Le « culte du tablier » ou comment les femmes sont représentées dans les manuels scolaires

femme-invisibleNous avons vu dans notre dernier Dossier de veille (n°112, octobre 2016) comment les stéréotypes de genre étaient largement reproduits dans les manuels scolaires et les livres pour enfants. Un récent rapport d’Eurydice, en comparant deux études espagnole et polonaise, montre comment la femme, dans le peu d’illustrations les représentant, est toujours dépeinte portant un tablier, dans une cuisine, occupée aux tâches ménagères : les manuels polonais reproduisent les convictions traditionalistes de la place de la femme dans la société tout en ignorant les personnalités féminines importantes ou encore les combats récurrents des mouvements féministes dans la lutte contre le sexisme et pour l’accès aux droits fondamentaux ; dans l’étude espagnole, les auteurs observent les mêmes biais quantitatifs et qualitatifs privilégiant les stéréotypes sexistes dans les images : il y aurait deux fois moins de représentations graphiques de femmes par rapport à celles montrant des hommes. Des couleurs pâles ou rose sont les plus souvent utilisées pour décrire des femmes majoritairement situées au sein de l’espace privé en train d’accomplir des tâches liées à la sphère familiale alors que les hommes occupent les espaces publics et sont caractérisés par des postures d’action.

Le peu de diversité et la faible valorisation des modèles d’identification proposés dans les manuels ont des conséquences pour l’estime de soi et nuisent aux potentiels cognitifs. Il peut en résulter pour les filles un faible engagement pour des métiers scientifiques ou à responsabilité, un choix de carrières stéréotypé ainsi qu’une association permanente entre le féminin, la maternité, les soins aux enfants et les activités ménagères. Les études sur le sujet sont unanimes et dénoncent le sexisme et la présence de nombreux préjugés en défaveur des femmes. Ce constat est partagé dans de nombreux qui accusent les manuels scolaires d’avoir non seulement une forte responsabilité dans l’infériorisation des femmes via de nombreux stéréotypes, en particulier celui de la division sexuée du travail et de l’espace social, mais aussi d’être un facteur d’ineffectivité des principes juridiques relatifs à l’égalité de genre.

Comme l’a constaté Nilsen,  auteure de l’expression « culte du tablier », dans ses recherches sur l’image des femmes dans la littérature enfantine américaine, le panel des représentations féminines passe du « sans éclat » au « dégradant » en passant par « l’invisible ». C’est d’ailleurs contre cette invisibilité des femmes (les femmes restent inapparentes, inférieures et cantonnées à des rôles stéréotypés dans les médias, selon un rapport de la commission sur l’image des femmes dans les médias) que se bat le Laboratoire de l’égalité en montant notamment des campagnes de sensibilisation destinées à lutter contre les propos et pratiques sexistes.

Reiser Michèle, Gresy Brigitte (2008). L’image des femmes dans les médias. Secrétariat d’État à la solidarité.

Eurydice (2010). Différence entre les genres en matière de réussite scolaire. Agence exécutive Éducation, audiovisuel et culture.

Nilsen Alleen Pace (1971). Women in Children’s literature. College English, vol. 32, n° 8, mai.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *