Bonnes pratiques : le classement de projets basés sur des données probantes …

Par les temps qui courent, il est de bon ton de mettre en avant les formules « qui  marchent ».

Certains (re)découvrent la pédagogie Montessori, d’autres comptent sur les neurosciences pour rendre les élèves mieux-apprenants, …

En Angleterre, les recherches sur l’evidence-based education (éducation basée sur la preuve) ont depuis longtemps le vent en poupe.

L’Education Endowment Foundation (EEF), organisme basé à Londres, investit dans des projets utilisant des données probantes afin d’aider les écoles à dépenser plus efficacement leur budget, dans leur objectif d’améliorer l’enseignement et l’apprentissage des enfants issus de familles à faible revenu. Ces projets sont évalués par des instituts de recherche indépendants : « La grande majorité des projets que nous finançons est gérée comme des essais contrôlés randomisés, et les autres projets utilisent des modèles quasi-scientifiques ».

L’EEF répertorie et classe des projets portant sur l’enseignement artistique, la gestion des comportements, le feedback, la méta-cognition, l’apprentissage collaboratif, le numérique,  le travail à la maison, les styles d’apprentissages,  l’investissement parental, le tutorat entre pairs, la baisse des effectifs de classe, le redoublement, etc.

L’EEF diffuse ensuite ces résultats dans des « boites à outils » afin que les professionnels puissent « fonder leurs jugements sur des interventions éducatives qui se sont avérées les plus efficaces ».

Dans la Teaching and Learning Toolkit figurent ainsi 34 approches pédagogiques innovantes. Le classement opéré par l’EEF est basé sur l’impact sur la réussite éducative (évalué en mois), la solidité des études supportant cette approche et le coût de l’implantation pour une classe de 25 élèves.

En matière d’impact sur la réussite éducative, c’est le feedback (rétroaction) qui occupe la première place. Le gain, démontré par les recherches en éducation, est de 8 mois en moyenne (par rapport à un groupe contrôle). Les résultats sont certains lorsque les enseignants pratiquent l’évaluation formative et notamment lorsqu’ils sont accompagnés dans cette pratique. De plus, le coût d’une telle pratique est faible, lié, d’une part, au développement professionnel des enseignants et d’autre part aux dispositifs mis en place : démarche d’investigation et évaluation formative, soit environ 80£ par élève.

Autre démarche probante, la métacognition et l’autorégulation, ce que nous pourrions traduire par « apprendre à apprendre ». L’impact est aussi fort que le feedback (8 mois) mais cette démarche est plus difficile à mettre en place car cela nécessite que l’élève se responsabilise et s’affranchisse des instructions et du soutien de l’enseignant pour trouver lui-même les stratégies d’apprentissage efficaces. L’EEF utilise la métaphore du scaffolding (échafaudage) : l’enseignant apporte un premier appui (introduction d’un concept) puis réduit son soutien jusqu’à rendre l’élève autonome. On retrouve dans les préconisations, des idées comme l’apprentissage collaboratif, le feedback, la motivation, la résilience, la persévérance.

L’une et l’autre de ces analyses sont étayées par sept méta-analyses, produites sur les dix dernières années.

À titre d’exemple, parmi les projets en cours, l’EEF a décidé de financer un projet sur deux ans portant sur le développement professionnel d’enseignants en matière d’évaluation formative (i.e. l’incorporation de l’évaluation formative dans les pratiques). Pour ces enseignants du secondaire (élèves de 11 à 16 ans), l’objectif est d’apprendre à prendre des décisions pas à pas, de planifier des leçons mais aussi de différencier les activités tout en pratiquant une rétroaction qui incite les élèves à maitriser leurs apprentissages et à se soutenir les uns les autres. La formation, sous forme d’ateliers permet à l’un des enseignants d’être moteur dans l’intégration du programme dans son école. 120 écoles (12 000 élèves) ont été choisies au hasard pour faire partie de l’expérimentation ou bien être groupe contrôle. Le fait que cette expérimentation soit basée sur les travaux de Black et Wiliam[1] a suffi à justifier à son éligibilité. Son évaluation est réalisée par le National Institute for Social and Economic Research, les résultats au GCSE, en fin de deuxième année, servant de baromètre de réussite.

[1] Pour le descriptif du travail de Black et Wiliam en matière d’évaluation formative, voir le Dossier de Veille de l’IFÉ, n°94, de septembre 2014, Évaluer pour (mieux) faire apprendre.


Une réflexion au sujet de « Bonnes pratiques : le classement de projets basés sur des données probantes … »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *