À quoi rêve le collège des Bernardins ?

« À quoi rêve l’école ? » – telle fut la formule choisie par le philosophe Milad Doueihi pour introduire une journée d’étude organisée le 6 octobre 2016 par le Collège des Bernardins, un prestigieux « lieu de rencontres » situé au centre de Paris, sur un thème aussi large qu’ambitieux : « apprendre et enseigner à l’ère numérique ».

Encore faut-il prendre « école » au sens large, puisqu’il fut question aussi bien d’institution scolaire, d’école primaire et de lycée général, d’enseignement supérieur à l’université comme à la « web school factory » (une école post-bac en 5 ans visant à former de futurs managers du numérique), de formation en entreprise, de la soif d’apprendre à enseigner des étudiants ne voulant surtout pas devenir enseignants, ou de réflexions menées au sein de l’église sur la formation des prêtres.

Comme l’a indiqué le Père Louzeau, le professeur de théologie directeur du centre de recherche de cette institution, cette journée est issue du croisement des travaux d’une part de la chaire « l’humain au défi du numérique », consacrés au questionnement en terme anthropologique de la notion du numérique, et d’autre part d’un cycle d’une trentaine de conférences données dans le cadre du séminaire « École et République » entre 2014 et 2016 : le point commun de ces deux dispositifs étant de considérer le numérique comme une véritable « révolution », dont il est nécessaire de prendre toute la mesure.

Le choix a été fait d’une série de courtes interventions d’orateurs venant d’horizons très divers, regroupées autour de 4 thèmes : « (Re)considérer les finalités de l’école » ; « Apprendre aujourd’hui : connaissances et compétences pour le monde de demain » ; « Enseigner aujourd’hui : une nouvelle culture, des nouvelles postures, de nouveaux dispositifs » et « repenser les espaces-temps des apprentissages ». De courtes vidéos illustrant des séances de travail menées en établissement scolaire ponctuaient également la journée.

Relativement homogènes dans leur forme, les différentes interventions de cette journée d’étude se sont appuyées sur des points de vue et des questionnements d’une grande hétérogénéité. Pour prendre l’exemple du premier axe de réflexion « (Re)considérer les finalités de l’école », ont pris la parole successivement, à la tribune du spectaculaire grand amphithéâtre :

  • Alain Boissinot, recteur d’académie et ancien directeur de l’enseignement scolaire, qui a tenu à remettre en cause, d’un point de vue historique, la présentation du numérique comme une « révolution », ou « une rupture anthropologique radicale », en prenant appui sur le parallèle de la révolution radicale qu’aurait constitué l’invention de l’imprimerie, alors qu’on peut constater une période longue de métissage des pratiques. Il a ensuite pointé une question importante à ses yeux : comment piloter intelligemment cette rencontre du numérique et de l’éducation ?
  • Jean-Michel Blanquer, directeur général du groupe ESSEC, a souligné quant à lui que la question de la finalité de l’école était une question faisant l’objet d’un consensus : la finalité de l’école, c’est la liberté. Certes, la notion de liberté, elle-même ne fait pas consensus, mais à ses yeux le débat sur le sens exact des termes « liberté », « émancipation », ou « autonomie » n’est pas le point central à considérer. Ce qu’il est important de mettre en valeur, c’est la multiplicité, la simultanéité et l’accumulation de révolutions multiples, scientifiques autant que technologiques, tout comme celle que des sciences cognitives. Dans cette perspective, c’est une autre question qu’il est urgent de se poser : comment un monde de plus en plus technologique peut-il être malgré ces révolutions – ou grâce à elles – un monde de plus en plus « humain » ?
  • Florence Rizzo, co-fondatrice de l’association « Synlab », qui travaille sur le sujet de la formation initiale et continue des enseignants, voit bien dans la « culture numérique » une révolution, ou en tout cas une occasion de pouvoir comprendre et vivre intimement ce qu’est l’interdépendance, ce qui permet de percevoir que, sur des problèmes complexes, planétaires, est requise l’intelligence de tous. Ce qui amène à se poser la question, dans le domaine de l’éducation, des formations proposées pour dépasser la pensée en silo afin de connecter les connaissances et les disciplines. Son expérience professionnelle, construite aussi en dehors du monde de l’éducation, lui a montré la valeur du concept d’ « ubuntu » (que l’on peut traduire par « je suis parce que nous sommes »), qui pour être intégré à l’école nécessiterait une remise en cause radicale du système de formation tel qu’il est conduit actuellement, et qui relève plus d’une vision humano-centrée et individualisée du « je pense donc je suis ». Poser la question du renouveau des finalités de l’école à l’ère du numérique, ce serait donc, non pas se demander comment faire pour que l’école construise des « êtres pensants » – ce qu’elle fait déjà – mais comment faire pour cette pensée ne soit pas conçue de manière individuelle, mais collective, ce qui permettrait une réelle formation à l’esprit critique, porteuse d’un questionnement éthique.
  • Enfin Elisabeth Schneider, maîtresse de conférence en Sciences de l’Information et de la Communication à l’ESPE de Rouen, s’appuyant sur un travail d’enquête mené auprès d’enseignants et de parents sur les pratiques numériques des adolescents, a tenu à mettre en évidence une réflexion s’articulant sur deux axes. D’une part la question de l’émancipation des individus, telle qu’elle se repose à « l’ère numérique » : l’école permet-elle aujourd’hui de s’émanciper des dispositifs techniques auxquels les élèves sont confrontés ? Comment poser, non pas la question de l’efficience, mais celle de la dimension technique des usages du numérique ? D’autre part, la question des acteurs de «  l’école numérique » que sont les enseignants et les parents , puisque son travail de recherche, mené avec Anne Cordier, tend à rendre visible la partie des enseignants qui ne sont pas associés – pour diverses raisons – au renouveau de l’école numérique, et de la souffrance que cela engendre, comme les parents qui peuvent se percevoir dans une réelle situation d’asservissement : que font ceux qui n’ont pas les moyens de financer un accès permanent à internet, alors même que l’école le leur demande ?

Nul doute que ces réflexions fort diverses ont contribué à nourrir les questionnements des nombreux spectateurs. Difficile d’en savoir plus sur ce point, malheureusement : ceux-ci étaient invités à poser des questions par le biais de SMS, mais le réseau ne fonctionnait pas.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *