Une certaine vision de la qualité de vie à l’école

Le CNESCO publie en ce mois de juin une série de contributions sur « La qualité de vie à l’école ». Les premiers documents mis à disposition concernent les enfants en situation de précarité ou de handicap, la santé des élèves mais aussi la qualité de vie des enseignants ou encore l’interaction entre acteurs. Ceux à venir devraient porter sur la restauration scolaire et les performances scolaires.

Ce choix de thématiques signifie-t-il que le bien-être est garanti à tout enfant en bonne santé, non porteur de handicap, vivant dans un milieu socio-économique privilégié, avec des parents qui s’impliquent dans sa scolarité et au sein de l’école, bénéficiant d’une bonne alimentation et ayant de bons résultats scolaires ? On l’espère pour lui, il aurait tort de se plaindre, mais ces seuls critères suffisent-ils pour évaluer la qualité de vie à l’école?

Quelques questions s’imposent à la lecture (rapide) de ces documents :
On lit par exemple que la qualité de vie des enseignants est dépendante de leurs interactions avec les élèves ou encore que les pédagogies ou le mode de gouvernance publique impacte la qualité de vie des enseignants. Si la qualité de vie des enseignants est tributaire des relations qu’ils peuvent avoir les élèves et de leur pédagogie, pourquoi ne pas envisager le bien-être des élèves du point de vue de ces mêmes interrelations mais aussi de leurs apprentissages ?

Si la question du bien être est une question de santé, psychologique ou mentale, l’éducation à la santé est-elle l’unique bonne réponse pour contrer le mal être des élèves ? Les travaux de recherche s’intéressent aussi à l’écologie physique, sociale et culturelle de l’école : aménagement de l’espace, taille de l’école, taux d’encadrement des élèves, modalités d’évaluation, effet-maître, climat scolaire, objectifs structurels, activités extra-scolaires, temps des pauses, et aussi aux relations entre pairs, à la mise en place d’un apprentissage coopératif, par exemple. Les paramètres psychologiques sont incontournables mais des éléments de réflexion d’ordre sociologique, organisationnel et pédagogique, entre autres, éclairent le caractère multidimensionnel de la question de la qualité de vie à l’école.

On lira sans doute avec intérêt le Dossier de veille de l’IFÉ (à paraître à l’automne prochain; rédactrice : Marie Gaussel) : les compétences sociales devraient en être l’entrée principale et il abordera les questions de bien-être et de qualité de vie…

Et pour compléter les lectures : le dernier numéro de « Pisa à la loupe » publié par l’OCDE et qui apporte des éléments relatifs au bien-être des élèves, à partir de l’enquête PISA 2015, à savoir :
– réussite scolaire et satisfaction à l’égard de la vie;
– vie sociale des élèves à l’école;
– parents et environnement familial.
Quelques uns des résultats énoncés, au hasard :
– « Les élèves les plus performants sont seulement légèrement plus satisfaits de leur vie que les élèves moyennement performants. On n’observe aucune relation manifeste entre le temps consacré à l’étude et la satisfaction à l’égard de la vie« .
– « Dans 67 pays et économies, la majorité des élèves font part d’un sentiment d’appartenance à leur communauté scolaire. Dans de nombreux pays, toutefois, les élèves défavorisés et les élèves immigrés de la première génération sont moins susceptibles que leurs pairs d’exprimer un sentiment d’appartenance à leur établissement« .
– « La satisfaction d’un élève à l’égard de la vie est liée à son statut relatif au sein de son établissement, tel que mesuré par la différence entre son niveau de richesse et celui des autres élèves de l’établissement« .


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *