Décrochage scolaire : que de chemin parcouru

2014-10-16_03-29-22Le travail accompli par l’IFE à propos du décrochage scolaire et de la persévérance scolaire, parmi lesquels deux Dossiers de veille (Enseignement primaire : les élèves à risque (de décrochage) – Feyfant, 2012 ; Le décrochage scolaire : diversité des approches, diversité des dispositifs – Thibert, 2013) nous amène à être régulièrement sollicités soit pour des projets (voir par exemple le projet européen d’envergure TITA porté par l’IFE), soit pour des interventions devant des publics variés.

La dernière intervention a eu lieu à l’ESEN pour une formation de formateurs sur la question du décrochage scolaire. Les différentes contributions, qu’elles soient proposées par des chercheurs, des inspecteurs, des chefs d’établissement, des formateurs, des chargés d’études, des enseignants, ou encore des médecins, montrent le chemin parcouru en seulement trois ans.

Pour autant, cela ne veut pas dire que l’on sait comment régler le problème du décrochage scolaire. Mais on appréhende mieux ce qui achoppe, ce qui ne fonctionne pas, et surtout quelles solutions locales sont  à inventer systématiquement et qu’il n’y a pas de « bonnes pratiques » transférables (voir ce qu’Olivier Rey dit des « bonnes pratiques » en éducation). La tradition curative en France a enfin cédé le pas à la prévention, l’externalisation du problème a montré ses limites et son rôle dans le renforcement du mal qu’il est sensé combattre. Il est donc clair que c’est au sein de l’établissement, et au sein de la classe que le travail est le plus efficace. On sait aussi que c’est une approche collective et globale du problème qui permet de trouver des solutions plus pertinentes. Le terme d’alliances éducatives, importé du Québec et nécessairement à adapter à la situation française, ou plutôt aux diverses situations en France, parle aujourd’hui à tout le monde. Ce n’était pas le cas lorsqu’un colloque dédié s’est tenu à Monterrey au Mexique en 2010, avec des chercheurs et praticiens belges, boliviens, québécois, français, luxembourgeois, suédois et suisses.

Nous avons pu aussi mesurer que la recherche francophone était riche et fournie. Lorsque le Luxembourg a organisé un symposium intitulé « Staying on Track – Tackling Early School Leaving and Promoting Success in School » à l’occasion de la présidence luxembourgeoise de l’Union européenne, nous avons pu échanger avec des collègues européens. Si la lutte contre le décrochage scolaire est une priorité européenne, tous les pays n’en sont pas au même niveau d’information, d’analyse ou de recherche. La France n’a pas à rougir de sa situation.

En trois ans d’interventions, j’ai pu mesurer le chemin parcouru dans la prise de conscience du problème et dans la réflexion menée par l’institution d’une part et, bien plus important, par les enseignants et les équipes d’autre part. Que l’on ne se méprenne pas : le plus difficile est encore à faire, les défis sont énormes tant les conséquences du décrochage scolaire peuvent être dramatiques dans une situation économique et sociale difficile. Si l’école a sa part de responsabilité, on sait aussi que les causes du décrochage sont plurielles. Et l’école ne peut pas seule résoudre ce problème qui est avant tout un problème de société.

Les textes officiels aujourd’hui semblent aller dans le bon sens. Mais le travail réel se fait, se construit dans les établissements scolaires. La question de la traduction du prescrit est complexe. D’ailleurs, nos collègues du Centre Alain Savary s’emploient efficacement à faire ce travail de traduction à travers les formations qu’ils mettent en place à l’IFE. Ces démarches, nécessairement collectives, sont à mener au niveau des établissements scolaires, des circonscriptions, des bassins, des réseaux, etc. pour porter ce travail et le rendre effectif. Il reste encore du chemin à parcourir, des solutions à imaginer, des manières de travailler ensemble…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *