A Reims, l’accompagnement des projets se fait… de la maternelle au lycée

Mercredi 22 mars se tenait la première journée de l’innovation dans l’académie de Reims., organisée par la CARDIE. J’ai été invitée à présenter mes Dossiers de veille Des projets pour apprendre ? et Éduquer au-delà des frontières disciplinaires. J’ai pu montrer à travers des exemples récents pris dans des collèges que la mise en place de projets pouvait permettre aux élèves de remobiliser des compétences disciplinaires dans des situations inédites et de développer d’autres compétences, plus transversales, pour qu’ils apprennent à « se projeter », c’est-à-dire à s’engager dans des réalisations concrètes. Nous sommes bien là au cœur des problématiques rencontrées par les enseignants de collège cette année, suite à la mise en place des enseignements pratiques interdisciplinaires.

Lorsque les projets se préparent à plusieurs enseignants, les temps d’échanges, de préparation, de co-intervention éventuelle, voire d’évaluation du projet après sa réalisation servent également à partager la vision (souvent cloisonnée) que chacun a de sa matière scolaire, de sa filière ou de son niveau de classe. Il arrive souvent que les apports des différentes matières ou filières ne soient pas tout à fait équitables, et se fassent au détriment de certaines. Mais lorsque le travail finit par se concentrer plutôt sur les moyens de répondre aux besoins d’apprentissage des élèves que sur l’organisation matérielle du projet ou sur les parties du programme à traiter (passages obligatoires malgré tout), on observe une véritable interaction entre les matières, les filières ou les niveaux. En d’autres termes, le passage par le projet peut permettre de prendre l’habitude de collaborer entre collègues d’horizons différents, au service des élèves, et d’arriver à l’interdisciplinarité.

L’après-midi de cette journée académique de l’innovation a eu lieu la présentation, devant un public nombreux, de projets innovants issus de plusieurs établissements de toute l’académie. Voici quelques éléments qui ont attiré mon attention :

  • un projet permettant aux enseignants et aux enseignantes du collège de Bazancourt de faire une partie de leurs cours en anglais ou en allemand, sur le principe des disciplines non linguistiques. Une fois passée l’appréhension de parler avec un accent et de se « remettre » à l’anglais ou l’allemand, les enseignants jouent le jeu et sont aidés pour cela par leurs collègues de langue étrangère, lors de formations en interne. L’utilisation de l’anglais ou de l’allemand peut se faire pour la gestion de classe (entrée dans la classe, gestion des retards…) ou pour le cours disciplinaire lui-même. L’objectif de banaliser l’utilisation des langues étrangères semble atteint dans ce collège ;
  • un autre projet concerne une école maternelle confrontée à un absentéisme des enfants le mercredi matin, suite à la mise en place de la réforme des rythmes scolaires. Cette école a eu l’idée d’organiser des ateliers divers (arts plastiques, musique, promenade dans le quartier, etc.) qui regroupent une dizaine d’enfants et qui sont gérés par les enseignants, les enseignantes et les ATSEM, en partenariat avec notamment des éducateurs du centre social et des élèves qui préparent le CAP « Petite enfance ». L’accent a été mis dans tous les ateliers sur le développement du langage, notamment des structures langagières. Chaque mercredi se termine, après les deux ateliers, par un temps d’échange avec les enfants, pour les entrainer à verbaliser, à expliquer à leurs camarades les ateliers suivis. Des progrès ont été constatés sur la longueur des phrases employées par les enfants et leur complexité, entre la petite et la grande section. Pour plus d’information, vous pouvez visionner la vidéo de présentation du projet ;
  • des décors de théâtre impressionnants ont également été présentés par des élèves de première option ST2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués), en lien avec une classe de CM2 d’une école voisine. Je vous laisse découvrir la vidéo de ce projet ;
  • un collège de Troyes a décidé de mettre l’accent sur un dispositif particulier d’accueil des élèves de 6e, en misant sur une semaine complète d’accueil des 6e à la rentrée, puis sur un accueil de trois demi-heures au début de trois matinées dans la semaine, toute l’année, pour que les élèves puissent se préparer tranquillement à rentrer dans les apprentissages. Il leur est proposé des jeux de société, ils peuvent finir leurs devoirs s’ils le souhaitent… Ce sont des temps de respiration que les deux enseignants qui les accueillent (dont un ou une qui a cours avec les élèves l’heure suivante) mettent à profit pour gérer les problèmes de la classe, mieux connaitre les élèves, prendre le temps de discuter avec eux, etc.

D’autres projets comme des heures de cours échangées entre enseignants ou enseignantes de collège ou de lycée, de lycée professionnel ou de lycée général ou des échanges de savoirs entre élèves de différentes filières ont également été présentés lors de cette journée. Enfin, le dispositif de la trousse à projets consiste à accompagner et outiller les équipes pédagogiques pour leur permettre de trouver les fonds nécessaires à l’organisation d’un projet, en faisant surtout fonctionner les réseaux familiaux ou locaux.


Une réflexion au sujet de « A Reims, l’accompagnement des projets se fait… de la maternelle au lycée »

  1. Bonjour , Merci pour ce témoignage qui révèle une chose essentielle : quelque soit le niveau de classe , l’interdisciplinarité et le travail sur les compétences transversales (comme la motivation ,la curiosité intellectuelle , la communication , et bien d’autres encore) priment sur la discipline elle-même! Car ces compétences optimisées seront au service des compétences disciplinaires dans un second temps.
    Edwige ( http://apprendre-mode-d-emploi.com/)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *