Le rapport Legrand, 30 ans après

Louis Legrand vient de mourir à l’âge de 95 ans. Il ne s’agit pas ici de faire une notice nécrologique, mais de rappeler ce pourquoi (entre autres) Louis Legrand a marqué l’histoire de l’éducation, le rapport qu’on connait sous le nom de « rapport Legrand » mais dont le  titre réel est « Pour un collège démocratique : rapport au ministre de l’Éducation nationale« .

Publié en 1982, soit 7  ans après la loi Haby sur le collège unique, ce rapport présente d’étranges similitudes avec une autre réforme… Tant par les propositions qui y figurent que par les réactions qu’il a suscitées.

Les grandes lignes de ce rapport (publié par la Documentation française)  sont les suivantes :
– aménager dans les classes de 6ème et 5ème des temps de travail en groupes d’élèves de niveau hétérogène et des temps en groupes de même niveau ;
– adapter les programmes nationaux à la diversité des publics et des situations locales ;
– favoriser les activités d’expression et de production technique ;
– renforcer les liens entre l’élémentaire et le secondaire pour faciliter le passage en 6ème ;
– favoriser l’autonomie des établissements pour prendre en compte la diversité des situations locales et transformer la vie des collèges en donnant des pouvoirs et des responsabilités aux partenaires ;
– mettre en place un tutorat destiné à aider les élèves dans leur travail et leur vie scolaire ;
– transformer les fonctions et les services des enseignants qui effectueraient 16 heures d’enseignement + 3 heures de concertation en équipe pédagogique et 3 heures de tutorat.
L’accent est mis sur l’importance du travail en équipe pédagogique et pluridisciplinaire, l’élaboration de projets éducatifs.

Quant aux réactions, on lit par exemple, dans une note de lecture de Gabriel Langouet, dans un numéro de la Revue française de pédagogie (1984) : « Avant même qu’il soit publié et dès sa parution, il a fait l’objet de discussions passionnées, de prises de position parfois tranchées, de polémiques acerbes, à partir d’analyses souvent incomplètes ou fragmentaires: le tutorat ou les services d’enseignement des professeurs par exemple« .

Ça vous rappelle quelque chose?

 Voir la Biographie de Louis Legrand, par Claude Lelièvre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *