Les CROUS dans l’actualité

Les CROUS (centres régionaux des oeuvres universitaires et scolaires) ont eu 60 ans en 2015 ! Le saviez-vous ? En tous cas l’heure de la retraite n’a pas encore sonné, c’est le moins que l’on puisse dire… Alors que la nomination de son nouveau directeur est imminente, le CNOUS (centre national) fait aussi l’actualité avec l’accord-cadre signé fin mai avec la Conférence des présidents d’université (CPU). Cet accord national, en définissant le périmètre des actions communes aux deux organismes, renforce les coopérations déjà mises en oeuvre avec l’accord signé en 2012, et mise sur une convergence plus marquée en matière de qualité des conditions de vie et d’études comme facteur essentiel de réussite et d’épanouissement des étudiants.

Pour les CROUS, il ne s’agit plus seulement de gérer des restaurants et des résidences universitaires… Au delà de la « vie de campus », les questions d’accès et d’attractivité, y compris internationale, de l’enseignement supérieur ainsi que les préoccupations relatives à un développement territorial durable, sont de fait partagées avec d’autres acteurs, établissements d’enseignement supérieur (regroupés) et collectivités territoriales. Parmi les 35 mesures qui composent le Plan national de vie étudiante, présenté le 1er octobre 2015 par le Président de la République, certaines nourrissaient déjà la feuille de route des CROUS.

Leurs actions se sont effectivement diversifiées ces dernières années et plusieurs services ont été mutualisés. Parmi les initiatives récentes, on mentionnera en 2012 l’ouverture d’un site dédié au logement étudiant (Lokaviz.fr), en 2013 le lancement du site Jobaviz.fr (centrale du job étudiant), en 2014 la gestion dématérialisée du dossier social de l’étudiant (DSE) pour l’attribution et le suivi des bourses (sur messervices.etudiant.gouv.fr), en 2015 la mise en service d’Izly pour permettre aux étudiants de se restaurer dans tous les resto U de France pour 3,25 euros…

D’une façon générale, les résidences universitaires offrent désormais des hébergements variés (plus de studios, des appartements en colocation, comme à Lyon par exemple) et des espaces de vie plus incitatifs et plus conviviaux que par le passé. Des designers se sont même penchés sur la question. Les aides pour accéder à des emplois temporaires compatibles avec les études se sont intensifiées, les CROUS mènent également des actions de prévention sanitaire et de promotion de la santé, apportent un soutien plus effectif à la créativité étudiante, aux engagements associatifs et au développement du service civique sur les campus… En ce moment par exemple, il est possible de voter pour le thème qui servira de fil rouge en 2016-17 pour les concours de bande-dessinées, créations numériques, films courts, nouvelles, photos : cliquez pour choisir entre « rue », « mémoire », « exil », « oui » et « fin ».

En définitive les CROUS sont de plus en plus impliqués dans l’organisation d’activités qui concourent à la socialisation des étudiants et à la construction d’un sentiment d’appartenance à leur établissement, en misant notamment sur la co-construction de ces activités… comme disait Florian Prussak dans son intervention lors du séminaire annuel des cadres du réseau qui s’est tenu cette semaine à Strasbourg et auquel j’ai participé, « ne pas faire en lieu et place, mais accompagner ». Le récent concours du hamburger lors du salon Campus Cook (1er salon national des CROUS pour la restauration) en constitue une belle illustration !

Car la réussite étudiante (au sens classique de diplomation) n’est pas incompatible avec un engagement associatif ou syndical. Ce sont en tous cas les résultats du travail en cours de Claire Thoury (doctorante à Animafac) : pour elle, un étudiant engagé est un étudiant qui se sent davantage intégré à son établissement et qui réussit mieux… Un étudiant engagé acquiert de nouvelles connaissances, apprend à se connaître dans des situations inédites, développe ses liens sociaux, se politise… Même si, d’ailleurs, il ne voit généralement pas son engagement comme un acte militant, même si cet engagement s’inscrit plus souvent au sein d’un collectif de pairs que dans une structure où la mixité sociale (âge notamment) est plus flagrante. Mais un étudiant engagé est toujours issu d’un milieu plutôt favorisé… Reste à savoir si l’engagement peut effectivement contribuer à réduire ou non les inégalités de réussite… Autrement dit, si les 47 étudiants qu’elle a interrogés n’avaient pas été « engagés », dans quelle mesure leurs performances académiques auraient-elles été différentes ? et au-delà des performances académiques, dans quelle mesure cet engagement participe-t-il d’une expérience initiatique plus « complète », où réussite personnelle et réussite académique, où expérience et diplôme ne sont pas en concurrence ? Un prochain numéro d’OVE Infos devrait permettre d’en savoir un peu plus, avant même que la thèse de Claire Thoury ne soit disponible…

Un autre axe de développement structure fortement les activités des CROUS : il s’agit de la dimension territoriale, bien évidemment fondamentale dans les dynamiques qu’ils cherchent à impulser. Pour autant, peu de travaux donnent à apprécier les inégalités territoriales en termes de réussite académique. Il y a bien entendu quelques recherches sur les biais de recrutement dans les filières d’élite (CPGE notamment) ou dans les filières courtes de type STS, et les études du Céreq sur les mobilités interrégionales des jeunes diplômés. L’intervention de Clément Dherbécourt, lors du séminaire, a permis, à un premier niveau, d’apprendre que France Stratégie (service du 1er ministre) cherche à identifier les territoires où les inégalités sont les plus fortes, en particulier pour ce qui concerne la poursuite d’études… Dans la lignée des travaux de Chetty, Saez et al. (2014) sur les liens entre réussite et territoire, les analyses présentées, à partir des données de l’enquête emploi de l’INSEE, montrent que les chances de mobilité ascendante des classes populaires varient du simple au double selon les départements et que ces écarts sont essentiellement liés à des différences de niveau d’éducation. La massification de l’enseignement supérieur n’y a rien changé… si le niveau d’éducation a augmenté, les zones les plus défavorisées n’ont pas « rattrapé » les plus favorisées.
Pour les classes populaires, c’est en quelque sorte la double peine. Domiciliés dans des petites unités urbaines le plus souvent, les enfants accèdent peu à l’enseignement supérieur, du fait d’un certain éloignement de l’offre de formations, mais aussi en raison d’un « capital d’autochtonie » qui incite à préserver son environnement social, à rester à proximité de sa famille, de ses amis… D’une façon générale, la mobilité pendant les études est assez peu développée, seuls les enfants de cadres sont véritablement mobiles.
Si certains territoires offrent très peu de chances de poursuite d’études, aucun dispositif spécifique – compensateur – n’existe aujourd’hui pour amoindrir ces inégalités. La question de savoir s’il convient de rapprocher l’offre des lieux d’habitation ou bien s’il faut miser sur des politiques d’accès concentrées sur les grands centres urbains n’est pas évidente à trancher… Plusieurs modulations pourraient cependant être envisagées, depuis des bourses qui tiennent compte des besoins de mobilité, jusqu’à, à moyen terme, des politiques ciblées en matière de logement étudiant sur les territoires défavorisés. Mais la fourniture d’un logement peut-elle suffire à stimuler les ambitions des néo-bacheliers ?

Toutes ces réflexions me semblent en tous cas aller dans le bon sens… Elles convergent avec les quelques idées clés que j’ai développées dans mon intervention, suite au travail de synthèse que nous avions réalisé avec Florence Sibut en décembre dernier (Les nouveaux étudiants, d’hier à aujourd’hui) :

  • la réussite n’est pas réductible à la promotion dans l’année supérieure et les modèles statistiques calqués sur le décrochage dans le secondaire et liés à une conception rationnelle du parcours, ne sont pas opérants pour rendre compte de la diversité des situations éprouvées par les étudiants ;
  • autrement dit, l’enseignement supérieur n’est pas juste un système démographique gérant des flux entrants et sortants ; l’université aujourd’hui joue un rôle clé dans la maturation des projets de vie, qui est largement déconsidéré ; elle accueille des étudiants qui ne sont pas « prêts » et l’absence de conditions d’admission (ce qu’on nomme en France la « sélection ») pénalise bien évidemment les bacheliers les plus fragiles…
  • le système français est pensé en termes de continuité (continuum secondaire – supérieur – vie active), mais les parcours sont de moins en moins linéaires et la maîtrise des entrants dans l’enseignement supérieur va s’amenuiser ; dans ce contexte, les discontinuités multiples (stage, alternance, formation à distance, études à temps partiel, reprise d’études…) ne peuvent décemment être considérées comme des accidents de parcours ;
  • l’emprise du diplôme (rôle joué par le diplôme dans les positions sociales) est plus importante en France qu’ailleurs et contribue à la reproduction des inégalités ; la portée initiatique des expériences d’études est de ce fait sous-estimée ; si l’aide à la réussite intègre aujourd’hui de multiples dimensions liées aux conditions de vie et d’études, la réussite reste « académique », il s’agit d’obtenir son diplôme…
  • le projet professionnel n’est ni nécessaire, ni suffisant pour réussir son premier cycle ; les étudiants engagés dans une démarche de projet, quel que soit le projet, sont plus persévérants ou réussissent mieux leur parcours à court ou moyen terme… Il y a donc une véritable plus-value à penser les espaces-temps étudiants de façon plus intégrée ; autrement dit, études, loisirs et travail (salarié ou pas) gagnent à ne pas être en concurrence, à être mieux articulés.

Du grain à moudre pour les CROUS…

————————-
Quelques ressources :

– le portail de la vie étudiante : http://www.etudiant.gouv.fr/
– le Plan national de vie étudiante et la journée « design des lieux de vie étudiante » (octobre 2015)
– « La géographie de l’ascension sociale », Note d’analyse n°36 de France Stratégie, par Clément Dherbécourt (novembre 2015)
– le Dossier de veille de l’IFÉ n°106, intitulé « Les nouveaux étudiants, d’hier à aujourd’hui », réalisé avec F. Sibut (décembre 2015)
– l’Accord-cadre CNOUS – CPU signé en mai 2016 (et le précédent daté de janvier 2012)
– le n°160 de Net.Doc (Céreq) consacré aux « Mobilités interrégionales de jeunes diplômés – Analyse par niveau de sortie », réalisé par Mélanie Signale
– l’ouvrage issu de l’enquête « Conditions de vie 2013 » de l’OVE, Les vies étudiantes, tendances et inégalités, sous la direction de Jean-François Giret, Cécile Van de Velde et Élise Verley (à paraître en juin 2016)
– un n° d’OVE infos sur les liens entre engagement étudiant et parcours de réussite (à paraître en 2016)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *