Les écoles de la deuxième chance, un dispositif utile

La lutte contre le décrochage scolaire en Europe se décline selon trois axes : prévention, intervention et compensation. Comme nous l’écrivions dans les dossiers de veille de l’IFE consacrés au décrochage scolaire (Feyfant, 2012 ; Thibert, 2013), la prévention (à destination de tous) et l’intervention (à destination des élèves repérés comme étant à risque) ont les faveurs des politiques actuelles. Pourtant, la compensation a longtemps été privilégiée, notamment en France.

Les écoles de la deuxième chance (E2C) s’inscrivent dans cette tradition curative. Elles ont été créées dans la foulée du livre blanc « Enseigner et apprendre – vers la société cognitive » de la Commission européenne à la fin de l’année 1995. En 2013, les E2C, au nombre de 105 en France (elles n’étaient que 11 en 2004) accueillaient plus de 14000 jeunes  (contre plus de 1400 en 2004). Elles s’adressent à des jeunes en grande difficulté et ont pour objectif la remise à niveau des savoirs fondamentaux. La prise en charge se fait beaucoup au travers de stages, permettant de construire un projet professionnel. Les 60% de sortie positive font de ce dispositif un succès.

Le Sénat s’apprête à publier un rapport d’information sur les E2C. Rappelons que 150 000 jeunes sont considérés comme décrocheurs chaque année. Si les E2C sont une piste intéressante, d’autres dispositifs sont nécessaires. Les rapporteurs préconisent d’ailleurs d’améliorer la coordination avec ces autres dispositifs et les écoles (EPIDE, Plate forme de suivi et d’appui aux décrocheurs, etc.). Aujourd’hui, les jeunes orientés vers les E2C le sont essentiellement par les missions locales. Ils préconisent aussi l’extension du réseau en maillant le territoire national de manière plus homogène.

Et pour aller plus loin, les dossiers de veille de l’IFE

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *