Comprendre les mutations de l’École

Tel est l’objectif du Magazine de l’éducation, édité par la plate-forme TECHEDULAB, du laboratoire EMA- École, Mutations, Apprentissages (université de Cergy-Pontoise) et dont le numéro zéro vient d’être mise en ligne.

Ce numéro s’intéresse aux programmes des candidats à l’élection présidentielle. Les rédacteurs ont notamment synthétisé les choix politiques par des graphiques en toile d’araignée (ou radar).

Les axes traversant cette toile d’araignée sont les suivants :

  • transmission / pédagogies nouvelles
  • émancipation / instruction
  • discipline-autorité / bienveillance-inclusion
  • autonomie des établissements / centralisation
  • lutte contre les inégalités sociales / lutte contre les discriminations ethniques
  • intégration économique / intégration politique
  • sélection / différenciations pédagogiques
  • fondamentaux / arts et culture
  • développer le privé /contraindre le privé

Les programmes étant relativement peu précis, ces graphiques ne peuvent que donner des tendances.

Illustrons le propos avec l’un des graphes, le premier proposé dans l’article, par exemple :

Les polygones sont sans doute là pour aider à la lecture du graphique. Faut-il voir une tendance se dessiner en étudiant le polygone de gauche « intégration politique-lutte contre les discriminations ethniques-centralisation- bienveillance inclusion » ? On pourrait lui opposer un graphe en quasi opposition, avec un polygone dominant « intégration économique – sélection-fondamentaux-développement du privé ».

Mais ce qui nous a fait réfléchir est l’axe différenciations pédagogiques/sélection. Après avoir réalisé un Dossier de veille sur la différenciation pédagogique, la signification de celles-ci (le pluriel a sans doute son importance) nous pose questions. Que recouvre cette notion pour les auteurs de la synthèse, quelle traduction font-ils des propos des candidats sur le sujet ? Les candidats qui font le choix de « différenciations pédagogiques », le font de manière très variable : J.-L. Mélanchon (env.50% de l’axe) ; F. Fillon (25%), M. Le Pen (100%) et E. Macron (75%). Et surtout, s’agit-il bien de différenciations « pédagogiques » ? Ne s’agit-il pas plutôt de différenciations structurelles (filières, apprentissage dès le collège, voire écoles différenciées, établissements de correction) ? Ne s’agit-il pas de dispositifs hors de la classe (soutien scolaire, études dirigées) qui n’offrent pas forcément des modalités de différenciation ? D’une diversification plutôt qu’une différenciation (classes bilingues, européennes, offre numérique « diversifiée) ?

Dès lors qu’on aborde les méthodes d’enseignement, les pratiques enseignantes, les modalités d’apprentissage des élèves, le flou des propos ne permet pas d’évaluer à coup sûr les choix éducatifs. La cohérence des graphes est plus aisée sur des axes plus « politiques » ou de gouvernance (autonomie/centralisation ; privé/public) ou encore sur l’environnement éducatif souhaité (bienveillance et inclusion versus discipline et autorité).

Bref, pas facile de s’y retrouver dans les choix de politiques éducatives, même avec des graphes sympas!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *