C’est quoi, en fait, la différenciation dans l’éducation ?

Le cycle de conférence de consensus organisé par le CNESCO et l’IFÉ a débuté en janvier 2015 par une conférence sur le redoublement dont les conclusions invitaient à construire des alternatives à cette pratique globalement inefficace en termes d’apprentissages. La prochain conférence de consensus, dont les journées publiques se tiendront en mars 2017, s’attaquera à cette question des alternatives en mettant au programme le thème de la « différenciation ».

Cela fait en effet plusieurs années que l’on s’interroge sur la façon de concilier la diversité des élèves, de leurs acquis et de leurs parcours, avec le caractère uniforme de l’enseignement dispensé dans la forme scolaire dominante.  Les solutions traditionnelles de différenciation par les structures (regroupement par niveaux, filières séparées selon les profils, sélection précoce…) ont montré leurs limites tant en termes d’efficacité qu’en termes d’équité, comme l’ont montré différents travaux scientifiques ou des enquêtes telles que PISA.  Les autres formes de différenciation sont souvent invoquées mais dans une relative confusion des termes et des concepts. On mélange parfois personnalisation, individualisation, différenciation et de nombreux dispositifs qui obéissent pourtant à des principes de départ assez différents. Un dossier de veille de l’IFÉ à paraître en novembre prochain tracera quelques pistes de réflexion en la matière.

La conférence de consensus aura parmi ses objectifs de mobiliser des experts pour préciser le périmètre les différentes notions,  faire le point sur les savoirs disponibles autour de cette question et éclairer, de façon aussi scientifique que possible, les pratiques existantes ou souhaitables qui pourraient être constitutives de cette « différenciation » pédagogique dans le système éducatif.

La conférence est pilotée scientifiquement par Jean- Marie De Ketele, pendant que le jury sera présidé par Marie Toullec-Théry.

Les candidatures sont ouvertes pour faire partie du jury (cf. formulaire de candidature) et les praticiens sont invités à faire part de leurs attentes via un processus de revue de questions.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *