À propos de la persévérance scolaire

Je suis intervenu dans le cadre du Plan national de formation, devant des Inspecteurs de l’Éducation nationale de l’enseignement professionnel (IEN ET-EG) pour parler de la
persévérance scolaire. Mes interventions habituelles, depuis la sortie du Dossier d’actualité n° XXX portent sur le décrochage scolaire. Aborder la question sous l’angle de la persévérance oblige à changer de focale et à se mettre l’accent sur la prévention et sur ce qui permet aux élèves de s’engager dans leurs apprentissages. Le lien est rapidement fait avec le travail personnel de l’élève, objet du dernier Dossier de veille publié tout récemment (DV n°111, Représentations et enjeux du travail personnel de l’élève).

perseverance

Persévérance scolaire

La notion de persévérance scolaire nous vient du Québec où le problème du décrochage est traité sous cet angle-là depuis déjà plusieurs années. En France, pour la première fois en 2015-2016, une semaine de la persévérance scolaire était organisée dans toutes les académies, et la notion est explicitement abordée dans la lettre de la ministre pour la rentrée 2016.
Le CREPAS (Conseil régional de prévention de l’abandon scolaire Saguenay-Lac-St-Jean) en donne la définition suivante :
  • Poursuite d’un programme d’études en vue de l’obtention d’une reconnaissance des acquis (diplôme, certificat, attestation d’études, etc.).
  • Raccrochage
  • Réinscription d’un individu (abandonnant, décrocheur) à un programme d’études après une période d’absence plus ou moins longue.
Le retour en formation est une option qui va de soi, que ne fait pas débat, contrairement à la France, où cette possibilité est offerte depuis très peu. La persévérance scolaire n’est pas la réussite scolaire ! Il s’agit davantage d’un soutien des jeunes, d’un encouragement à poursuivre leurs rêves, tout en visant l’obtention d’un diplôme. L’idée de persévérance englobe l’amélioration des conditions de vie et le bien-être psychologique. On retrouve à travers ces préoccupations ce que l’on nomme « climat scolaire » en France.
Sur le site des cahiers pédagogiques, on trouve la définition suivante, donnée lors des Journées de la réussite éducative : « Le concept [de persévérance scolaire] met en avant l’idée de faire des efforts (sans tomber dans l’acharnement ou la souffrance) en étant accompagné et celle de continuité du parcours scolaire du jeune, tout en sachant qu’il n’y a pas de modèle de réussite scolaire.La prise en compte est globale. Par ailleurs l’accent est mis sur la prévention du décrochage ».
On comprend que la question est en fait d’accompagner les élèves dans leur parcours scolaire et dans leur travail scolaire, autrement dit, de faire en sorte qu’ils s’engagent effectivement dans leurs apprentissages sur le long terme.

Résilience

Les américains font le lien entre la persévérance (parfois appelée grit : qui se rapproche de l’idée de « cran », « courage », « détermination ». Voir le site edutopia) et la résilience. Certains estiment que les compétences de résilience sont à travailler avec les élèves, pour leur apprendre à affronter les difficultés rencontrées, à rebondir en cas d’échec (faire de ses erreurs un atout pour avancer). Les compétences de résilience permettent d’enrayer un processus de désengagement progressif des jeunes, processus relativement normal à cet âge (à partir du collège). Un élève résilient fait preuve de davantage de motivation, d’optimisme, d’autonomie, d’efficacité, d’organisation. il développe des compétences sociales (dont on commence à prendre en compte en France), augmente ses capacités de résoudre des problèmes, gère mieux son stress et fait plus facilement des connections entre les différents enseignements. Autant de compétences transversales clés ! Il est à noter que ces compétences sont à la base du curriculum utilisé dans les écoles du Milwaukee (États-Unis) depuis 1998.
D’autres recherches (belges notamment) ont mis en avant la nécessité de répondre aux besoins des élèves : besoin de sécurité, de relations de qualité, d’adultes bienveillants et structurants, de dignité et de justice, de sens.

Accompagnement

L’accompagnement tout au long du parcours scolaire des jeunes est pris en compte dans plusieurs pays : on trouve des care committees aux Pays-Bas, on parle de guidance au Danemark, de tutorat ou mentorat en Espagne et au Portugal, de coaching en Autriche, etc. Selon les pays, cet accompagnement est organisé au sein de l’établissement ou en dehors, avec des professionnels de l’éducation ou des partenaires extérieurs, mais en tout cas souvent sur le long terme et aide à passer les étapes délicates que sont les transitions d’un niveau à l’autre, d’un système à l’autre (orientation vers la voie professionnelle notamment).

Sentiment d’appartenance

On sait aussi que plus le sentiment d’appartenance à son établissement est fort, plus les chances de persévérances sont grandes. Or ce sentiment d’appartenance diminue avec l’entrée en collège, et s’étiole d’année en année. Des raisons propres aux individus, en période d’adolescence, expliquent cet état de fait, mais il y a aussi des raisons liées à l’institution : se retrouver avec une dizaine d’enseignants en 6è, avoir une pression accrue à propos des résultats, une organisation plus éclatée (cours, horaires), etc.
Les établissements sont de plus en plus nombreux à organiser des cérémonies pour la remise des diplômes ou promouvoir les talents des élèves, qu’ils soient scolaires ou non, dans le but de renforcer ce sentiment d’appartenance, afin de créer une « communauté ». Le Bulletin officiel (n° 2016-090 du 22-6-2016) a d’ailleurs instauré une telle cérémonie (dite « républicaine ») pour la remise du DNB et du CFG aux anciens élèves de troisième.

Engagement des élèves

La question de l’engagement des élèves dans leurs apprentissages impose de penser l’articulation entre le travail fait en classe et le travail demandé hors la classe (qui est plus large que ce que l’on entend par « devoirs à la maison » et pose d’autres questions).
L’organisation de la classe et de la séquence doit être réinterrogée : est-il opportun d’envisager la classe comme unique cadre d’apprentissage ? Comment articuler le travail en groupe et le travail individuel ? Comment individualiser au sein d’un collectif, tout en tirant profit du collectif ? Quelle pédagogie mettre en oeuvre dans la classe ? Comment préparer en classe les élèves à faire le travail qui leur est demandé hors la classe ? Comment en finir avec les implicites des devoirs à la maison qui font que seuls ceux qui sont en réussite parviennent éventuellement à en tirer profit ?
Comment, au sein de l’établissement, penser les différents dispositifs d’aide aux élèves, en tenant compte des différents registres : cognitif ; culturel ; identitaire-symbolique ? La recherche de Rayou est assez éclairante à cet égard. Comment repérer et comprendre les difficultés des élèves ? La co-intervention en classe peut s’avérer précieuse.
Comment penser collectif au sein de l’établissement, au niveau de l’équipe éducative, mais aussi avec les partenaires et les réseaux dans lesquels l’établissement évolue ?
Toutes ces questions sont à la croisée de différents travaux, que ce soit sur le leadership des enseignants, le travail collectif des équipes, le travail coopératif (Dossier de veille à venir), la pédagogie de projet, l’établissement formateur, les alliances éducatives, etc. La question de la persévérance scolaire interroge en fait notre système éducatif et pointe les difficultés que nous pouvons avoir à mettre en place les conditions de la réussite de chacun des élèves.

Bibliographie


Une réflexion au sujet de « À propos de la persévérance scolaire »

  1. Pour avoir été chargé d’une mission sur le décrochage dans le département de Pyrénées Orientales et avoir travaillé sur un dispositif de prévention du décrochage et après 25 ans d’expérience avec des élèves, je suis parfaitement d’accord avec la conclusion qui pose non la Refondation de l’école mais une révolution, un changement de paradigme; il convient de repenser l’école non comme un lieu de concentration avec mur, grille, salle de classe obscure et bruyante, profs infantilisés et je peux poursuivre ainsi…
    Une chose simple: le jour où nous verrons chaque professeur appeler par son prénom non seulement ses élèves mais tous les autres et bien là je peux vous garantir que nous irons beaucoup mieux et que les élèves viendront avec plaisir dans ce lieu d’enfermement qu’il est actuellement, malheureusement!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *