Politique éducative et répartition des moyens : suffit-il de dire ce qui est juste ?

Une intéressante note de France Stratégie vient d’être publiée concernant l’évaluation des moyens humains accordés aux collèges. Pour résumer grossièrement, il s’agit de vérifier si les taux d’encadrement effectifs correspondent à la répartition des établissements entre collèges ordinaires, collèges en réseaux d’éducation prioritaire (REP) et collèges en REP +.  La réponse est sans surprise contrastée : ce n’est pas systématiquement dans les collèges ciblés de façon prioritaire que l’on trouve les meilleurs taux d’encadrement. Divers facteurs, comme la taille de l’établissement, sa situation plus ou moins rurale ou certains effets d’inertie, produisent des répartition de moyens qui ne sont pas justifiables par les objectifs officiels des politiques publiques. S’en suivent des recommandations pour rendre tout cela plus transparent et plus efficace.

Ce qui dans l’idéal devrait compléter cette note, comme souvent dans ce type d’analyses très sérieuses du point de vue de leur méthodologie propre, c’est la prise en compte de logiques sociales et politiques (voire même pédagogiques) qui permettraient de comprendre pourquoi les recommandations courent le risque de n’être que partiellement ou peu suivies par les autorités publiques et académiques.

Dans les politiques publiques éducatives, il ne suffit pas seulement de prôner ce qui serait « juste »  mais aussi de prendre en compte ce qui est « possible » au regard de l’état de la société, et notamment du jeu des groupes sociaux, des familles, des responsables politiques, etc. Élargir ses marges de manoeuvre en la matière implique au préalable de ne pas  ignorer ces contraintes.

Quiconque a été en situation de pilotage dans l’éducation nationale sait très bien que l’inertie dénoncée dans la répartition des moyens ne signifie pas uniquement une sorte de résistance archaïque ou bureaucratique à une modernité transparente et vertueuse. Elle constitue aussi souvent une réponse, pas forcément idéale, à la nécessité de maintenir des équilibres locaux (par exemple dans des situations de concurrence larvée entre établissements publics voire privés), à ne pas briser des dynamiques d’établissements (que l’encadrement de l’éducation nationale connait très bien), à ne pas créer des situations de blocage avec des groupes de parents particulièrement influents (et dont l’origine sociale est souvent inverse avec le ciblage des politiques vers les populations les plus défavorisées…) ou avec des syndicats de personnels qui s’efforcent de défendre que des enseignants ne soient pas affectés n’importe comment, etc. On ne peut donc pas travailler efficacement sur la répartition des moyens sans se poser dans le même temps des questions sur l’inscription de l’établissement dans des configurations locales précises et sur les leviers et outils qui peuvent mettre les acteurs dans des dispositions plus favorables au objectifs poursuivis par les politiques éducatives, plutôt que d’agir sur la simple allocation technique des moyens.

Tout ceci (que reconnait la note quand elle évoque la nécessite de travailler aussi à une échelle locale différente de l’étude) ne légitime pas certaines pratiques ou certains résultats contraires aux objectifs de la politique publique, mais elle permet de comprendre où sont précisément les obstacles et les verrous pour ne pas en rester à des injonctions impuissantes.  Nombre de réformateurs – auto-proclamés ou non- de l’éducation nationale n’ont pas réussi à faire dépasser à leurs ambitions le stade du discours, faute de prise en compte de la réalité du déploiement des politiques publiques.

Référence : Clément Dherbécourt & Nicolas Le Ru (2017), Élèves, professeurs et personnels des collèges publics sont-ils équitablement répartis ?, Note d’analyse France Stratégie, n°61, septembre 2017. http://www.strategie.gouv.fr/publications/eleves-professeurs-personnels-colleges-publics-equitablement-repartis 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *