Inspecteurs territoriaux : on les voit médiateurs, ils se sentent fatigués

L’étude de Georges Fotinos et José Mario Horenstein «  Le Moral des inspecteurs IEN, IA-IPR : qualité de vie au travail et épuisement professionnel » est arrivée sur mon bureau ce matin. Lors de sa présentation, en novembre dernier, elle avait eu quelques échos dans les médias. À croire que ceux-ci découvraient soudain qu’une profession plutôt discrète était elle susceptible de souffrance au travail.
La presse s’est donc emparé de « l’épuisement professionnel » d’un quart des inspecteurs, parlant de leur stress au travail voire de leur situation de burn-out.

CONSTATS

Que retenir de ces lectures?
des conditions de travail dégradées (79%), surtout en fin d’année scolaire : volume de travail trop lourd (90%), notamment du fait des tâches administratives et des courriels. Pour décrire ce volume de travail, en augmentation marquée depuis 4 ans (70%), ils évoquent une accumulation des tâches qui leur sont dévolues : missions d’impulsion, d’évaluation, d’inspection, de contrôle, d’animation, de formation, de sanction des études, de gestion, de recrutement, d’expertise. Bref, près des 2/3 travaillent plus de 50 h ; 40% travaillent plus de 60 h par semaine et 3% seulement travaillent moins de 40 h.
– une activité moins motivante (2/3 déclarent un moral professionnel « moyen-mauvais »), du fait de relations dégradées avec les supérieurs (40%) ; de décisions concernant l’exercice de leur métier trop descendantes ; une non reconnaissance de leur travail (48 %), des possibilités d’évolution professionnelle insatisfaisantes (75%).
– et c’est ainsi que le corps des inspecteurs ressent un sentiment de fatigue physique et psychologique (60 % disent ressentir un état de fatigue chronique et 20% sont présumés en « épuisement professionnel »), un sentiment de stress de plus en plus fréquent (96%), allant, pour 10% d’entre eux jusqu’au burn-out, alors que 23,33% d’entre eux présentent une « présomption de burn-out ». Au mieux, le corps médical s’inquiète des signes de somatisation.

Des précisions ou éléments complémentaires sont à apporter à ce panorama destiné au grand public

Des déclarations des IEN[1] (607 répondants qui représentent l’essentiel de l’enquête, les résultats des IA-IPR[2] n’ayant été utilisés qu’à titre de comparaison avec l’enquête IEN), il ressort (les divergences avec les réponses des IA-IPR sont indiquées ci-dessous) :
– une stabilité ou une amélioration des relations avec les directeurs d’école et les chefs d’établissements ;
– une dégradation des relations avec les inspecteurs d’académie-DASEN ;
– une stabilisation des relations avec les enseignants ;
– une dégradation des relations avec les parents (non représentants)
– le sentiment d’être soutenus par la hiérarchie (courte majorité), même si ce sentiment est plus fort en ce qui concerne les collègues ;
– une insatisfaction quand à l’adéquation des outils numériques (66%), l’information pour le travail au quotidien (55%) ou l’offre de formation (77%) ;
– une satisfaction du travail en équipe, notamment avec les collaborateurs (plus de 90%) ;
– un manque de visibilité sur la politique éducative de la collectivité locale (47%).

Parmi les charges jugées trop lourdes, figurent notamment la gestion de conflits, le travail administratif et les réunions imposées.
Par ailleurs, il reste visiblement du travail à accomplir pour que l’administration académique passe d’une capacité d’écoute à une véritable connaissance du travail de circonscription.

Dans l’enquête figurent deux questions ouvertes : « pouvez-vous dire ce qui vous motive le plus dans votre métier ? » (Q1) et « pouvez-vous dire ce qui vous passionne dans votre métier ? » (Q2). Dans les réponses, les mots utilisés les plus fréquemment sont les suivants (dans l’ordre d’occurrence) :
Pour les IEN :
– élèves, enseignants, réussite, faire, accompagnement (Q1) ;
– élèves, enseignants, relations, humains, formation (Q2).
Pour les IA-IPR :
– enseignants, élèves, faire réussir, pédagogie (Q1) ;
– élèves, pédagogie, faire, enseignants, réussite (Q2).

L’enquête met en avant quelques divergences entre IEN et IA-IPR, notamment quant à la marge d’autonomie estimée (54% pour les IEN, 77 % pour le IA-IPR) ; le temps de travail (77 % des IA-IPR disent travailler plus de 50h contre 63 % des IEN).

CAUSES

Les causes de cette situation retenues par les médias :
– la transformation de l’école (80 % des IEN et 70 % des IA-IPR estiment qu’il y a trop de changements et de réorganisations dans le système éducatif) ;
– L’accumulation des réformes : mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires, mise en œuvre de la liaison CM2-6ème, la réforme du collège ;
– Le sentiment de non reconnaissance du travail est également exprimé dans le sentiment d’avoir été oubliés par la refondation de l’école.

PRÉCONISATIONS

Parmi les préconisations proposées dans l’étude, les médias ont essentiellement retenu, celles de :
– confier les questions de gestion administrative à un pôle inter-circonscriptions qui pourrait d’ailleurs être confié à un fonctionnaire territorial ;
– limiter la polyvalence excessive et la multiplicité des missions des inspecteurs en mutualisant les compétences ;
– organiser des stages obligatoires sur la gestion des conflits.

Beaucoup d’autres propositions ont été faites par Fotinos et Horenstein, « pour améliorer la situation et aider à la réussite de la refondation de l’école de la République » :

  • Quant à l’accumulation des tâches, volume de travail, gestion des conflits et mission pédagogique :
    – limiter la polyvalence excessive et la multiplicité des missions par une mutualisation académique /départementale des compétences;
    – créer des pôles de gestion administrative pour les IEN de circonscription;
    – inscrire au plan de formation des IEN des stages obligatoires sur la gestion des conflits;
    – déclencher une réflexion ministérielle sur la mission première des inspecteurs : la pédagogie.
  • Quant aux aspects négatifs relatifs aux modes de gestion de l’exercice du métier et de la carrière :
    – élaborer un baromètre académique et/ou départemental à partir d’une consultation des intéressés avec le soutien du recteur de région académique;
    – développer une démarche collective et participative pour les plans d’action de terrain et de gestion des personnels;
    – instaurer la construction d’un véritable plan de carrière ouvert sur la mobilité interne et externe.

Ressources :
– Fotinos Georges & Horenstein José Mario (2016). Le moral des inspecteurs IEN, IA-IPR : qualité de vie au travail et épuisement professionnel. Paris : Vitruvian consulting, Casden.
Administration et éducation (2016). « Les inspecteurs territoriaux : médiateurs du changement », n°149.
– Thibert Rémi (2011). Inspection scolaire : du contrôle à l’accompagnement ? Dossier d’actualité Veille et Analyse, n°67.

[1] IEN : Inspecteur et inspectrice de l’Éducation nationale. http://www.education.gouv.fr/cid58999/inspecteur-de-l-education-nationale-ien.html

[2] IA-IPR : Inspecteur et inspectrice d’académie- Inspecteur et inspectrice pédagogique régional.e


Une réflexion au sujet de « Inspecteurs territoriaux : on les voit médiateurs, ils se sentent fatigués »

  1. Merci ; Bien vu; Georges Fotinos
    PS: je viens de lancer le même type d’enquête pour les « Personnels de Direction » (en 1 semaine 1662 réponses; A votre disposition pour en parler ; Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *