Lire des livres permet de vivre plus longtemps…

Un chapitre lu, c’est un jour de gagné : c’est en effet le titre provocateur (1) d’une étude réalisée par des chercheurs américains d’un laboratoire de l’université de Yale, qui ont suivi une cohorte de 3635 participants, plutôt âgés, sur une période de 12 ans.

Pour résumer, le groupe défini comme  « lecteurs de livres » bénéficiait d’un avantage de vie de  23 mois en moyenne par rapport aux membres des autres groupes « toutes choses égales par ailleurs » (âge, sexe, richesse, niveau de diplôme, statut marital, bilan de santé…). L’étude a fait parler d’elle, car les autres travaux comparables avaient  jusque là conclu à l’absence d’effets significatifs. La nouveauté ici, tient à l’hypothèse de départ séparant la lecture de livres (monographies) de celle de magazines et journaux(périodiques), ce qui a visiblement « fait la différence ».

C’est donc moins la lecture au sens générique que les caractéristiques associées à la lecture d’ouvrage qui semblent avoir des incidences : le type de lecture est ici déterminant.

L’explication de cette corrélation par les chercheurs résiderait, selon eux, dans les processus d’engagements cognitifs généré par la lecture de livres (« cognition médiate the relationship between reading and survival« ). Le premier engagement cognitif recouvre la lecture « en profondeur », qui favorise la concentration, la pensée critique, et le second renvoie à l’empathie, l’intelligence émotionnelle et la perception sociale. Les deux processus favoriseraient des comportements favorables à la santé et réduiraient le stress. Autrement dit, les façons de penser et de se comporter induites par la lecture approfondie conduiraient à des attitudes qui augmentent les chances de survie (puisque c’est bien de cela dont il faut parler…).

Conclusion des chercheurs : passer 30 minutes par jour à lire un roman, par exemple, ce qui correspond souvent à un chapitre, non seulement vous apporte un enrichissement culturel mais vous donne aussi plus d’années… pour lire !

On peut rester réservé sur le glissement de la corrélation à la causalité (nous n’avons pas étudié  la rigueur scientifique des processus cognitifs présentés comme les médiateurs de cette causalité), mais cette étude  présente à tout le moins de nombreux prétextes à digressions amusantes…

(1) Bavishi Avni, Slade Martin, Becca Levy, (2016)  « A chapter a day : Association of book reading with longevity », Social Science & Medicine, volume 164, septembre 2016, pages  44-48. En ligne : http://dx.doi.org/10.1016/j.socscimed.2016.07.014


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *