Tu as fait tes devoirs ?

« Manque de travail ». « Doit apprendre ses leçons ». « Fait semblant de travailler » « Ne travaille pas régulièrement ». « Aucun travail fourni ». « Travaillez plus consciencieusement ». Les bulletins scolaires révèlent le présupposé de notre institution qui veut qu’un élève qui réussit est forcément un élève qui travaille, et inversement. Ceux qui travaillent mais ne réussissent pas peuvent être perçus comme méritants quand même.

On voit bien que la question du travail personnel de l’élève est centrale dans notre école. Cette question est bien souvent réduite à celle des devoirs à la maison, dont on sait qu’ils renforcent les inégalités et qu’ils sont au mieux inefficaces en terme d’apprentissages. Pourtant, tout le monde se plie au rituel des devoirs.

Or le travail pour la classe hors la classe peut avoir lieu dans des lieux très divers, chacun ayant leur spécificité : dans l’établissement scolaire avec les dispositifs d’aide ou les temps d’étude, dans des structures associatives au niveau des communes, en lien plus ou moins étroit avec les politiques de la ville, dans les familles ou encore dans des structures privées qui proposent des cours (particuliers souvent) payés directement par les familles. Les attentes familiales et sociales sont grandes, le travail personnel des élèves étant vu comme une nécessité pour offrir aux enfants plus de chances de réussite scolaire, sociale et professionnelle.

Pourtant, ces différentes aides s’avèrent souvent inefficaces. Le travail personnel de l’élève ne se cultive pas « hors sol ». Pour que l’élève en tire profit, il est important que ces temps soient articulés entre eux, que les aides proposées soient en lien avec les apprentissages qui ont lieu en classe. Et ce travail personnel doit être préparé en classe pour que les élèves arrivent à faire des ponts entre ce qui leur est demandé de faire et puissent se mobiliser sur les tâches à réaliser.

La question n’est donc pas tant celle du « travail personnel », bien difficile à mesurer et dont on évalue la qualité à la quantité de temps passé, que celle de l’engagement des élèves dans leurs apprentissages. Et cet engagement n’est pas uniquement le fait des individus, mais se nourrit des interactions avec le groupe. Le travail personnel se trouve favorisé par le collectif et doit se penser aussi dans un environnement plus large.

Les devoirs à la maison, source de malentendus scolaires entre élèves, enseignants et parents, révèlent les implicites de l’école et les impensés de l’organisation du travail personnel des élèves.

Le dernier Dossier de veille de l’IFÉ tente de faire le point sur le travail personnel des élèves qui interroge le système éducatif depuis plus d’un siècle, mais qui est devenu une question cruciale aujourd’hui pour enrayer les inégalités scolaires grandissantes.

 

Pour citer ce dossier :

Thibert Rémi (2016). Représentations et enjeux du travail personnel de l’élève. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 111, juin. Lyon : ENS de Lyon
http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=111&lang=fr


4 réflexions au sujet de « Tu as fait tes devoirs ? »

  1. Bonjour M. Thibert,
    J’ai trouvé votre document sur le travail personnel très intéressant et bien détaillé. Il apporte une vision différente sur le travail personnel, plus précisément sur les devoirs. J’adopte votre point de vue, en ce sens que je crois qu’il serait nécessaire de réfléchir sur la perception des élèves, des enseignants et des familles sur l’utilité des devoirs au primaire, à l’extérieur de l’école. Pour ma part, je pense qu’il pourrait y avoir une pertinence pédagogique à donner des devoirs de façon judicieuse. Par ailleurs, il faut penser aux enjeux cognitifs et sociaux de cette pratique. À cet effet, il faut réfléchir aux types de devoirs donnés, aux conditions dans lesquelles ils sont donnés, à la façon dont nous allons en tenir compte, à la manière de les mettre en œuvre dans nos pratiques, à nos attentes et à notre façon de les expliciter. Je crois qu’un devoir n’est pas efficace si l’élève n’a pas les habiletés et les ressources pour le faire. Renvoyer un devoir à la maison peut revenir à renvoyer des inégalités sociales dépendamment de la situation familiale. Les devoirs peuvent devenir complexes pour les familles qui sont monoparentales ou recomposées, qui sont peu scolarisées, qui ne parlent pas français ou qui ont un horaire atypique, par exemple. Cela peut occasionner un sentiment d’échec personnel aux familles si elles sentent qu’elles ne peuvent pas aider leur(s) enfant(s). Au lieu d’aider les enfants, nous leur créons peut-être davantage de difficultés. Il faudrait donc penser le système de devoirs autrement si nous voulons continuer à en donner. Cet enjeu va peut-être même plus loin dans la mesure où ce changement implique aussi de remettre en question nos propres pratiques pédagogiques.

  2. Travail de mise en perspective tout à fait pertinent.
    Mais les rapports, thèses se multiplient, croisant les diagnostics, sans que le système évolue fondamentalement.

  3. Merci Rémi pour ce dossier.
    Il me semble qu’il sera intéressant d’interroger les pratiques d’inversion pédagogique (la classe inversée) à l’aune du document que tu nous proposes ici. Car l’inversion est d’abord celle du travail personnel de l’élève et de sa place dans les dispositifs éducatifs et en particulier scolaires

  4. Bonjour,
    Une question technique : n’est-il pas étrange que les « dossiers de veille » que vous produisez ne comportent pas de métadonnées lisibles par Zotero, par exemple ? Je suppose que ces technologies n’ont aucun mystère pour vous et que c’est votre outil quotidien, pourquoi ne pas le répercuter sur vos productions ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *