ? » a permis à Carla Peck (université d’Alberta) de présenter en français sa « recherche sur l’identité ethnoculturelle et la conscience historique » des élèves canadiens. En quoi les identités ethniques des élèves influencent-elles leur compréhension du récit historique canadien ? La définition de la citoyenneté choisie met en exergue non un statut juridique mais, dans la lignée des travaux de B. Anderson, une communauté imaginaire, un sentiment d’appartenance à une communauté. L’identité est à ce titre plurielle, dynamique et multiscalaire. Le propos s’est ancré plus largement dans un cadre de références anglo-saxon (philosophie politique du Canadien W. Kymlicka, cultural studies du sociologue britannique S. Hall, politique de la reconnaissance du philosophe canadien C. Taylor, linguistique de J. Cummins et M. Early) et un contexte canadien présenté comme unique, combinant diversité du peuplement, protection constitutionnelle des minorités et intégration du multiculturalisme dans le récit (national et projeté) sur le Canada. Dans le cadre de cette recherche, les élèves ayant rédigé un texte dans lequel ils répondaient à la question ouverte de leur auto-identification, qui s’est révélée complexe, fluide et transitoire.

En complément de ces séances plénières quotidiennes, les discussions se sont tenues dans le cadre de nombreux ateliers (3).

Pour aller plus loin : références bibliographiques

  1. B. Anderson, L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2006)
  2. A. Barthes, J.-M. Lange & N. Tutiaux-Guillon (dir.), Dictionnaire critique des enjeux et concepts des « éducation à », Paris, L’harmattan, 2017
  3. Y. Lenoir, C. Xypas & C. Jamet (dir.), Ecole et citoyenneté. Un défi multiculturel, Paris, A. Colin, 2006
  4. N. Tutiaux-Guillon, Interpréter la stabilité d’une discipline scolaire : l’histoire-géographie dans le secondaire français, in F. Audigier & N. Tutiaux-Guillon (dir.), Compétences et contenus. Les curriculums en questions, Bruxelles, de Boeck, 2008, p.111-146
  5. N. Tutiaux-Guillon, Le difficile enseignement des « questions vives » en histoire-géographie, in A. Legardez & L. Simmonneaux (dir.), L’école à épreuve de l’actualité : enseigner les questions vives, Issy-les-Moulineaux, ESF, 2006, p.119-135

Pour aller plus loin : l’agenda des colloques internationaux

« Diversité culturelle et citoyenneté : enjeux éducatifs à l’heure de la mondialisation » (Corte, 12-14 octobre 2017 ; université de Corse Pascal Paoli / CNRS)

« Débattre du paysage. Enjeux didactiques, processus d’apprentissage, formations » (université de Genève, 25-27 octobre 2017 ; projet Didactique du paysage. Mutualisation des expériences et perspectives didactiques à propos des controverses paysagères)

« Citoyenneté, identité et altérité » (Paris, 6 au 8 juin 2018, 4ème Conférence de l’Association Internationale de recherche en didactique de l’histoire et des sciences sociales – AIRDHSS)

« Communautés éducatives : formations et pratiques en contexte de diversité » (Genève, 18 au 20 juin 2018 ; 3èmes rencontres du Réseau International Education et Diversité – RIED)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *