Accompagner les élèves : les dispositifs dits positifs le sont-ils réellement ?

Ce qui a été mis en œuvre à propos de l’aide aux élèves l’a souvent été sous forme de dispositif, comme les activités pédagogiques complémentaires en primaire ou l’accompagnement personnalisé en lycée. Ces dispositifs ont parfois été remplacés par d’autres et ont fini par se juxtaposer. Quelles sont les différences entre tous ces dispositifs ? Pourquoi les accumuler ? Pourquoi les modifier quand ils existent ? Sont-ils efficaces sur la réussite des élèves ? Ce sont les questions abordées par le Dossier de veille n° 119 (juin 2017) : « L’accompagnement à l’école : dispositifs et réussite des élèves », qui examine notamment le passage conceptuel de l’aide aux élèves en difficulté à l’accompagnement de l’apprentissage de tou.te.s les élèves.

L’actualité est riche sur les transformations et créations de dispositifs pédagogiques. Arrêtons-nous par exemple sur l’accompagnement personnalisé au collège, qui a été mis en place à tous les niveaux depuis la rentrée 2016 (en 6e depuis 2011, voir l’arrêté du 19 mai 2015). L’arrêté du 16 juin 2017 modifie déjà, après un an, l’organisation des enseignements dans les classes de collège : la mise en œuvre de l’accompagnement personnalisé, de 3 heures hebdomadaires en 6e et entre 1 et 2 heures hebdomadaires en 5e, 4e et 3e, sera désormais du ressort de l’établissement qui doit simplement s’assurer que, « à l’issue du cycle 4, tout élève doit avoir bénéficié de chacune des formes d’enseignements complémentaires [accompagnement personnalisé et enseignement pratique interdisciplinaire] ». En pratique et à moyen terme, il y a de fortes chances que les heures d’accompagnement personnalisé soient au minimum restreintes à presque tous les niveaux dans de nombreux établissements, puisque la possibilité est offerte de les remplacer par des enseignements facultatifs (classes bilangues, langues et culture de l’Antiquité, langues et cultures régionales…) et, comme l’indique la page du ministère « Rentrée 2017 : 4 mesures pour bâtir l’École de la confiance », l’objectif est de « retrouver 100 % des bilangues de 2015 ». Il semble étonnant de restreindre cet accompagnement des élèves au moment charnière entre le primaire et le secondaire, que l’on sait difficile pour la plupart des élèves.

Deuxième exemple pour la même rentrée 2017 : le remplacement en partie (puisqu’il reste actif au moins hors REP+) du dispositif « Plus de maitres.ses que de classes » par une nouvelle mesure, le dédoublement des classes en CP en REP+. Là encore, pourquoi ajouter, juxtaposer, voire changer des dispositifs ? Comme nous le montrons dans ce nouveau Dossier de veille, chaque mise en place ou modification de dispositif, si légère soit-elle, influe sur l’organisation des établissements, mais aussi sur le travail quotidien des enseignant.e.s dont les pratiques tentent de faire avec toutes ces directives, pour le bien des élèves.

Autre question majeure qui sous-tend les débats autour de ces « assouplissements » ou de ces « détricotages » (selon le point de vue que l’on prend), celle de l’évaluation de ces dispositifs, surtout vue du côté des effets sur les performances des élèves (leurs résultats scolaires). La plupart des résultats de ces évaluations montrent au mieux un effet légèrement positif, mais surtout ils indiquent que c’est l’évaluation elle-même qui est très délicate à réaliser, car il est très difficile d’isoler les effets du seul dispositif lorsqu’on sait qu’il y a mille et une manières de mettre en place un dispositif et que les résultats scolaires dépendent eux aussi de nombreux facteurs. Il faut donc davantage prendre en compte les effets sur la motivation des élèves ou leur appréhension de leurs difficultés, aussi bien que les pratiques des enseignant.e.s, qui sont concerné.e.s au premier chef par ces changements.

Comment s’y prennent d’autres pays pour appréhender l’accompagnement de tou.te.s les élèves ? On observe que cette prise en charge passe presque obligatoirement par un travail en équipe pédagogique. En effet, faire appel à un collègue, de l’enseignement spécialisé ou non, assistant.e ou non, pour mieux cerner les différents besoins des élèves et y répondre dans chaque établissement, cela semble la solution adoptée par de nombreux autres pays (États-Unis, Royaume-Uni, Australie, Danemark, etc.) pour développer les pratiques et accompagner au mieux les élèves, comme pour le dispositif « Plus de maitres.ses que de classes » (voir le bilan de ce dispositif sur les pages du Centre Alain Savary de l’IFE-ENS de Lyon).


2 réflexions au sujet de « Accompagner les élèves : les dispositifs dits positifs le sont-ils réellement ? »

  1. Bonjour,

    Etant assistant d’éducation en classe relais, notre équipe a bien conscience de la stigmatisation du à l’extraction de l’élève de sa classe… Nous entendons d’ailleurs ces jeunes nous expliquer ce ressentiment… Mais la différence de quelque sorte qu’elle soit pousse à la stigmatisation des individus, il est de notre rôle de faire preuve de pédagogie active sur les élèves concernés par ces dispositifs mais surtout sur les autres, leur permettre d’accéder à une compréhension de notre action. Ne pas en cacher les défauts et en appuyer sur les bienfaits.

    Cordialement.

  2. Il me semble qu’il y a confusion à propos des nouvelles dispositions pour le collège entre les horaires pour les enseignements complémentaires (AP et EPI) qui restent globalement inchangés (3 heures en 6ème, 4 heures en cycle 4) et le fait que la dotation horaire supplémentaire (moyens en plus pour groupes à effectifs allégés ou co-intervention) devra servir, si les collèges le décide, à financer les nouveaux enseignements facultatifs (bilangue, LCA, LCE, LCR). créer des enseignements facultatifs nouveaux ne dispensera en aucun cas de mettre en place accompagnement personnalisé et EPI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *