Éléments de mémoire, à court terme, sur la taille des classes

Constat : on peut utiliser les travaux de recherche au gré de ses besoins et  ce qui vaut en 2010 ne vaut plus en 2017.

Illustration :
2017. Le détail des quatre mesures de la rentrée « pour bâtir l’École de la confiance » est disponible sur le site du ministère de l’Éducation nationale. L’une des mesures a pour objectif de « dédoubler les classes de CP [et de CE1] en REP+ ».
Pour étayer cette disposition, le site pose la question : « Est-ce que la science prouve l’efficacité de ce dispositif ? » et donne la réponse suivante : « Pour être réellement efficace, la réduction de la taille de classe doit être importante pour conduire à un nombre d’élèves bien inférieur à 20. Une étude de terrain incontestable réalisée par Pascal Bressoux et Laurent Lima, « La place de l’évaluation dans les politiques éducatives : le cas de la taille des classes à l’école primaire en France », montre que les effets du dédoublement sont massifs pour la réduction de la grande difficulté scolaire. Cette étude a été menée en conditions réelles et à grande échelle (100 classes de ZEP dédoublées et 100 classes témoin) ».

2010. Cette utilisation d’une étude réalisée par Bressoux et Lima rappelle étrangement une situation qui avait conduit ces mêmes chercheurs à contester une note ministérielle du 4 mai 2010 (sous le ministère de Luc Chatel et alors que le DGESCO était Jean-Marie Blanquer) demandant aux inspecteurs d’académie et aux recteurs d’augmenter le nombre d’élèves par classe (les mauvaises langues indiquant que ce choix permettait ainsi de réduire le nombre de postes d’enseignants).
Le ministère justifiait ainsi ce choix : « hors cas ou situations spécifiques, les études et expériences les plus récentes indiquent que la diminution des effectifs dans les classes n’a pas d’effet avéré sur les résultats des élèves et que les très petites écoles ne s’avèrent plus toujours performantes ». Bressoux et Lima était alors montés au créneau pour indiquer que les études et expériences utilisées étaient contestables.
Selon les deux chercheurs, le ministère base sa réflexion sur les résultats d’une expérience de réduction de la taille des classes présentés dans une note d’évaluation de la DEPP de 2005 et sur une avis du HCÉÉ à partir d’un rapport de Denis Meuret, en 2001. Pour Bressoux et Lima, ces deux études donnent à la réduction des effectifs un « intérêt pratiquement nul », mais « sans citer de chiffre » à l’appui. Leurs principales critiques tiennent à l’absence de randomisation de l’expérimentation : « ni les élèves ni les enseignants n’ont été affectés aléatoirement aux différentes conditions, expérimentale ou témoin » mais aussi au fait que ces résultats sont « produits par un organisme d’état, sans correction des biais de sélection, avec des effets peu mis en avant et une construction d’échantillon en partie fondée sur d’autres critères que ceux du protocole de recherche » et qu’enfin les informations disponibles ont fait l’objet d’une « sélection partielle (donc partiale) » [lien].

Il est sans doute nécessaire de compléter cette lecture partielle (et partiale) des travaux de recherches en indiquant que Bressoux et Lima, dont les réflexions furent largement exploitées par les médias en 2010-2011 (voir chapitre d’ouvrage paru en 2011), indiquent que le faible écart de performance entre classe réduite et classe contrôle est du au fait que les enseignants des classes contrôles étaient plus expérimentés que dans les classes expérimentales : « Deux années d’expériences supplémentaires de leur enseignant au CP dépassent l’effet d’un élève en moins par classe. ». De même si les effets positifs en CP se délitent au fil du temps, par un lissage de résultats les années suivantes, c’est aussi affaire d’enseignants. La conclusion des auteurs est double : il faut admettre la difficulté d’obtenir des résultats basés sur la preuve et la nécessité de former avant tout les enseignants amenés à enseigner en CP et CE1.

Quelques mois plus tard, dans un article dans la revue Sciences humaines, Marie Duru-Bellat ne disait-elle pas : « L’affectation des maîtres les plus expérimentés aux élèves les plus faibles est donc une voie sans doute moins coûteuse et plus efficace que la réduction de la taille des classes pour améliorer les progrès des élèves » (Duru-Bellat, 2012).

Avant 2024, souhaitons que, pour plagier les propos de François Taddei, soit développée une structure qui mette en avant et rassemble les études, expérimentations, « pratiques innovantes » pour un usage raisonné (écologique) sur le long terme, par les décideurs politiques, et ayant pour objectif de favoriser les apprentissages des citoyens de demain[1].

Sources :

  • Bressoux Pascal et Lima Laurent (2011). « La place de l’évaluation dans les politiques éducatives : le cas de la taille des classes à l’école primaire en France », in Georges Felouzis et Siegfried Hanhart (dir.), Gouverner l’éducation par les nombres ? Usages, débats et controverses, De Boeck, 2011.
  • Bressoux Pascal, Kramarz Francis, Prost Corinne (2009). « Teachers’training, class size and students’ outcomes: Learning from administrative forecasting mistakes  », The Economic Journal, vol. CXIX, 
n° 3. [Lien]
  • Monso Olivier (2014).  » L’effet d’une réduction de la taille des classes sur la réussite scolaire en France : développements récents ». Éducation & formations, n° 85, novembre. [Lien]
  • Piketty Thomas et Valdenaire Mathieu (2006). « L’impact de la taille des classes sur la réussite scolaire dans les écoles, collèges et lycées français  », Les Dossiers évaluations et statistiques, n° 173, mars. [Lien]
  • Reverdy Catherine (2017). « 1 prof pour 12 élèves ou 2 profs pour 25 élèves : qu’est-ce que ça change ?  » Blog Éduveille, 12 mai. [Lien]
  • Rollot Olivier (2017). Comment construire une « société apprenante » : les réponses de François Taddei. Blog Il y a une vie après le bac, 12 juin. [Lien]

[1] Pour peaufiner l’impartialité du propos, rappelons que Taddei, dans cette interview publiée dans le blog d’Olivier Rollot, évoque l’Institut français de l’éducation, son activité de veille (nos chevilles enflent) et feu l’INRP… Désolée pour les esprits chagrins.


Une réflexion au sujet de « Éléments de mémoire, à court terme, sur la taille des classes »

  1. Si il est vrai que l’expérimentation sur les CP à 10 avait permis de constater que les enseignants connaissaient mieux leurs élèves, le seul dispositif qui fait évoluer sensiblement les pratiques des enseignants en cycle 2 est le « plus de maîtres que de classes ».
    Paradoxe : on supprime certains de ces postes pour créer des CP à 12…
    Les bonnes idées pédagogiques n’ont peut-être pas de couleur politique?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *