Le monde académique vu depuis Shanghaï

Le classement de Shangaï ne porte pas uniquement sur les performances académiques globales des établissements d’enseignement supérieur. Il dresse également un palmarès disciplinaire sensé répondre à la question suivante : quelles sont les meilleures universités dans telle ou telle discipline ?
L’édition 2017 du Global Ranking of Academic Subjects est à cet égard riche d’enseignement sur l’arbitraire à la source d’une vision du monde académique largement techniciste, dominée par les sciences de l’ingénieur, décomposées en plus de 20 disciplines. Les sciences sociales sont elles au nombre de 14, les sciences de la nature ne comportent que 5 disciplines, contre 6 pour les sciences de la vie et les sciences médicales.

Un regard français pourra s’étonner de cette domination de l’ingénierie, alors que ce grand domaine n’existe pas en tant que tel dans la classification du CNU. Un regard français ne manquera pas non plus de remarquer l’absence totale des humanités dans cette classification de l’excellence académique : pas d’histoire, pas de philosophie, pas de littérature, pas de langues.

Au delà de ce découpage en 52 disciplines, le niveau d’exigences pour entrer dans le panel de Shangaï redessine des hiérarchies qualifiées par la production scientifique des disciplines. Ainsi pour être intégrés dans l’analyse en géographie ou en écologie, toutes deux rattachées au domaine des sciences de la nature, les établissements doivent avoir produit au moins 50 publications entre 2011 et 2015, alors que le nombre minimum s’élève à 100 en mathématiques et 200 en physique ou chimie.
Dans les sciences sociales, la psychologie fait exception avec 100 publications exigées, alors que les autres disciplines sont majoritairement affectées au groupe des 50 publications ; les exigences sont encore abaissées pour la communication, le tourisme et l’administration publique (25 publications) qui côtoient des disciplines où le niveau de confidentialité et/ou la nécessité du temps long justifient un nombre réduit de publications (études aérospatiales, marines ou minières).

Une vision du monde académique, appelée à devenir notre propre vision ?…

—–
Pour d’autres réflexions sur ces classements qui nous gouvernent, on pourra se reporter :
– au livre publié par Christine Musselin en début d’année : La grande course des universités.
– et au rapport d’inspection rendu public en août : La prise en compte des classements internationaux dans les politiques de site


2 réflexions au sujet de « Le monde académique vu depuis Shanghaï »

  1. Euhhh… Shanghai plutôt que Shangaï? La transcription Wade-Giles est assez passée de mode, et tant qu’à faire, il aurait été préférable de prendre au moins la transcription EFEO; mais de nos jours, c’est le pin-yin, mis en place par les chinois et non par les puissances européennes du 19ème siècle, qui s’impose.

    1. Merci de ces précisions ! il est vrai que je ne suis pas très calée en transcription alphabétique chinoise… en plus d’être étourdie sur un plan orthographique !
      Enfin, grâce à vous j’ai fait un énorme bond en passant directement du 19e au 21e siècles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *