Les Lesson Studies, à la croisée du travail collectif et de la formation des enseignants

La Lesson Study a des apports en matière de compétences professionnelles mais elle peut s’apparenter également à une méthode de développement personnel. Dans cette optique, il faut la replacer dans les débats actuels de la communauté éducative, indiquer les difficultés qu’elle pose mais aussi montrer ses avantages pour avoir une meilleure idée de sa valeur pédagogique.

LA LESSON STUDY COMME RÉPONSE POSSIBLE AUX BESOINS DE LA COMMUNAUTÉ ÉDUCATIVE…

Nous avons distingué trois catégories de besoins qui se complètent. Nous nous appuierons notamment sur une revue d’articles scientifiques sur les Lesson Studies par Huang et Shimizu (2016).

  • Une formation continue plus proche des enseignants

Nous l’avons vu dans le billet de blog précédent, la Lesson Study est une forme de formation continue qui ramène « l’ordinaire de la classe » au cœur de la formation, pour reprendre l’expression fréquemment utilisée. Mais porte-t-elle ses fruits à ce niveau-là ? Permet-elle d’améliorer l’enseignement ?

Huang et Shimizu (2016) recensent des apports dans les connaissances disciplinaires des enseignants, dans leurs connaissances pédagogiques, dans leur compréhension de l’apprentissage des élèves, dans le développement d’une posture critique mais aussi dans leur confiance en eux-mêmes ouvrant la voie pour innover. Les chercheurs indiquent aussi que l’enregistrement vidéo d’un cycle et notamment les discussions entre enseignants créent des supports, des ressources éducatives partageables et utiles (les vidéos étant un outil très utilisé par le Centre Alain Savary de l’IFE par exemple).

Cette liste peut sembler très générale du fait de l’enseignement qui se prête mal à des mesures standardisées. Cependant, les chercheurs restent confiants dans les apports de la Lesson Study ou, tout du moins, dans l’usage pratiques similaires.

  • Un développement du travail collectif et d’une communauté éducative

L’enseignant est bien entendu l’acteur-clé de l’éducation mais les études montrent que l’enseignement gagne à se penser en partie collectivement à la fois entre enseignants et avec les acteurs non enseignants (le chef d’établissement, les acteurs locaux, etc.), c’est l’idée d’intelligence collective. Pour ceux qui prônent l’autonomie des établissements, c’est une étape préalable nécessaire (Bouvier, 2015).

C’est l’idée de créer des networked communities (Bryk, 2014), des communautés en réseau ou plus exactement de profiter de la coopération entre acteurs pour apprendre, pour améliorer l’enseignement et l’apprentissage des élèves.

Les Lesson Studies, par leur méthode se placent exactement dans cette idée de travail collectif et de communauté éducative.

  • Un rééquilibrage entre théoriciens/chercheurs et praticiens de l’éducation

L’un des défis actuels en sciences de l’éducation est de faire coïncider recherche et pratiques qui peuvent parfois sembler déconnectées. D’où le développement de projets associant les chercheurs et les praticiens comme dans le cadre des Lieux d’éducation associés (LéA). Pour Runesson (2015), l’amalgame entre les théories de l’apprentissage et de la pédagogie avec les connaissances pratiques des enseignants permet de voir les compétences professionnelles sous un autre angle. Dans le canton de Vaud, la Haute école pédagogique a aussi testé les Lesson Studies en formation initiale, ce qui a permis aux étudiants de mieux faire le lien entre les théories qu’ils apprennent et la pratique du terrain.

… A CERTAINES CONDITIONS

  • Les obstacles à son application

La transposition de la Lesson Study pose des difficultés. En effet, l’environnement scolaire est très important dans la réussite, l’efficacité de la démarche. Cela nécessite le soutien d’autres acteurs de la communauté éducative locale. Il faut pouvoir dégager le temps nécessaire à la préparation, ce qui n’est pas forcément aisé dans le système français où l’enseignant n’est pas tenu d’être dans l’établissement en dehors de ses heures de cours. Tandis qu’au Japon, et dans d’autres pays asiatiques, l’organisation du travail enseignant n’est pas la même. En effet, l’enseignant est tenu à une présence dans l’établissement du matin au soir sans avoir en permanence des heures de cours.

  • La scientificité de la démarche en question

Même si la démarche de Lesson Study se veut également une démarche de recherche, sa scientificité peut faire débat. En effet, on peut déjà noter que la connaissance produite, les savoir-faire obtenus sont souvent situés localement (Lewis, Perry, Murata, 2006). Ainsi,  la capacité de reproduire et  de diffusion des résultats des expériences contenues dans les cycles de Lesson Studies pose question. D’ailleurs, les chercheurs japonais se plaignent eux-mêmes de ces problèmes de scientificité à propos des jugyô kenkyû.

De plus, l’efficacité de la méthode est ardue à démontrer car beaucoup de variables sont à prendre en compte et chaque expérience représente une situation unique.

  • La logique de résultats derrière les Lesson Studies peut faire débat

La Lesson Study est proche de la logique de résultats que l’on peut identifier à travers les différentes réformes de l’État dans le cadre du Nouveau management public. La démarche des Lesson Studies s’y rapproche car elle s’apparente au contrôle de qualité, très présent dans le monde de l’entreprise, qui a une focale sur la performance, sur les résultats. Or, la communauté éducative, notamment en France, reste encore dans la logique de moyens : l’enseignement est justifié par sa fonction, par sa mission alors que dans la logique de résultats, l’enseignement est justifié par les performances obtenues. Une logique pas forcément des plus compatibles à la mission d’une éducation pour tous. A titre d’exemple,  le système chilien (Plumelle, 2005) où la privatisation à outrance depuis Pinochet fait que les classes populaires sont cantonnées dans l’école publique sans moyens alors que les autres familles s’endettent pour amener leurs enfants dans des établissements qui ont plus de points communs avec l’entreprise.

Même si le lien entre la démarche et le Nouveau management public n’est pas consubstantiel, il semble néanmoins important de montrer les cadres de pensée qui peuvent y être raccrochés.

CONCLUSION DES BILLETS : FAUT-IL APPLIQUER LES LESSON STUDIES EN FRANCE ?

Il est utile d’approfondir une méthode avant de la prendre comme une solution miraculeuse, surtout en matière d’enseignement. Concernant les Lesson Studies, nous avons pu voir que cette démarche de recherche-formation avait quelques apports malgré une difficulté à cerner ses effets. Nous avons également vu que le terme renvoyait à de nombreuses variations nationales et qu’elle s’apparentait à d’autres démarches similaires mais ne se réclamant pas de cette dénomination. Dès lors, doit-on l’appliquer en France ? L’esprit derrière la méthode est très intéressant et se retrouve déjà dans des expériences menées en France. Ainsi, la Lesson Study peut être une source d’inspiration pour le développement de l’enseignement mais l’appliquer de façon mécanique peut se révéler contre-productif.

Billets précédents:

Bibliographie :

Bouvier Alain (2015). Le management pédagogique de proximité. Administration & Education, vol. 147, p.79-86.

Bryk Anthony (2015). Accelerating how we learn to improve. Educational Researcher.

Huang Ronjin, Shimizu Yoshinori (2016). Improving teaching, developing teachers and teacher educators, and linking theory and practice through lesson study in mathematics: an international perspective. ZDM Mathematics Education.

Lewis Catherine, Perry Rebecca, Murata Aki (2006). How Should Research Contribute to Instructional Improvement? The Case of Lesson Study . Educational Researcher, vol. 35, n°3, p. 3-14.

Plumelle Bernadette (2006).Chili : un système éducatif contesté. Revue internationale d’éducation de Sèvres, vol. 43, p.12-13.

Sitographie :

Centre Alain Savary : http://centre-alain-savary.ens-lyon.fr/CAS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *