Donner du sens à l’apprentissage des nombres et opérations?

Les 12 et 13 novembre 2015, le Conseil national de l’évaluation du système scolaire (CNESCO) et l’Institut français de l’éducation (IFÉ) ont organisé une conférence de consensus sur l’apprentissage des nombres et des opérations à l’école primaire. Parmi les questions posées aux experts, figure celle-ci : « quelles relations établir entre la résolution de problèmes et l’introduction des opérations et de leurs propriétés ? ». C’est E. Sander et J.-F. Richard qui ont été chargés de répondre à cette question. En tant que professeurs de psychologie (cognitive), ils ont expliqué l’importance des énoncés de problèmes dans le processus de compréhension de notions mathématiques abstraites, et du passage d’une « sémantique quotidienne » à une « sémantique mathématique ».
C’est dans ce contexte que s’inscrit la réalisation du Dossier de Veille de l’IFÉ du mois de novembre : réaliser une synthèse de travaux sur la résolution de problèmes mathématiques, à destination d’acteurs de l’enseignement primaire.
Après avoir listé les enjeux d’une vision institutionnelle de la résolution de problèmes, cet état de l’art tente une typologie de la notion de « résolution de problèmes » en mathématiques, avant de présenter divers travaux de recherche relatifs à la résolution de problèmes du point de vue opérationnel (techniques opératoires) ou cognitif pour aborder les processus, stratégies et contextes discutés.
Après le sens du nombre, il convient de donner du sens à la manipulation de données et aux techniques opératoires, sans certitude pour les enseignants du primaire de pouvoir privilégier une stratégie de résolution plutôt qu’une autre…

Référence :
Feyfant Annie (2015). La résolution de problèmes de mathématiques au primaire. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 105, novembre. Lyon : ENS de Lyon.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *