Les étudiants des ESPE et filières d’enseignement ne sont pas forcément ceux qu’on pense

Les clichés sur les étudiantes et les étudiants qui s’inscrivent dans les filières universitaires (ESPE) menant aux carrières de l’enseignement amènent à imaginer des étudiants plutôt bons élèves et plutôt originaires de familles liées à l’enseignement scolaire ou supérieur. Et si l’on se trompait ?

Les résultats de l’enquête 2016 de l’Observatoire national de la vie étudiante (46340 questionnaires traités)  donnent une image assez nette de la population étudiante, dont la catégorie « enseignement/ESPE » qui regroupe les étudiants préparant des diplômes et concours de la profession enseignante (près de 4% du nombre total des étudiants). Quelles sont les caractéristiques de cette sous population ?  En fait, il semble que ceux qui peuplent les filières universitaires menant à l’enseignement  sont issus de milieux socioprofessionnels plus modestes que ceux des autres filières et ont un parcours scolaire d’élèves qu’on qualifie usuellement de « passables » ou « moyens ». Ces constatations moyennes demanderaient bien sûr à être affinées, car elles recouvrent de probables importantes disparités régionales, disciplinaires et académiques. Il convient également de garder à l’esprit que les étudiants inscrits dans ces filières ne sont pas forcément les enseignants de demain : certains  deviennent professeurs sans passer par le master 1 des ESPE et d’autres ne réussissent pas les concours de l’enseignement après leur première année de master (1).

Des étudiants qui sont plutôt des étudiantes

Ces étudiants sont le plus souvent des étudiantes, puisque ces dernières composent 64% des effectifs des filières de l’enseignement. Ces étudiant(e)s sont aussi les plus âgé(e)s en moyenne de l’échantillon global de l’OVE, avec une moyenne de 27 ans, ce qui corrobore d’autres données sur les fréquentes reprises d’études associées à la préparation des concours d’enseignement ou de certaines spécialités dans le domaine de la formation. Peu d’étrangers dans cette catégorie, 4,1%, soit un taux proche de celui qu’on trouve  en CPGE, ce qui est logique dans un domaine professionnalisé orienté vers la fonction publique.

Une population d’origine plus populaire que la moyenne des étudiants

La répartition des étudiants par profession et catégories sociales montre une population étudiante des filières enseignement et ESPE d’origine plus populaire que le reste de l’échantillon. Par rapport à la moyenne de l’échantillon, cette population est en effet moins souvent issue des catégories « cadres et professions intellectuelles supérieures »  et « artisans, commerçants et chefs d’entreprise ». Elle est en revanche plus souvent issue des catégories « professions intermédiaires » , « employés » et « ouvriers ».  Cette origine sociale plus populaire doit surtout se lire en relation avec d’autres catégories de filières : pour ce qui concerne la provenance de la catégorie la plus représentée dans l’enseignement supérieur, « cadres et professions intellectuelles », le différentiel est de plus de 10 points avec les CPGE, Santé, Grands établissements et les Écoles de commerce ou d’ingénieurs. Globalement, les étudiantes et étudiants de l’enseignement sont les plus proches de ceux des filières de Lettres et SHS du point de vue de leur origine sociale.

Des parents peu familiers de l’enseignement supérieur

On s’attendrait spontanément à ce que les étudiants se destinant à l’enseignement soient plus que d’autres enfants de diplômés. Or, il apparaît qu’ils comptent parmi les catégories ayant le moins de parents familiers du supérieur. 35,2% ont un des deux parents ayant suivi des études de l’enseignement supérieur, contre 44,7% en moyenne pour l’ensemble de la population enquêtée. Seuls les étudiants de STS comptent moins de parents ayant suivi des études supérieures (21,9%).  La population étudiante des filières de l’enseignement est plutôt plus issue que les autres de familles dont un des parents a suivi des études techniques (CAP/BEP) ou secondaires (baccalauréat). Nous sommes loin de l’archétype du « prof fils de prof » !

Concernant leur passé dans l’enseignement secondaire, les étudiants se destinant aux carrières de l’enseignement sont généralement issus d’un bac général (à plus de 80%). Près de 35% d’entre eux sont titulaires d’un Bac S, mais ils sont plus souvent bacheliers L que les autres (26,7% contre 10,9% dans l’ensemble de la population). Dans l’ensemble, la population étudiante des filières de l’enseignement est en moyenne composée de bacheliers dont les résultats sont  moins performants que ceux des autres étudiants : on y trouve moins de mentions « bien » et  » très bien « au bac (respectivement 16,3% et 9,3% contre 22% et 14,7%) et plus de mentions « passable » ou d’absence de mention (44,8% contre 33,5%).

On n’échoue pas dans les filières de l’enseignement « par défaut », mais l’insatisfaction est importante

Ils ne sont que 17% à avoir souhaité une autre filière en voeu initial, un des taux les plus faibles des répondants (équivalents aux réponses des étudiants en CPGE). Quand on regard les raisons du choix, 48% déclarent un intérêt pour la discipline et 24% un projet professionnel précis, ce qui dessine une part importante de motivations plutôt positives. L’avis sur les études actuellement suivies représente en revanche un gros point noir : les étudiantes et étudiants inscrits dans les filières d’enseignement sont les moins satisfaits , 47% seulement contre 60% en moyenne pour l’ensemble des répondants.

Référence

——————————————

(1) En 2016, les statistiques ministérielles soulignaient que  les étudiants issus des ESPE représentaient plus d’un recrutement sur deux aux concours de CPE et CAPES, mais ne contribuaient que marginalement aux recrutements par l’agrégation.


4 réflexions au sujet de « Les étudiants des ESPE et filières d’enseignement ne sont pas forcément ceux qu’on pense »

  1. Quand au ministère, il joue du violon sur le pont du Titanic : j’ai vu en direct un responsable des ressources humaines du ministère de l’éducation nationale explique que les problèmes sont derrière nous, puisque le nombre de candidats aux concours déficitaires a augmenté de 1% cette année; il se félicitait de l’ouverture d’une nouvelle option, qui avait conduit à cette abondance de candidats… A ce niveau de langue de bois, toute discussion devient difficile. Il semblait avoir du mal à comprendre qu’à ce rythme, il faudrait 60 ans pour revenir à un nombre de candidats par rapport aux postes considéré comme normal.

  2. Je ne suis pas certain que le format des concours soit le principal problème. Ils ont actuellement le mérite, dans la difficile situation actuelle, de préserver un strict minimum de niveau disciplinaire face à la faillite des licences, et à un système qui n’est plus capable de fournir le vivier (il faudrait, par décence, éviter de parler d’excellence…). Le point principal est plutôt la faillite du système de formation, en particulier au niveau licence, qui ne prépare plus correctement les candidats. Il y a un peu plus d’enseignants (environ 850 000) que d’ingénieurs (environ 820 000) en France, et 3 fois plus que de médecins (environ 280 000). Quand on compare les trois systèmes de formation, leur mode de fonctionnement et les moyens qui y sont consacrés, on comprend mieux les raisons du problème. Le système de formation des enseignants a subi depuis 30 ans des à-coup d’une brutalité que les écoles d’ingénieur et les facultés de médecine n’auraient jamais toléré; l’une des principales dépenses d’investissement du pays est traitée comme une variable d’ajustement, avec des recrutements qui varient du simple au triple, voir au décuple, en l’espace de quelques années. On ne peut espérer un fonctionnement raisonnable dans ces conditions. Il est d’ailleurs frappant que tous les candidats aux élections soient d’accord pour ne plus parler de ces questions.

  3. « les statistiques ministérielles soulignaient que les étudiants issus des ESPE représentaient plus d’un recrutement sur deux aux concours de CPE et CAPES » : c’est cette phrase qu’il faudrait souligner… La principale tâche des ESPE est de préparer les étudiants aux concours de recrutement. Que près de la moitié des reçus aux concours viennent d’ailleurs ne témoigne pas d’une réussite remarquable! Une large partie des reçus n’a pas suivi la formation prévue pour eux.

    1. Oui, nous touchons là le problème du format des concours de l’enseignement, qui sont restés, malgré quelques évolutions mineures, principalement des épreuves basées sur la maitrise de la discipline, alors que la formation des enseignants doit intégrer également la préparation à l’exercice du métier (gestion de classe, savoirs sur l’éducation, savoirs pédagogiques et didactiques, contexte éducatif, etc.).
      Par ailleurs, le concours disciplinaire ne garantit pas forcément toujours l’excellence dans son domaine, étant donné le décalage dans certaines disciplines entre le nombre de postes au concours et le nombre de candidats…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *