JAPES 2017 – une 2e édition centrée sur le référentiel métier des enseignants-chercheurs

La formation pédagogique des nouveaux maîtres de conférence est devenue obligatoire, cela ne vous a sans doute pas échappé (cf. articles 13 et 14 du Décret n° 2017-854 du 9 mai 2017)… Enfin plus exactement l’obligation est faite aux établissements d’enseignement supérieur relevant du MESR de proposer une formation pédagogique, à la fois « initiale » (pour les MCF stagiaires) et « continue » (dans les 5 années qui suivent la titularisation), si je peux me permettre ce raccourci.

Dans le décret, il est stipulé que les MCF stagiaires « bénéficient,  au cours de cette période de stage, d’une formation visant l’approfondissement des compétences pédagogiques nécessaires à l’exercice du métier, dans des conditions fixées par arrêté du ministre chargé de l’enseignement supérieur. Cette formation peut tenir compte de leur parcours antérieur et être accompagnée d’un tutorat. Le directeur de chaque service ou composante délivrant la formation du stagiaire établit un avis sur le suivi de la formation, transmis au conseil académique ou à l’organe compétent (…) ».

Donc, ça y est, le ministère a défini les cibles à prioriser… charge aux établissements de se mobiliser pour construire une offre correspondante. Les modalités ne sont donc pas précisées dans le décret, il va falloir attendre l’arrêté correspondant… à la rentrée prochaine probablement. Il va de soi que la titularisation n’est pas formellement conditionnée par la participation à une action de formation ou une autre…

D’ailleurs ni le volume d’heures ni le contenu de cette formation pédagogique ne semble devoir faire l’objet d’une prescription « nationale » si l’on en croit Philippe Lalle, présent aux Journées de l’accompagnement pédagogique des enseignants du supérieur (JAPES) à Rennes les 4 et 5 juillet : c’est réellement à l’échelle des établissements ou des regroupements d’établissements que cette offre de formation doit être configurée et trouver sa place, en fonction de la mobilisation locale des parties prenantes.

En revanche, le temps de décharge est d’ores et déjà fixé : un sixième du temps d’enseignement annuel pour les MCF stagiaires (et un maximum de 32 heures pour les MCF titulaires suivant également une formation).

Tous les MCF stagiaires en bénéficieront-ils vraiment ? On peut supposer que la question ne se pose pas du tout de la même façon selon les établissements, ni selon les UFR d’ailleurs. Mais il s’agit en tout état de cause d’une avancée significative, ne nous y trompons pas ! D’autant que le ministère a également dans ses tuyaus un référentiel métier de l’enseignant-chercheur, décliné à la fois en termes d’activités et de compétences, qui devrait servir d’appui à la mise en oeuvre de cette formation pédagogique… (quand il sera rendu public !).

La deuxième édition des JAPES a cependant levé le voile sur ce référentiel, en fournissant aux participants un document de travail dont quelques extraits sont proposés à la fin de ce billet. L’objectif de ces journées était précisément l’appropriation de ce référentiel, et en particulier les actions pour développer les compétences relevant de la mission d’enseignement, au nombre de trois : concevoir des enseignements qui favorisent l’apprentissage de chacun, encadrer les activités d’apprentissage, évaluer les acquis d’apprentissage.

Les travaux engagés lors de la première édition il y a environ un an, concentrés sur les questions d’accompagnement, avaient permis de formuler six recommandations :

  1. déployer des structures d’accompagnement dans les établissements ;
  2. reconnaître, promouvoir et professionnaliser l’enseignement dans les carrières ;
  3. reconnaître la mission d’accompagnement pédagogique, créer les métiers de l’accompagnement ;
  4. penser le développement pédagogique comme un tout : une organisation capacitante et facilitante ; 
  5. encourager et soutenir la recherche sur l’enseignement supérieur ;
  6. penser le développement pédagogique de manière pérenne et durable.

Cette nouvelle édition des JAPES opère donc un recentrage sur ceux qui enseignent, ou en tout état de cause, sur une partie de ceux qui enseignent aujourd’hui dans l’enseignement supérieur : les enseignants-chercheurs (et parmi eux plus spécifiquement les débutants) qui représentent, selon l’édition 2016 de l’État de l’enseignement supérieur et de la recherche, 63% du potentiel pédagogique (57 000 personnes).  Pour le reste, 14% sont enseignants du second degré (PRAG ou PRCE, soit plus de 13  000 personnes) tandis que les enseignants non permanents contractuels sont estimés à 23% des effectifs enseignants (environ 21 000 personnes).
Des effectifs auxquels il faudrait pouvoir ajouter les « vacataires », une population non négligeable, estimée à 135 000 individus recrutés sur ressources propres, pour un volume horaire qui reste, en l’état actuel des statistiques disponibles, difficile à apprécier [1].

On mesure, avec ces  quelques données chiffrées, toute la difficulté à « penser le développement pédagogique de manière pérenne et durable » !

Je reviendrai dans un autre billet sur les échanges, riches, qui ont animé les JAPES 2017 et sur la conférence introductive de Louise Ménard… En attendant, voici les principaux axes proposés dans le référentiel.


Extraits du Référentiel métier de l’enseignant-chercheur (document de travail), version du 28 juin 2017

Partie 1. Missions et activités de l’enseignant-chercheur

L’exposé des missions ci-dessous (…) vise à montrer et valoriser les multiples facettes que le métier d’enseignant-chercheur recouvre, dans lesquelles chacun s’investit différemment en fonction de différents facteurs.

  • développement d’activités de recherche et/ou d’innovation
  • élaboration et mise en oeuvre d’enseignements
  • accompagnement des publics : soutien pédagogique, conseil en orientation et insertion professionnelle
  • formation par et à la recherche
  • diffusion et transfert de connaissances, valorisation des résultats de recherche
  • gestion, conduite et coordination de projets, animation d’équipes
  • participation à la vie de la communauté scientifique au niveau local, régional, national et international

 

Partie 2. Référentiel de compétences

Compétences communes à toutes les missions

  • agir de manière éthique et responsable
  • s’adapter à son environnement
  • adopter une posture réflexive
  • communiquer de manière appropriée au contexte
  • travailler en équipe et en réseau, éventuellement en situation de pilotage

Compétences spécifiques à la formation

  • concevoir des apprentissages qui favorisent l’apprentissage de chacun
  • encadrer les activités d’apprentissage
  • évaluer les acquis d’apprentissage

Compétences spécifiques à la recherche

  • maîtriser une ou plusieurs disciplines scientifiques
  • construire et conduire des projets de recherche
  • diffuser, transférer et valoriser les connaissances produites

[1] Pour une analyse de ces questions démographiques, voir Endrizzi (2017). Recherche ou enseignement : faut-il choisir ? Dossiers de veille de l’IFÉ, N° 116, mars. Lyon : ENS de Lyon.
https://edupass.hypotheses.org/1125


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *