Didactique(s) et sciences humaines et sociales : et si on se causait ?

Le 17 novembre dernier, l’Association pour les recherches comparatives en didactique (ARCD) a organisé une journée d’étude autour de la thématique : « Didactique(s) : quel dialogue au sein des sciences de l’homme et de la société ».

Les tentatives de dialogue mais aussi les distances de communication ont été discutées par les intervenants, dans des domaines tels que la didactique des sciences et des technologies (Maryline Coquidé), la didactique du français et les sciences du langage (Ekaterina Bulea-Bronckart), l’approche anthropologique en didactique (Marie-Pierre Chopin), la philosophie (Henri Go) ou la sociologie (Philippe Losego). Chantal Amade-Escot et Marie Toullec-Théry ont réagi aux diverses interventions.

Un colloque organisé en 2012 par la Haute école pédagogique du canton de Vaud « Sociologie(s) et didactique(s) : vers une transgression des frontières » avait déjà évoqué les relations difficiles en termes de pratiques (socialement différenciées), de manière d’aborder les controverses, du rapport entre savoirs et savoirs disciplinaires de la part des enseignants. Cette analyse comparative entre sociologie et didactique posait l’argument suivant : « Longtemps, la sociologie a traité l’école comme une sorte de boîte noire en négligeant les processus d’apprentissage. Les didactiques, quant à elles, se sont essentiellement préoccupées des dimensions cognitives, en négligeant quelque peu les rapports sociaux ». Qu’en est-il actuellement : la sociologie réinvestit-elle l’étude des savoirs scolaires et les didactiques intègrent-elles le social dans leurs différents modèles ?

Lors de cette 2e journée de l’ARCD sur ce thème, les questions posées ont été à la fois proches de ces problématiques et ouvraient également d’autres pistes de réflexion. La didactique de la grammaire peut être un bon exemple des relations entre les didactiques et les sciences humaines : la fragmentation des sciences du langage facilite-t-elle un rapprochement avec la didactique de la grammaire ? L’existence de préoccupations communes (compétences langagières, analyse des contenus grammaticaux) empêchera-t-elle un éloignement des sciences du langage ?

Maryline Coquidé, dans une approche rétrospective, a essayé d’expliquer, au fil de la construction de la didactique des sciences, le développement d’autres regards, considérant l’éducation comme un fait social et impliquant des « perspectives sociologiques, psycho-sociales, historico-culturelles, politiques, sémiologiques et linguistiques ».

Parallèlement, Philippe Losego a décrit les changements de focale de la sociologie, au fil du temps, dans son rapport à l’éducation, et particulièrement aux savoirs, centraux dans les approches didactiques :

  • pour Durkheim, qui s’est penché sur ce sujet, le savoir est dans le social, il n’y a pas d’opposition entre le social et le rationnel ;
  • la sociologie de l’éducation est réapparue dans les années 1960-1970 avec les théories conflictualistes (une culture pour la classe bourgeoise, une autre pour la classe populaire), mais ces théories ont été mises à mal avec l’unification du collège (une seule culture pour tous) ;
  • nouvelle disparition puis réapparition de la sociologie de l’éducation dans les années 1980, par la sociologie des acteurs et des interactions et un rejet de l’étude des savoirs, considérés comme hors du champ de la sociologie à l’époque ;
  • dans les années 1990, les études sociologiques portent également sur les établissements et les réseaux, et la question des savoirs est à nouveau posée ;
  • depuis les années 2000, fleurissent les études qui exploitent les évaluations internationales, notamment à propos des inégalités sociales cognitives qui se retrouvent dans de nombreux pays, malgré les différences culturelles. On assiste également à un retour du politique et du rôle de l’État dans ses relations avec l’école.

Sans reprendre le détail de toutes les interventions, voici quelques éléments de débats qui ont traversé cette journée :

  • la didactique est-elle une composante des sciences de l’homme et de la société ?
  • transgresser les frontières : la frontière est-elle barrière ou lieu de passage ? La question se pose pour l’approche anthropologique du didactique : ni du côté de l’anthropologie, mais plus vraiment de la didactique des mathématiques ;
  • quelles conditions de partage de mêmes connaissances découvertes par les disciplines différentes ?
  • quelles pratiques de dialogue ? Partage ou élaboration collaborative des pratiques, définition commune des objectifs de pensée, dans des communautés, quels liens avec les professionnels ?
  • les notions comme la « demande sociale », les « pratiques sociales de référence » sont-elles des notions pertinentes dans une approche sociologique ? Pour Philippe Losego, la réponse est négative et un dialogue serait souhaitable pour ces sujets, tout comme la notion de « collectif » mériterait en sociologie de l’éducation d’être  prise également dans sa dimension dynamique, et non seulement historique comme c’est le cas actuellement.

Les constats qui ont été soulignés par les uns ou les autres :

  • pas de questionnement curriculaire de la part de la didactique (attention à la réification de la notion de curriculum) ;
  • tension entre dimension épistémique et dimension opérationnelle ;
  • les questionnements portent souvent sur l’éloignement voire la dilution de la didactique dans un domaine des SHS, avec en filigrane l’idée d’une reconfiguration vs une autonomisation de la didactique ;
  • pas de prise en compte de l’agentivité des acteurs par les systèmes éducatifs (modèles descendants de construction des programmes par exemple) ;
  • les didactiques des mathématiques et du français sont rejetées par les disciplines de référence et cherchent à se rapprocher des sciences de l’éducation (Philippe Losego).

Des pistes à développer :

  • développer des analyses langagières ;
  • adopter une approche historico-culturelle et des pratiques enseignantes différenciées ;
  • envisager l’ouverture spatiale et temporelle des analyses : dans la classe et dans l’école.

Plusieurs des didacticiens présents posent le problème d’une légitimité de la didactique dans le champ des SHS et des sciences de l’éducation en particulier. Pour finir la journée, Marie Toullec-Théry reprend l’idée de Patrick Rayou de s’intéresser à des « espaces communs de problématisation », tout comme Maryline Coquidé qui souhaite « élaborer avec et/ou contre », ou Philippe Losego pour qui ils représentent des « espaces qui structurent les savoirs et pas l’inverse ». La scène scolaire semble être une piste appropriée, puisqu’elle permet l’exploration de la pratique enseignante, ce peut être un observatoire pour une approche anthropologique, et elle est à la fois spécifique (registre cognitif des élèves) et générique (registre culturel). Pour Marie Toullec-Théry, il faut tenir ensemble les 4 formes qui s’entrecroisent à l’école : la forme scolaire, la forme curriculaire, la forme des objets d’apprentissage et la forme disciplinaire, et partager les notions de contrat didactique, de malentendus socio-cognitifs, d’épistémologie pratique de l’enseignant.

D’autres pistes sont évoquées, comme l’étude des programmes d’enseignement, à la fois compromis sociaux qui mettent en relief les interactions entre tous les acteurs et références des savoirs et des contenus, au centre de l’approche didactique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *