La Lesson Study à travers le monde

Les Lesson Studies (LS) sont une méthode d’enseignement-apprentissage développée au Japon. Elle prend différents noms selon le contexte national. Au Japon, ce sont les jugyô kenkyû (« leçon étude ») et, dans le monde anglophone, (et le terme le plus utilisé), Lesson Study. En France et dans le monde francophone, le nom « d’étude collective d’une leçon » commence à être utilisé.

Mais ce n’est pas seulement le terme de jugyô kenkyû qui est traduit en étant adopté à l’étranger mais la méthode elle-même qui est « traduite », car elle change sur certains points. Selon le contexte, les Lesson Studies sont appropriées par les acteurs locaux, selon leurs propres interprétations, selon le contexte. Par exemple, aux États-Unis, des expériences de Lesson Studies sont menées jusque dans l’enseignement supérieur, ce qui ne se fait pas vraiment au Japon. Les chercheurs japonais sont souvent étonnés par la manière dont les jugyô kenkyû sont menées à l’étranger. Selon eux, la démarche n’est pas respectée par les Occidentaux, notamment à travers l’itération. Pour les chercheurs japonais, la jugyô kenkyû n’est pas le lieu de création d’une leçon parfaite mais un moment de recherche-formation, l’objectif est pour les enseignants de développer des compétences lors de celle-ci.

A travers ces versions nationales variées, nous pouvons voir différentes manières de concevoir l’éducation. C’est aussi une occasion d’avoir une source d’inspiration pour une éventuelle Lesson Study française. Bien entendu, ce panorama est partiel, de nombreux pays s’en sont inspiré mais cette vue avec une centration occidentale donne une meilleure idée de la possibilité en France de cette démarche en allant voir chez les voisins.

UNE DÉMARCHE INSTITUTIONNALISÉE EN ASIE

AU JAPON, AU CŒUR DE LA FORMATION DES ENSEIGNANTS

La pratique du jugyô kenkyû remonte à l’ère Meiji (ère de la modernisation correspondant à la seconde moitié du dix-neuvième siècle). C’est l’époque de création de structures modernes, on fait venir des experts occidentaux dans tous les domaines à cet effet. L’éducation n’est pas en reste et les enseignants accourent observer les leçons des experts occidentaux venant au Japon. De plus, une école normale est créée à Tokyo (future université de Tsukuba) qui diffusera ces pratiques d’observation. La transition entre ces premières observations et les jugyô kenkyû actuelles n’est pas très claire mais elles se sont normées et institutionnalisées au cours du vingtième siècle.

La jugyô kenkyû est une pratique répandue dans le système scolaire japonais, tellement répandue qu’elle est finalement partie intégrante du travail de l’enseignant. Dès leur première année de formation, avec l’aide d’enseignants expérimentés, les enseignants vont participer à des Lesson Studies. Cette démarche, ils vont la pratiquer pendant toute leur carrière au sein de leur établissement. En effet, la formation continue se déroule principalement au sein de l’école, c’est ce qu’on appelle le kônai kenshyû (« formation au sein de l’école »). Cela va de pair avec un travail enseignant fondé sur une présence dans l’établissement et non pas sur les heures de leçons, ce qui laisse le champ libre à des pratiques collectives. La jugyô kenkyû se retrouve aussi dans la recherche en éducation. En effet, dans les écoles affiliées à des universités, la démarche est l’occasion de partenariats avec les chercheurs. Également, on peut noter l’existence d’Educational Research Meetings, sorte de grandes messes de la recherche en éducation auxquelles de nombreuses personnes assistent et dont la jugyô kenkyû est un élément clé-de-voute. Enfin, elle joue aussi un rôle dans l’application du curriculum. En effet, les Conseils locaux de l’éducation l’utilisent pour établir le curriculum en fonction des standards nationaux. Pour précisions, le système scolaire japonais est fondé sur une autonomie locale semblable au système étasunien (avec la différence qu’il y a malgré tout un ministère définissant des cadres, des standards nationaux).

On peut aussi noter en matière de recherche que la distinction entre chercheur et enseignant est plus floue qu’en France. En effet, et on peut le voir dans le cadre des jugyô kenkyû, les enseignants font appel à des « experts » membres d’une même association enseignante.

EN CHINE, UNE MÉTHODE POUR ATTEINDRE LA PERFECTION

En Chine, une pratique similaire existe depuis les années 1950, c’est ce qu’on appelle le Moke. Cette démarche a été initiée en 1952 par le gouvernement. Mais, pendant longtemps, elle est peu normée, des variations existant entre les professeurs, les établissements, etc. L’institutionnalisation s’est faite dans les années 1990 quand le gouvernement a voulu tester le nouveau curriculum, d’où une fusion entre les groupes de recherche du niveau national à local avec les enseignants pratiquant le moke.

Le moke est semblable à la jugyô kenkyû mais diffère sur certains points. En effet, s’il correspond à une démarche de formation continue au sein de l’établissement, elle est seulement destinée aux jeunes enseignants débutant dans la profession. De plus, le but du moke est de faire et refaire une leçon jusqu’à satisfaction.

Le moke est très institutionnalisé avec des groupes de recherche dans chaque établissement, dans chaque district, à tous les échelons. Le groupe est mené par un leader avec également la présence d’autres professeurs (pas forcément de la même matière) et notamment le professeur mentor du débutant.

La méthode est faisable car les enseignants chinois sont payés pour leur présence dans l’établissement du matin au soir et non à l’heure (leur présence n’est pas lié aux cours prévus) comme dans le système japonais.

Existe aussi un autre équivalent des lesson studies dans les écoles affiliées aux universités, les yanke (« leçons de recherche »). Ces dernières ressemblent beaucoup à ce qui se fait au Japon. Le but ici n’est pas de raffiner une leçon mais de faire des leçons d’étude ouvertes au personnel enseignant venant même de l’extérieur dont le point commun est de s’inscrire dans le même projet de recherche.

UN ENGOUEMENT AUX ÉTATS-UNIS

Les États-Unis sont le premier pays occidental à importer les jugyô kenkyû dans les années 1990. L’importation s’est faite par le biais de chercheurs sur le Japon qui ont été fascinés par cette pratique des enseignants japonais. Le premier d’entre eux est Stigler à la fin des années 1980, qui promeut la méthode dans son livre The Teaching Gap publié en 1999. Autre grand nom dans la personne de Catherine Lewis qui crée le Lesson Study Group au Mills College (Californie) en 1999, coordonnant des projets de recherche sur cette démarche.

Akihiko Takahashi, professeur à la De Paul University (située à Chicago) est un autre de ces promoteurs éminents de la méthode. Il fonde la Lesson Study Alliance avec Thomas McDougal, un autre médium de diffusion. De plus, Takahashi ne parle pas exactement de Lesson Study mais de Collaborative Lesson Research, un autre terme à rajouter à la galaxie.

Cependant, entre la jugyô kenkyû et la version transposée, il y a quelques différences. Les Étasuniens donnent en effet un rôle important à ce qu’ils appellent le knowledgeable other ou facilitator. Il correspond au chercheur, à l’expert dans le groupe d’enseignant. Sa fonction est de faciliter la démarche, d’inciter les enseignants à aller plus loin mais aussi de donner de l’expertise sur le thème de recherche en donnant des commentaires pendant la discussion après la leçon d’étude.

Point également à noter dans la version américaine. La Lesson Study a été aussi expérimentée dans l’éducation supérieure.

UNE MÉTHODE RÉPANDUE AU ROYAUME-UNI

Au Royaume-Uni, la diffusion des Lesson Studies a largement bénéficié de l’implication de Peter Dudley, actuellement chercheur en sciences de l’éducation à l’Université de Leicester. Ce dernier lance un projet pilote au début des années 2000 allant dans ce sens et, depuis, il n’aura de cesse de promouvoir cette pratique à travers différentes responsabilité qu’il aura eues au niveau national. Il n’existe pas de statistiques à ce sujet mais il semble que les Lesson Studies soient assez répandues dans le royaume. Au niveau international, il est également le secrétaire honoraire de la World Association of Lesson Studies.

La Lesson Study britannique a des particularités bien à elle. En effet, l’utilisation d’un panel de trois élèves, très peu utilisée au Japon, est quasiment systématique au Royaume-Uni. Ces élèves sont sensés représenter des idéaux-types des réactions anticipées par les enseignants. Également, dans une vidéo montrant une Lesson Study détaillée dans une classe anglaise, on peut remarquer que le panel d’élèves a été interviewé après la leçon d’étude pour leur demander leur avis. Enfin, même si cela peut sembler évident, les articles de Peter Dudley insistent sur les anticipations dans la préparation de la leçon d’étude, les réactions des élèves doivent faire partie de l’hypothèse de recherche.

DES EXPÉRIENCES EN SUISSE ET EN FRANCE

Les expériences dans le canton de Vaud

Depuis un peu moins d’une dizaine d’années, la Suisse aussi s’est lancé dans l’utilisation des Lesson Studies autour de la Haute école pédagogique (équivalent des ESPE françaises) du canton de Vaud. Les chercheurs ont notamment testé la Lesson Study en formation initiale pour les élèves-enseignants mais ont aussi étudié les rôles que pouvait jouer l’expert/chercheur dans cette démarche (Martin, Clerc-Georgy, 2017).

Les expériences en France

Dans la période récente, j’ai pu recenser deux expériences de Lesson Study menées en France (liste non exhaustive) :

Partenariat entre l’ESPE de Rennes et la HEP du canton de Vaud sur la didactique des langues étrangères (voir site)

Expérience menée avec Michèle Artigue dans l’académie de Rouen (lien dans les références)

Un projet de Lesson Study en mathématiques de niveau collège mené en collaboration entre l’Institut de recherche sur l’enseignement des Mathématiques (IREM) de Rouen, le Laboratoire de didactique des mathématiques André Revuz des universités Normandie Rouen et Paris Diderot (LDAR), l’ESPE de Rouen, des inspecteurs de mathématiques et la cité scolaire Camille Saint-Saëns située elle aussi à Rouen. Deux journées de formation le 14 octobre et le 14 novembre 2016 ont servi à dérouler un cycle de Lesson Study. Le projet est encore en cours et d’autres journées sont ainsi prévues. Les résultats ne sont donc pas encore publiés.

Mais il faut comprendre que ce sont deux expériences qui utilisent explicitement le terme de Lesson Study. D’autres expériences avec une démarche similaire ont été menées sans se réclamer d’une quelconque méthode.

CONCLUSION

Ce panorama nous apprend que les Lesson Studies renvoient à une grande variété de démarches partageant le même objectif de développement professionnel au plus proche des enseignants et des apprentissages. Ainsi, au vu du flou relatif entourant le nom, il ne faut pas prendre les Lesson Studies comme une nouveauté miraculeuse à la manière de la littérature de développement personnel mais comme un support possible pour développer les savoir-faire enseignant.

Après cet aperçu des variations internationales, nous regarderons de plus près les débats qu entourent notre sujet.

Billet suivant:

REFERENCES

Bibliographie :

Dudley Peter (2013). Teacher learning in Lesson Study: What interaction-level discourse analysis revealed about how teachers utilised imagination, tacit knowledge of teaching and fresh evidence of pupils learning, to develop practice knowledge and so enhance their pupils’ learning. Teaching and Teacher Education, vol. 34, p. 107-121.

Huang Ronjin, Shimizu Yoshinori (2016). Improving teaching, developing teachers and teacher educators, and linking theory and practice through lesson study in mathematics: an international perspective. ZDM Mathematics Education.

Isoda Masami, Stephens Max, Ohara Yutaka & Miyakawa Takeshi (2007). Japanese Lesson Study In Mathematics. Singapore : World Scientific Publishing.

Martin Daniel, Clerc-Georgy Anne (2017). La lesson study, une démarche de recherche collaborative en formation des enseignants ?. Phronesis, vol. 6, n°1-2, p.35-47.

Takahashi Akihiko, McDougal Thomas (2007). Collaborative lesson research: maximizing the impact of lesson ». ZDM Mathematics Education, vol. 48, p. 513-526.

Sitographie :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *