Reviens Humboldt ! Ils sont devenus fous !

Les coïncidences sont parfois heureuses… à l’heure où C. Musselin publie un nouveau livre sur la course aux standards internationaux, l’IFÉ remet au ministre son rapport sur la transformation des universités et publie son dernier dossier de veille sur la profession académique… trois publications qui entrent en résonance les unes avec les autres pour offrir un panorama sans concession de l’enseignement supérieur français aujourd’hui…

Dans son ouvrage intitulé « La grande course des universités » Christine Musselin revient sur les politiques de site relancées par la loi ESR pour pointer les injonctions contradictoires auxquelles les établissements d’enseignement supérieur français sont confrontés : se regrouper « localement » avec des partenaires non choisis pour augmenter leur réputation dans les classements internationaux (Shangaï…) ! Le postulat du lien direct entre la taille et la performance des établissements apparaît en effet plus relever de l’ordre de la croyance qu’il n’est scientifiquement prouvé : la taille ne rend pas les établissements plus compétitifs au niveau international, notamment du fait d’une faible capacité à innover au sein de ces regroupements. Ces mises en cohérence territoriales, associant universités, écoles et organismes de recherche, répondent à des enjeux de rationalisation qualifiés d’obsessionnels et qui vont à l’encontre des collaborations académiques généralement déployées sur une base scientifique… Ailleurs, les appariements se font plutôt entre des établissements au niveau réputationnel comparable… En France les écarts de réputation entre établissements regroupés font que cette course à la compétition internationale est quasiment perdue d’avance, alors que les établissements à la réputation scientifique modeste sur-investissent par mimétisme dans la recherche, en négligeant leur offre de formation…

Dans leur rapport remis à Thierry Mandon il y a une dizaine de jours, dans le cadre du printemps des SHS organisé par l’Alliance Athéna, intitulé « Les transformations des universités françaises », mes collègues Olivier Rey et Annie Feyfant dénoncent également cette propension obsessionnelle au respect de standards internationaux, largement centrée sur la production scientifique, qui a servi de levier pour mener des réformes nationales et les légitimer depuis le début des années 2000. Leur analyse met en évidence une autre forme de contradiction, plus insidieuse, liée au développement d’universités autonomes, basé sur un renforcement des prérogatives des présidences au détriment des unités de formation et de recherche (UFR) qui apparaissent aujourd’hui comme un échelon oublié des chantiers de modernisation. Ces tensions ont d’une certaine façon contribué à dévaloriser la fonction de formation, soumise à des logiques de démocratisation ségrégative, avec des parcours d’études toujours largement dépendants des hiérarchies sociales d’origine. Si l’essor d’une recherche en pédagogie universitaire à une échelle systémique serait de nature à promouvoir un rééquilibrage entre qualité de la recherche et qualité de l’enseignement, l’attention portée à une formation doctorale et une gestion de carrière des enseignants-chercheurs, plus respectueuses de la diversité réelle des pratiques professionnelles, et plus ancrées dans des dynamiques collectives de travail, semble à terme nécessaire.

C’est aussi une des conclusions du dossier de veille de mars 2017, intitulé « Recherche ou enseignement : faut-il choisir ? », qui à la lumière de quelques travaux de recherche récents, français et européens, interroge la réalité des pratiques relatives au couplage des missions d’enseignement et de recherche. Trois axes d’analyse sont privilégiés. La première partie s’intéresse à la place dévolue à l’université dans les sociétés d’hier et d’aujourd’hui et aux différents modèles mis en œuvre dans le sillage de l’université humboldtienne du XIXe siècle, prônant une interdépendance forte entre recherche et enseignement ; elle souligne les efforts superficiels déployés dans le contexte français pour ré-équilibrer ces deux fonctions, au sein d’un enseignement supérieur fondé historiquement sur une répartition duale des deux missions.
La deuxième partie est consacrée aux carrières académiques. Après une introduction aux différents modèles d’entrée dans la profession à l’échelle internationale, elle propose une analyse détaillée du cadre statutaire unique français et des alternances caractéristiques entre décision nationale et décision locale, avant d’examiner la structure des emplois scientifiques et pédagogiques, marquée par une segmentation croissante en termes de personnels titulaires, contractuels et vacataires.
Enfin, la troisième partie porte sur les tensions propres au travail académique alors que la diversification des tâches tend à fragiliser la profession dans son ensemble, qui se dissout dans une kyrielle de métiers aux contours flous et qui, soumise aux impératifs de la reddition de comptes, consent tacitement à une primauté fonctionnelle de la recherche. Avec des nuances, cependant, puisque malgré ces cadres normatifs extérieurs, les marges de manœuvre existent, certains enseignants-chercheurs renonçant à une carrière scientifique pour privilégier une carrière administrative ou s’investir dans la formation…

S’il fallait retenir un seul mot clé de ce dossier de veille, ça serait sans doute le mot « différenciation » : une différenciation qui s’observe à la fois aux niveaux des établissements, des emplois et des carrières ainsi qu’à celui du travail académique, mais qui en France se développe en marge du cadre légal, toujours fortement imprégné par la prééminence d’un pouvoir central garant de l’unité des formations et de l’égalité de traitement des personnels…

Cette différenciation est d’ailleurs une clé de lecture commune aux trois publications, nous amenant à considérer que tous les établissements d’enseignement supérieur ne peuvent adopter un même positionnement (international) et que tous les enseignants-chercheurs ne font pas le même travail (donc ne sont pas identiquement des « publiants » !). Une différenciation qui, mise au jour, plaide pour un recentrage sur les missions-cœur :  l’enseignement et… la recherche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *