Cultivons l’éducation socioculturelle

L’éducation socioculturelle a fêté ses 50 ans en mars dernier. À l’occasion de cette célébration, l’hebdomadaire Le Sillon (hebdomadaire agricole et rural de l’Adour) reprenait les propos de la ministre de l’Éducation, lors du séminaire organisé à cet occasion : «Vous connaissez le plagiat par anticipation? C’est le fait de croire que l’on invente quelque chose et de découvrir que quelqu’un d’autre l’a déjà fait avant. Eh bien c’est le sentiment que j’ai avec la réforme du collège et ce qui existait déjà avec l’éducation socioculturelle dans l’enseignement agricole» (Le Sillon, 28/04/2016).

Ce n’est pas la première fois que l’on constate que l’enseignement agricole est une potentielle source d’inspiration en matière de pédagogie, de travail collectif, etc.

Mais, qu’est ce que l’« éducation socioculturelle »  (ESC)?

Dans le même article du Sillon, on trouve les mots : ouverture au monde et à la culture, pluridisciplinarité, projets collectifs, moment d’échanges, travail de groupe, valeurs, plaisir, lutte contre l’échec et le décrochage.

Via le site de l’ENFA [1](École nationale de formation agronomique), on accède au portail dédié à l’éducation socio-culturelle, esc@les.

Parmi les ressources et idées exposées, figurent les projets présentés à l’occasion du cinquantenaire, selon quatre thématiques :

  • Thème 1 : L’Éducation socioculturelle et les questions sociétales : « Depuis la création de l’Enseignement agricole, l’appréhension de l’environnement social et culturel
    que propose l’ESC accompagne les évolutions techniques et sociétales du monde rural ou agricole. L’ESC a toujours été présente dans les approches pluridisciplinaires et ne peut donc aujourd’hui faire l’impasse sur la révolution technique et culturelle que représente le déploiement à grande échelle de l’agroécologie
    » ;
  • Thème 2 : L’ESC et l’éducation artistique et culturelle : des parcours aux projets : « Les parcours culturels ont comme enjeu de créer une dynamique générale dans laquelle se valorisent et s’épanouissent des parcours individuels. Il s’agit de permettre aux élèves de vivre et de co-construire des expériences artistiques et culturelles plurielles. L’éducation aux médias et à l’information doit leur permettre d’aiguiser leur sens critique pour exercer une citoyenneté libre et éclairée» ;
  • Thème 3 : Quel projet éducatif ? Pour quel public ? : « L’enseignement agricole a vu évoluer profondément les publics qu’il accueille. Les apprenants de l’enseignement agricole ne sont plus seulement formés aux métiers de la production. L’origine sociale et culturelle des jeunes a évolué ainsi que leurs univers de référence. De par sa place singulière, l’ESC se doit de participer à la réflexion sur un projet éducatif qui prenne en compte ces nouveaux publics et les questions du « vivre ensemble », des valeurs républicaines et de la laïcité » ;
  • Thème 4 : Enseigner l’ESC, Quelles méthodes ? Quelles spécificités ? Quels
    changements ? : « L’enseignement de l’ESC se singularise par des méthodes spécifiques : mise en œuvre conjointe et si possible synergique de la mission enseignement et animation, recours systématique à des méthodes actives et contextualisées, primauté de la compétence sur les savoirs, notamment en conduite de projets. Or, les domaines académiques de la discipline, comme l’éducation artistique et les arts appliqués, les sciences humaines et sociales s’ouvrent aujourd’hui à des espaces nouveaux de création et d’échanges. Faut-il penser autrement l’enseignement de l’ESC ? ».

Plusieurs circulaires ont, au fil du temps, balisé cette ESC. En 2006, une circulaire du ministère de l’Agriculture et de la Pêche, décline un référentiel professionnel du professeur d’ESC. On peut y lire : « L’éducation socioculturelle est une composante à part entière de la formation ; elle concourt au développement culturel des jeunes en formation par un ensemble d’enseignements, de méthodes et de pratiques. Cette formation se poursuit, avec les mêmes objectifs, dans le cadre de projets d’activités périscolaires et associatives qui peuvent s’intégrer dans des actions d’animation et de développement. L’éducation socioculturelle favorise l’ouverture du champ des relations et utilise nécessairement des méthodes actives de découverte, de compréhension et d’action ». Le professeur d’ESC a donc deux fonctions, d’enseignement et d’animation. Ses obligations de service, sans rémunération supplémentaire, sont de 18 heures hebdomadaires. Deux-tiers de ce temps est dévolu à l’enseignement, le solde étant consacré aux activités d’animation calculé selon la péréquation : (temps de service – heures d’enseignement) x 4/3.

On lira aussi :
Professeur d’éducation socioculturelle : agitateur de savoir faire et de savoir-être, Béatrice Barbe-Guilmont, Cahiers pédagogiques, n° 447, novembre 2006.

 

 

[1] L’ENFA vient d’intégrer le réseau national des ÉSPÉ.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *