De la fabrication de l’interdisciplinarité à sa généralisation

photo-masterclass-interdis
Mardi 13 septembre au soir se tenait un événement un peu particulier à la cité des sciences et de l’industrie, auquel j’ai participé : la masterclass « Fabriquer l’interdisciplinarité », organisée par le Lab School Network. Cette masterclass sera suivie d’un hackathon les 17 et 18 septembre sur la même thématique.
Une table ronde animée par Louise Tourret (France Culture) a débuté la masterclass, avec François Taddei, Emmanuel Saint-Fuscien et moi-même. Dans le public, des enseignants bien sûr, mais aussi des étudiants, des chercheurs, des comédiens… Commençant la table ronde par l’interdisciplinarité à l’école, j’ai tenté d’apporter des explications aux polémiques soulevées par la dernière réforme du collège, et notamment par les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI).

Pourquoi un tel déchainement de passions devant une demande ministérielle somme toute récurrente depuis quelques décennies, à savoir aborder les sujets complexes de la société à l’école par le croisement de plusieurs disciplines ? On se souvient en effet de la mise en place des travaux personnels encadrés au lycée au début des années 2000, temps privilégié pour construire un projet interdisciplinaire et le présenter à l’oral. La mise en œuvre des TPE a été houleuse, mais le dispositif s’est maintenu et semble dorénavant apprécié par tous, enseignants comme élèves. A la même époque, comme l’a rappelé Emmanuel Saint-Fuscien,  les itinéraires de découverte (IDD) au collège avaient suscité des polémiques avant d’être regrettés par de nombreux enseignants après leur quasi-disparition…
L’interdisciplinarité scolaire consiste en effet à éclairer des sujets complexes par le biais de plusieurs disciplines, non simplement en juxtaposant ces différents regards (ce qui relèverait plutôt de la pluridisciplinarité, chaque discipline ne sortant pas de ses frontières) mais en les confrontant, en les faisant s’enrichir mutuellement, jusqu’à obtenir pour les élèves une vision d’ensemble assez solide et cohérente de ces problèmes complexes (voir le Dossier de veille de l’IFE n° 100 : Éduquer au-delà des frontières disciplinaires).
Pourquoi est-ce difficile pour les enseignants de travailler de cette manière ? Plusieurs raisons :
– le travail en équipe dans les établissements se fait davantage autour d’une discipline (équipe disciplinaire) ou autour de la gestion de classe (équipe pédagogique), plus rarement autour d’un objet d’enseignement commun à plusieurs disciplines. Il est en effet délicat à la fois de maitriser suffisamment les frontières de sa propre discipline . La formation des enseignants, pourtant très disciplinaire, n’aborde que peu ces questions de périmètres disciplinaires, l’épistémologie des disciplines, et se concentre sur les seuls contenus. Il est également délicat de s’ouvrir à la discipline des collègues, le vocabulaire est différent d’une discipline à l’autre, des concepts voisins sont abordés avec un regard  spécifique et différent ;
– la formation reçue par les enseignants et l’organisation même du système scolaire secondaire français sont à l’origine d’une conscience disciplinaire forte de la part des enseignants, qui marque leur identité professionnelle. Pour pouvoir exister et s’imposer dans les établissements, c’est-à-dire pour avoir des heures d’enseignement (disciplinaire) les plus nombreuses possible, les enseignants se sont regroupés historiquement autour de leur matière (ou discipline scolaire, qui peut regrouper plusieurs disciplines universitaires, comme l’histoire-géographie). On comprend aisément qu’il y ait des frictions lorsqu’il faut regrouper et partager les heures chèrement acquises.
L’interdisciplinarité semble bien impossible à réaliser dans ces conditions, et pourtant elle existe dans les classes. Si les enseignants ont en effet la possibilité de se focaliser sur un objet particulier leur permettant chacun d’apporter leurs compétences didactiques au service de la compréhension globale des élèves, les discussions peuvent émerger sans remise en cause de  la matière (et de l’identité) de chacun. Cela peut se faire par exemple à travers des projets qui se concentrent sur un objectif commun, et pour lesquels ce sont aux élèves de faire les ponts et aux enseignants de les accompagner dans cette étape difficile.
Emmanuel Saint-Fuscien, maitre de conférence, a ensuite évoqué son expérience autour de l’interdisciplinarité dans un établissement d’enseignement supérieur la promouvant, l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) : il s’agit d’être enseignant-chercheur de sciences sociales, et non d’histoire, de psychologie, de sociologie… La gageure de maitriser solidement toutes ces disciplines est difficile à réaliser dans les faits : comment être spécialiste des multiples ramifications interdisciplinaires qui se déclinent à l’infini, comme la psychologie sociale, l’histoire économique, la géographie politique… ? Suffit-il de maitriser la méthodologie propre à chaque discipline ? Quelle légitimité un enseignant a dans ces différentes matières ? Autant de questions qui ne sont souvent pas abordées en tant que tel, qui sont laissées dans l’ombre, tout comme la définition de l’interdisciplinarité par rapport à la transdisciplinarité, qui reste très floue. Il observe également, comme le montrent des recherches portant sur l’enseignement secondaire, que l’interdisciplinarité stricte ne se fait pas vraiment dans l’enseignement supérieur, au profit de la pluridisciplinarité : chaque enseignant garde en tête et présente avant tout sa propre discipline, les autres disciplines étant au service de la sienne. Il faut par conséquent associer une forte légitimité dans sa discipline à une humilité sur les autres disciplines, que l’on connaît moins, dans le but de favoriser les échanges. D’après lui, l’enseignement supérieur se tourne actuellement davantage vers la transdisciplinarité, donc vers un objectif commun situé au-delà des disciplines, que vers l’interdisciplinarité.
Pour clore la table ronde, François Taddei, président du Centre de recherches interdisciplinaires, a évoqué la place particulière de l’éducation par rapport à d’autres domaines de recherche : pourquoi si peu de moyens en recherche & développement en éducation, comparée par exemple à la médecine ? Pourquoi n’y a-t-il pas une prise en compte nationale des innovations qui se font à petite échelle ? Le système scolaire français étant très hiérarchique, il faut pour lui passer d’une logique de contrôle à une logique de confiance et inciter ainsi les établissements à participer à la recherche, et accompagner le changement à tous les niveaux. En ce qui concerne l’interdisciplinarité, elle autorise un regard qui va au-delà de chaque discipline pour se rapprocher de la complexité de certains sujets : la réalité ne connait pas les disciplines même si ces dernières permettent de voir une partie de la réalité. Les élèves sont alors davantage motivés à faire des liens entre les disciplines, à s’engager dans les savoirs, à travailler ensemble, à développer leur esprit critique, autant de compétences qui leur seront utiles pour les métiers de demain. Ces compétences propres à l’humain et qui permettent aux élèves de s’adapter à un monde en évolution ne pourront pas être développées via l’intelligence artificielle, contrairement aux savoirs d’hier, facilement compilables par des machines.
Les échanges avec le public qui ont suivis, forcément trop courts, ont apporté des précisions sur la formation des enseignants (comment la renforcer et mieux aider les enseignants à pratiquer l’interdisciplinarité, notamment en les formant à accompagner les élèves dans un monde qui évolue), ont fait émerger des exemples riches de mise en œuvre d’interdisciplinarité dans les établissements (mathématiques et danse, théâtre et disciplines diverses…) et ont même ouvert à un préfixe inattendu, l’intradisciplinarité (deux enseignants de la même discipline se partageant les heures d’une même classe, ce qui apporte aux élèves une mise en perspective riche des invariants disciplinaires).
Pour ceux qui souhaitent continuer à imaginer des solutions pour fabriquer l’interdisciplinarité au quotidien, dans les établissements scolaires ou ailleurs… la suite dans le hackathon prévu ce week-end.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *