Faut-il soigner « le cas désespéré » des évaluations internationales aux dépens des petits anglais?

Ce pourrait être la question posée par plus de 40 000 parents anglais, signataires d’une pétition appelant au boycott des tests au primaire.

Les SATs (standard assessment tests) ont évolué notablement en 2016, pour prendre en compte le nouveau socle commun mis progressivement en place en Angleterre. Une semaine de test est prévue entre le 9 et le 12 juin pour les évaluations en anglais et en mathématiques ; une autre semaine en juin pour celles des matières scientifiques.

Les tests deviennent de plus en plus difficiles et sont facteurs d’un stress important selon parents, enseignants et chefs d’établissement. Les parents protestent contre une culture néfaste du « toujours plus de tests ». Pour le ministre de l’éducation, Nick Gibb, ces tests ne peuvent qu’améliorer les standards. Ils n’auraient pas d’impact sur les élèves et obligent les écoles à rendre des comptes et permettent ainsi de s’assurer que tous les élèves ont accès aux connaissances et compétences nécessaires à leur réussite. N. Gibb a déclaré que « les tests avaient besoin d’être durs [pénibles] pour rattraper le retard avec les compétiteurs internationaux ». « Nous sommes trois années derrière les chinois à l’âge de 15 ans. Nous sommes un peu un cas désespéré au niveau international».

L’auteur de littérature de jeunesse, Michael Rosen, s’est adressé à plusieurs reprises à Nicky Morgan, secrétaire à l’éducation, dans les pages de The Guardian. Il critique les tests qui portent sur l’énonciation, la grammaire et la ponctuation et qui fonctionnent par items évalués par 1 (bon) ou 0 (faux). Il fustige des objectifs, en grammaire, beaucoup trop académiques, et des critères d’évaluation mécanistes qui ne tiennent aucun compte de la compréhension d’une règle par l’élève, puisque dès lors qu’il se trompe d’une lettre dans sa réponse, il aura zéro.

Il utilise, pour expliquer son mécontentement, la métaphore de la voiture. Pour Rosen, ces tests sont basés sur le principe de l’input-output. On peut les comparer aux tests de qualité d’une essence quant aux performances d’une voiture. Tant qu’on utilise la même voiture, la même charge, le même conducteur, les mêmes roues et les mêmes réglages-moteur, dans les mêmes conditions atmosphériques, etc., on peut remplir le réservoir d’essence et comparer l’efficacité de deux types d’essence. En éducation, on aurait l’input (l’enseignement) et l’ouptut (les résultats de l’élève aux tests), sauf que… un enfant n’est pas une voiture, que les conditions de ses apprentissages ne sont pas toujours égales par ailleurs ! L’apprenant ne peut être, à l’instar d’un réservoir de voiture, réduit à l’état de réceptacle qui pourrait régurgiter ou non des faits.

Malgré les ratés à l’allumage de la campagne de tests (certains tests ont été reportés parce que peut fiables dans la pertinence des résultats, d’autres ont été publiés par erreur sur un site web gouvernemental), Nicky Morgan reste convaincue de l’efficacité de tels tests. Elle est convaincue que l’amélioration des standards ainsi que des exigences élevées favoriseront la créativité, dès lors que les élèves seront meilleurs en compréhension de texte. Pourquoi cette incise sur la créativité ? Sans doute parce que la pratique de tels tests, associée à une reddition de compte contraignant les écoles à « performer », induit une préparation en amont qui peut s’avérer lourde et préjudiciable à tout autre apprentissage. C’est ce qui ressort de plusieurs recherches, comme par exemple l’analyse comparative entre les pratiques d’évaluations nationales, en Angleterre et au Danemark, publiée en 2015 par des chercheurs danois et anglais[1].

[Et pour tester vos connaissances (keystage 2, niveau collège), un mini-SATs en anglais, issu des tests officiels].

[1] Andreasen Karen et al. (2015). Standardised Testing In Compulsory Schooling In England And Denmark: A Comparative Study And Analysis . Bildung und Erziehung, vol. 68, n° 3, p. 329–348.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *