Autre élément de mémoire sur les temps scolaires

Une des quatre mesures de la rentrée pour refonder l’École de la confiance portent sur l’adaptation des rythmes scolaires.
Pour quel objectif ? « L’objectif premier est de donner aux acteurs de terrain davantage de souplesse dans l’organisation de la semaine scolaire afin de répondre le mieux possible aux singularités de chaque contexte local, dans le souci constant de l’intérêt des enfants. »

À la question « Existe-t-il des études sur les impacts de la journée de 4 jours ou de 4,5 jours sur l’apprentissage des enfants ? », la réponse est : « Les études montrent que les effets de l’aménagement du temps scolaire – sur 4 jours ou 4,5 jours – sont négligeables, voire nuls, sur les résultats des élèves. Mais, conformément à la méthode retenue, une évaluation scientifique des différentes modalités d’organisation du temps scolaire sera conduite durant l’année scolaire 2017-2018 ».

Quelques repères d’une histoire récente et changeante :
Juin 2010, Luc Chatel, ministre de l’Éducation nationale, installe le comité de pilotage de la Conférence nationale sur les rythmes scolaires. On peut encore lire sur le site du ministère : « Cette conférence doit aborder la question de l’équilibre entre le temps de l’école, le temps de repos, les vacances, les activités sportives et culturelles. »
Il y est question de « la nécessaire modification des rythmes scolaires », suite aux constats suivants :
Le système scolaire français compte l’un des plus grands nombres d’heures de cours en Europe. Mais ces heures sont réparties sur un nombre de jours de classe parmi les plus bas.
Les journées de cours sont trop longues pour les élèves. Ce rythme génère fatigue et stress. Il a des conséquences sur les résultats des élèves et sur le climat des établissements scolaires.
Et avec l’objectif de « remettre à plat la question des rythmes scolaires » parce que « La mission de l’École est de proposer à tous les élèves les meilleures conditions de vie scolaire, les plus favorables à leur apprentissage et à leur réussite. » (Site de la conférence)

Le 4 juillet 2011, le comité de pilotage a remis son rapport à Luc Chatel (cf. Rapport d’orientation.)
Les 10 mesures préconisées (suite à consultation nationale, rappelons le) sont les suivantes :
La journée :
1/ amplitude journalière identique pour tous les écoliers et collégiens : 7 heures au moins, 8h30 pour ceux qui ne rentrent pas déjeuner chez eux. Horaires d’entrée et de sortie fixes et réguliers : 8h30 – 17h par exemple.
2/ limitation de la durée totale des cours : 5 heures par jour à l’école élémentaire et pour les deux premières années de collège, 6 heures par jour en classe de 4e et de 3e .
3/ 1 à 2 heures par jour d’accompagnement éducatif pour tous : – 2 heures par jour à l’école et en classe de 6e et de 5e au collège; – 1 heure en classe de 4e et de 3e
4/ pause méridienne qui ne peut être inférieure à 1h30 en principe à l’école et au collège, que les élèves rentrent chez eux ou non.
La semaine
5/ étalement de la semaine sur au moins 9 demi-journées, dont, à l’école élémentaire, une demi journée supplémentaire de trois heures d’enseignement (le mercredi ou le samedi).
6/ limitation de la durée hebdomadaire d’enseignement : 23 heures à l’école élémentaire et pour les deux premières années de collège.
L’année : une répartition des temps plus régulière
7/ une année organisée en 38 semaines d’école et séquencée en 5 périodes d’enseignement d’une durée comprise entre 7 et 8 semaines : – 8 semaines de petites vacances sur 4 périodes de 2 semaines – 6 semaines de vacances d’été.
8/ une organisation concertée et régulière, sur la semaine et sur l’année, pour les travaux et contrôles demandés aux élèves, notamment au lycée;
9/ une division de la France en 3 zones pour toutes les vacances sauf celles de Noël. Une plage commune est maintenue pour l’ensemble des zones entre le 13 juillet et le 16 août.
Un partenariat modernisé
10/ une gouvernance et un partenariat renouvelés entre l’État et les collectivités territoriales, les enseignants, les familles, les établissements nationaux, les associations.

Et maintenant… que reste-t-il de ces réflexions? Et que disaient alors « les études »? On peut se reporter sur la longue bibliographie portant sur l’aménagement du temps scolaire, déposée sur ce même blog, il y a tout juste 10 ans…

 


Une réflexion au sujet de « Autre élément de mémoire sur les temps scolaires »

  1. Ce rappel est fort utile et vous avez raison de remettre en avant les 10 préconisations du rapport de 2011.
    Mais il s’est passé des choses depuis.
    Une reforme a été mise en place. Elle est globalement appliquée dans les établissements scolaires du territoire depuis la rentrée de septembre 2013. Et cependant depuis cette extension (peut-être devrais-je dire paradoxalement) il est étrange et bien dommage qu’il n’y a pas ou peu de littérature scientifique.
    J’ai vaguement le souvenir mais je n’arrive pas à remettre la main dessus d’une étude locale sur l’impact de la Reforme dans la Somme ou sur Amiens… Ce qui serait intéressant, pour éventuellement contester les annonces péremptoires du MEN, ce serait de savoir s’il y a eu des études et des recherches. A ma connaissance, à part le rapport parlementaire de la sénatrice de Gironde Mme F. Cartron sur l’impact des rythmes scolaires (qui n’est pas une étude scientifique), je peine à trouver les sources d’autres études.
    Autrement dit, pourriez-vous s’il vous plait, mettre à jour votre bibliographie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *