Plus de partenariat pour une meilleure cohérence des projets éducatifs locaux

element3De mercredi 4 à vendredi 6 novembre se sont tenues à Brest les 6e Rencontres nationales des projets éducatifs locaux, organisées par les Francas et qui réunissaient collectivités locales et acteurs éducatifs pour discuter de la mise en œuvre des nouveaux projets éducatifs territoriaux (PEDT). Ceux-ci ont été mis en place depuis 2013 et accompagnent la réforme des rythmes scolaires, mais peuvent concerner aussi le niveau secondaire : ils « formalisent une démarche permettant aux collectivités territoriales volontaires de proposer à chaque enfant un parcours éducatif cohérent et de qualité avant, pendant et après l’école, organisant ainsi, dans le respect des compétences de chacun, la complémentarité des temps éducatifs. » Ces projets éducatifs au niveau local se font déjà dans beaucoup de communes ou regroupements de communes, sous la forme de PEL (projets éducatifs locaux) ou de CEL (contrats éducatifs locaux), que les nouveaux PEDT sont chargés à plus ou moins long terme d’englober. C’est l’occasion pour les autres communes de développer ou de consolider des pratiques éducatives en adoptant une démarche globale et partenariale.

Le programme de ces 6e Rencontres nationales des projets éducatifs locaux était assez dense, alternant conférences, micro-conférences et ateliers tout au long de ces 2 journées. Cet article de blog ne suffira pas à rendre compte de l’ensemble des débats bien entendu, voici donc quelques éléments qui m’ont paru ressortir des discussions.

Tout d’abord, la place et la légitimité des temps éducatifs périscolaires et extrascolaires par rapport aux temps scolaires ont été réaffirmées : ces temps éducatifs n’ont pas vocation à se substituer à l’école, ils ont des apports éducatifs spécifiques. L’école pense le monde à travers les disciplines, par construction historique (c’est notamment ce qui est apparu dans ma présentation du Dossier de veille n° 100 « Éduquer au-delà des frontières disciplinaires » que j’ai faite à cette occasion), la place de l’écrit est prédominante, et les finalités éducatives sont définies nationalement, en prenant en compte les besoins de la société. Les approches qui dominent dans les activités périscolaires ou extrascolaires sont plutôt thématiques, ludiques et fondées sur l’oral et les besoins des enfants (voir le Dossier d’actualité « Aux frontières de l’école ou la pluralité des temps éducatifs » de Marie Gaussel de 2013). Julien Netter (université Paris 8) remarque qu’il y a bien articulation des temps scolaires et périscolaires dans l’organisation, mais pas encore articulation entre les différents acteurs, qui ont chacun leurs propres objectifs éducatifs : les enfants se retrouvent seuls pour faire le lien, pour traduire ces logiques différentes qui devraient être discutées dans une approche globale de l’enfant, pour réaliser une meilleure cohérence des parcours éducatifs. Une piste évoquée lors de la synthèse des débats est de partir de la pédagogie par projet, pour favoriser les échanges des différents acteurs autour d’une méthode qui leur est commune. Une autre piste évoquée est de développer un espace de formation commun aux différents intervenants éducatifs, tout en outillant davantage les animateurs pour les aider à justifier leurs choix pédagogiques.

Ces débats sur les places relatives du scolaire et du périscolaire ont soulevées plusieurs interrogations :

  • suite à la réforme des rythmes scolaires en primaire, le périscolaire a pris une nouvelle place et sa référence a tendance à devenir le modèle scolaire (comme pour le développement des compétences du socle commun auquel devrait contribuer le périscolaire) : les participants à ces Rencontres ont bien affirmé qu’il fallait rester sur des valeurs de loisir, sans scolariser ni institutionnaliser le périscolaire, qui connaît déjà une inflation du langage bureaucratique, selon Choukri Ben Ayed (université de Limoges). Cela passe notamment par la reconnaissance et la professionnalisation du métier d’animateur, difficiles cependant à concilier avec le statut très précaire d’une bonne partie de ces personnels et avec l’esprit historiquement militant de l’éducation populaire ;
  • la place relative des politiques éducatives locales et du niveau national, avec la faible affirmation française du local. Pour Choukri Ben Ayed, le rôle du niveau local est en grande partie de faire avec ce que le niveau national lui impose, en créant notamment de nombreux dispositifs pour y répondre, mais sans qu’une approche globale cohérente sur le territoire soit toujours pensée. Pour lui, l’État doit se porter garant de la qualité des parcours éducatifs des enfants, en assurant un service public local à travers des instances de copilotage entre les différents acteurs locaux.

Les objectifs éducatifs se centrent par ailleurs autour d’une éducation à la démocratie, qui est à faire à l’école, mais surtout hors de l’école. Pour Philippe Foray (université de Saint-Étienne) en effet, l’école n’est pas forcément le lieu dans lequel on développe le plus l’aspect démocratique, puisqu’elle n’est pas vraiment un modèle de démocratie elle-même. Les tentatives historiques de réel exercice démocratique pour les enfants, comme dans l’Éducation nouvelle avec une prise de décision directe des enfants sur la vie de l’établissement, n’ont pas entraîné de révolution scolaire de ce côté-là, mais des changements modérés, lents, soumis à des contraintes externes (ce qui est le lot de toutes les institutions sociales). Pour ce philosophe de l’éducation, l’école se concentre surtout sur un développement de la citoyenneté sociale chez les enfants (apprendre à vivre ensemble, à se respecter), nécessaire bien entendu, mais qui se fait au détriment de la citoyenneté politique (exercer son esprit critique, appréhender les dissensions entre les personnes), plus difficile à appréhender dans le contexte scolaire. Les enfants sont en effet souvent considérés comme trop petits pour aborder ces questions, les adultes ont parfois des difficultés à rester neutres politiquement, et les sujets abordés révèlent des tensions trop vives. L’échelon local semble apporter des réponses concrètes aux limites de la démocratie nationale, en mettant en place notamment des structures de prise de parole ouvertes à tous, qui fédèrent ainsi la communauté éducative au sens large (voir par exemple les comités locaux pour l’éducation, détaillés dans la brochure « Du projet éducatif territorial au projet local d’éducation« ). Des questions ont été soulevées dans ce cadre : comment faire participer davantage les parents dans les dispositifs mis en place au niveau des collectivités territoriales ? Comment inclure les enfants à part entière dans ces instances de prises de décision et les faire se confronter aux réalités  financières et aux logiques différentes des acteurs, tout en menant un projet à son terme ?

Enfin certains débats se sont concentrés sur les problématiques d’égalité : est-il possible de réduire les inégalités de manière effective ? Malgré tous les discours institutionnels, l’école ne se contente-t-elle pas seulement de les gérer sans les réduire ? Et comment faire pour vivre ensemble malgré ces inégalités ? L’exemple de la tarification des activités périscolaires a été pris : certaines familles ne viennent-elles à ces activités que si elles sont gratuites ? La question n’est-elle pas plutôt celle de l’accessibilité à la culture, d’un défaut de participation au commun ?

Même si les interrogations restent nombreuses, un consensus s’est dessiné sur la nécessité de faire parler les acteurs des différentes parties impliquées lors de temps de formation ou plutôt lors de temps d’analyse et d’échanges autour de problématiques locales, pour désamorcer les éventuels conflits et permettre une mise en œuvre facilitée des projets éducatifs territoriaux.


Une réflexion au sujet de « Plus de partenariat pour une meilleure cohérence des projets éducatifs locaux »

  1. Article très intéressant, rajoutons les recommandations du Conseil de l’Europe qui, bien que prudemment, s’axent de plus en plus dans cette lignée éducative.
    Peut-être que dans quelques années, l’école gagnera en souplesse…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *