Plus on est de fous, plus on apprend ?

De nombreuses discussions se font aujourd’hui autour d’un travail en commun des élèves ou de leur apprentissage en contexte social : on parle de coopération, de collaboration, d’intelligence collective[1] ; on réinterroge le socioconstructivisme ; on évoque même l’importance de l’environnement social pour le développement du cerveau. Mais que sait-on du fonctionnement des groupes ? De la manière dont se tissent les liens avec l’apprentissage au fur et à mesure des interactions entre élèves ? Comment concrètement mettre en place des situations de coopération dans une classe et avec quels objectifs ? Doit-on développer d’abord les compétences de communication et d’écoute de ses pairs ?

Ce sont ces questions qu’aborde le Dossier de Veille de l’IFÉ n° 114 : La coopération entre élèves : des recherches aux pratiques, en s’intéressant à la façon dont les recherches en éducation étudient cette thématique et fournissent des pistes de réflexion aux enseignants pour la mise en œuvre de l’apprentissage coopératif dans le contexte de la classe.

Coopérer, c’est au sens littéral « opérer avec », faire avec les autres, participer ensemble à une action commune (définition du CNRTL). Et mettre en place des situations de coopération en classe (tutorat, entraide, travail de groupes…), c’est aussi « faire avec » : faire avec les relations déjà établies entre les élèves, faire avec les caractéristiques de la classe, faire avec la culture du pays dans lequel on se trouve, plutôt orientée vers la coopération ou vers la compétition, ou même vers les deux. C’est aussi faire avec les désaccords entre les élèves, et s’arranger pour qu’ils deviennent un moyen d’apprendre, en favorisant la confrontation d’idées différentes et en évitant un ralliement aux idées du ou des éventuels leaders du groupe. C’est par la prise en compte de tous ces éléments et leur arbitrage en fonction des objectifs d’apprentissage que les enseignants sont à même de favoriser les apprentissages de leurs élèves lors d’un travail en coopération. Outre ce Dossier de veille, des ressources très détaillées sont à disposition des enseignants sur la thématique de la coopération, dans le cadre du site collaboratif Climat scolaire réalisé par la DGESCO et Canopé.

Pour citer ce dossier :

Reverdy Catherine (2016). La coopération entre élèves : des recherches aux pratiques. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 114, décembre. Lyon : ENS de Lyon. En ligne : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=114&lang=fr

 

[1] Une définition possible de l’intelligence collective en management est l’« ensemble des capacités de compréhension, de réflexion, de décision et d’action d’un collectif de travail restreint issu de l’interaction entre ses membres et mis en œuvre pour faire face à une situation donnée présente ou à venir complexe. » (Greselle Zaïbet, 2007)


Une réflexion au sujet de « Plus on est de fous, plus on apprend ? »

  1. Merci pour ce dossier très intéressant sur la coopération entre élèves. J’aimerais aussi attirer votre attention sur la pédagogie des réseaux d’échanges réciproques de savoirs, initiée et théorisée par Claire Héber-Suffrin. Cette pédagogie que j’ai pratiquée en accompagnement éducatif pendant quelques années, se transpose très facilement en classe entière. Elle développe chez les élèves un rapport au savoir très différent de celui en attente de notes. Elle rend les élèves acteurs de leurs apprentissages à travers cette spécificité de la réciprocité qui les met en situation d’offreurs et demandeurs de savoirs. Elle développe de ce fait aussi la motivation à apprendre, la confiance en soi et le plaisir à apprendre. Pour en savoir plus : http://www.ecolechangerdecap.net/spip.php?article332

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *