Inné, non ! Acquis, oui !

vidal-geneve-2016

La deuxième journée ( cf. article 1 et article 2 sur la première journée) débute avec la conférence de Catherine Vidal, neurobiologiste et auteure de nombreux ouvrages sur les relations entre neurosciences et genre. Elle dirige une collection, Égale à Égal publiée chez Belin, qui s’intéresse aux questions d’égalité entre les femmes et les hommes  « pour faire le ménage des idées reçues« .

Catherine Reverdy et moi prenons d’abord le temps de discuter avec elle avant la présentation sur les moyens à mettre en œuvre pour démonter un à un les clichés portant sur les (soi-disant) différences entre le cerveau des femmes et celui des hommes. « Expliquer les démarches scientifiques avec humour, combattre les mauvaises images avec de bonnes, ne pas jargonner, voilà ce qui peut permettre au public de mieux comprendre les messages et de réfuter les préjugés » selon la scientifique.

Ce sont ces préjugés naturalistes qu’elle combat lors de cette conférence en démontant des théories innéistes sur les capacités des femmes et des hommes débouchant le plus souvent sur des neuromythes sexistes (comme les rôles sociaux ou professionnels attribués aux individus selon leur sexe, à ce propos lire notre Dossier de veille n°112).

Alors, nature ou culture ? La seule capacité innée à la naissance selon elle serait la capacité de câblage des neurones (seulement 10% de connectés), c’est l’inné, alors que la réalisation effective du câblage (les 90% restant) s’établit en fonction des expériences, de l’apprentissage, de l’environnement, c’est l’acquis. Les deux sont indissociables.

C’est l’expérience vécue qui guide le développement neurologique, psychologique et comportemental. C’est la construction de l’identité de genre. Les différences observées dans les comportements des filles et des garçons seraient donc le reflet d’un apprentissage social, le reflet de ce que la société attend des femmes et des hommes à un moment donné, dans une culture donnée. Ce sont la persistance de l’idéologie d’un déterminisme biologique  et les différentiations entre les sexes qui constituent les butoirs à une véritable égalité. Seul une communication éthique forte des neurobiologistes sur ces neuromythes permettrait une clarification scientifique sur ces questions…

Nous sommes d’accord.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *