Faire de l’excellence en situation contrainte

La Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) a lancé en janvier dernier le Pacte pour un enseignement d’excellence. Prévu dès juillet 2014, dans la cadre de la Déclaration de politique communautaire de la Fédération, ce pacte porte sur les dix prochaines années et devra « identifier les moyens d’atteindre les objectifs d’amélioration des performances [du] système éducatif et de réduction des inégalités qui influencent la réussite ».

Son lancement a été l’occasion, pour les médias belges, quelques semaines après les attentats français, d’insister sur la nécessité d’accompagner les enseignants face aux changements de la société et des élèves (ici).

La ministre de l’éducation, Joëlle Milquet, s’était donné beaucoup d’autres objectifs pour améliorer la qualité de l’enseignement « face aux défis du XIXe siècle », tout en évitant de parler de réforme, notamment parce que la FWB manque de moyens financiers pour une réforme trop ambitieuse :

  • renforcer la qualité et l’équité de l’enseignement : « les savoirs et des compétences en progrès sont encore insuffisamment maitrisés par un trop grand nombre ; le taux de décrochage scolaire est anormalement élevé ; le taux d’échec et de redoublement est important ; l’enseignement qualifiant est en cours de réforme mais est encore trop souvent assimilé à une filière de relégation et pas assez en phase avec la demande de qualification dans le monde socio-professionnel (acteurs de qualité mais trop peu formés, valorisés, accompagnés et responsabilisés) ;
  • moderniser et adapter l’enseignement à la société du 21e siècle
  • mettre en place une meilleure gouvernance pédagogique et organisationnelle.

Plusieurs documents viennent étayer ou marquer les étapes d’élaboration de ce pacte :
De janvier à avril, deux groupes de travail ont réalisé un état des lieux et défini les objectifs et missions de l’école du 21e siècle. D’avril à mai, ont été choisis quelques objectifs prioritaires. De mai à décembre, ont été ou seront élaborés des plans d’actions par objectifs « en vue d’améliorer les résultats des élèves, mais également de réduire l’iniquité du système actuel, tout en optimisant les ressources mises en œuvre. Il conviendra également de prévoir la mise en place de mécanismes et d’outils d’évaluation ». Viendront ensuite une phase de « pédagogie » comme on dit en politique, autrement dit d’information et de sensibilisation « pour favoriser l’appropriation » et in fine l’adoption et la mise en œuvre pluriannuelle, de 2016 à 2025. Chacune des étapes est balisée par un comité d’accompagnement composé de représentants des pouvoirs organisateurs de l’école, de syndicats, parents, recteurs, collectivités, etc.

À la suite des rapports des deux groupes de travail, publiés en juin, les thématiques prioritaires qui ont été retenues sont les suivantes : « acteurs de l’école », « parcours de l’élève », « savoirs et compétences » et « gouvernance ». Ces quatre thématiques sont reprises, accompagnées de suggestions, dans une synthèse réalisée par le groupe central chapeautant les groupes de travail (la presse belge a fait état des conclusions des groupes de travail ici ou ).

Bon nombre des préconisations, tout en restant relativement indéterminées (« certaines pratiques enseignantes permettent de réduire les inégalités scolaires, les éléments de diagnostic révèlent que d’autres les accentuent »), font penser aux réflexions actuelles en France, avec cependant une prégnance évidente du monde économique et social, en matière d’éducation à la citoyenneté. Peut-être faut-il y voir l’influence de la société MCKinsey sollicitée pour apporter un diagnostic du système éducatif et dont le rapport a été exploité pour la synthèse évoquée plus haut.

Dans ce dernier document, on y lit notamment que la FWB a privilégié des réformes d’ordre structurel (70%) plutôt que des réformes de type « processus » ou « ressources » (25%) là où la plupart des pays ont plutôt fait l’inverse. Les réformes de types processus étant décrites comme celles qui impactent la formation, le tutorat, les plans de carrière des enseignants et chefs d’établissements, les pratiques collaboratives, les mécanismes de responsabilisation, l’autonomie, le pilotage, les contenus, etc. Les autres réformes portent sur l’organisation entre administration centrale et écoles, niveaux et cycles d’enseignement, temps de travail, infrastructures, budget, etc.

Affaire à suivre, source d’inspiration, ce pacte s’inscrit dans le temps long.

Références :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *