Les chercheurs en sciences de l’éducation sont-ils tous des sages ?

La Direction générale des ressources humaines du MENESR publie désormais des fiches démographiques par section CNU, permettant d’apprécier l’évolution de la population des enseignants-chercheurs (EC) sur 20 ans, la structure démographique de la section, les effectifs qualifiés et recrutés ainsi que leur répartition géographique.

Voici quelques données brutes auxquelles votre curiosité ne saurait résister, extraites de la fiche dédiée à la section 70 – celle des sciences de l’éducation :

  • Les effectifs d’EC en sciences de l’éducation représente 1,3% de la population des EC, toutes disciplines CNU confondues.
  • Ils sont passés de 399 en 1995 à 668 en 2015 (495 MCF et 173 PR).
  • Leur croissance est cependant moins rapide que celles d’autres sections dans le groupe « interdisciplinaire », dans lequel ils ne représentent plus que 27% (contre 37% en 1995).
  • Les sections 71 (sciences de l’information et de la communication) et 74 (STAPS), qui sont rattachées au groupe interdisciplinaire, comptent en 2015 plus d’EC que la section 70 – respectivement 803 et 809.
  • La population des EC de la 70e section est significativement plus âgée que dans les autres sections ; près de 3 PR sur 4 ont 55 ans et plus ; 18% des actifs ont atteint les 65 ans.
  • Les carrières en sciences de l’éducation commencent tard : seuls 17% des MCF ont moins de 40 ans.
  • Depuis 2011, les taux de qualification ont progressé d’environ 10 points chez les MCF et de 15 points chez les PR (respectivement 42 et 46% en 2015).
  • La sélection est faible pour accéder à des fonctions de PR (23 qualifiés, 23 postes publiés, 17 postes pourvus) mais les décisions du CNU ne sont pas toujours suivies.
  • La sélection est plus forte pour les MCF (123 qualifiés, 35 postes publiés, 34 postes pourvus).
  • En 2015, seuls 23 doctorants contractuels (approximativement un sur deux) ont une charge d’enseignement.
  • Parmi les enseignants non permanents, le nombre d’ATER (65) et le nombre d’enseignants associés (43) sont particulièrement élevés, comparés à celui des doctorants contractuels.
  • La fiche ne précise pas le nombre d’enseignants du second degré affectés dans le supérieur, pouvant être comptabilisés dans les sciences de l’éducation.

 

Pyramide des âges des enseignants-chercheurs de la 70e section et de l’ensemble des disciplines CNU (DGRH, MENESR), 2015

pyramide-ages-70e-section-CNU

 

 


Une réflexion au sujet de « Les chercheurs en sciences de l’éducation sont-ils tous des sages ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *