Continuum -3 +3 : des ambitions qui mobilisent des réseaux d’acteurs

Le rapport parlementaire de la Commission des affaires culturelles et de l’éducation, sur les liens entre le lycée et l’enseignement supérieur (rapporteur M. Emeric Bréhier) a été adopté le 8 juillet. Plus de 120 personnes ont été auditionnées au cours de cette mission dont nos collègues Laure Endrizzi pour ses travaux sur l’enseignement supérieur et l’aspect continuum dans différents systèmes éducatifs et Rémi Thibert sur les trajectoires des bacheliers professionnels.

Il fait état de 33 propositions, ciblant la pédagogie toute comme l’organisation des enseignements secondaire et supérieur et nombre d’entre elles sont en faveur d’une orientation revue et corrigée. Un point commun à l’ensemble des recommandations concerne de multiples actions en réseaux mobilisant les groupes d’acteurs : lycéens, étudiants, enseignants, conseillers pédagogiques, conseillers d’orientation, équipes pédagogiques, représentants des formations du supérieur…

Rapprocher concrètement les équipes éducatives du secondaire et du supérieur…
Les propositions vont largement dans le sens de coopérations entre les établissements des « deux mondes » : travail en réseau des équipes éducatives dans le cadre de conventions entre lycées et universités, pour un « dialogue régulier » visant des rapprochements pédagogiques (journées pédagogiques) ; création de conseils d’orientation lycée-supérieur pour évaluer les «vœux atypiques», les orientations souhaitées sans lien direct avec la filière d’origine ; partenariat des lycées et des universités lors de journées portes-ouvertes ; promotion de l’orientation active qui nécessite l’implication conjointe des acteurs ; échanges de service d’enseignement entre membres du secondaire et du supérieur.

L’enjeu est ici de parfaire la connaissance et d’organiser la rencontre du secondaire et du supérieur, d’avancer vers une « culture commune » qui semble faire défaut.

… et accompagner à la réussite à l’aide de réponses pédagogiques
L’enjeu est aussi de soutenir les étudiants en difficulté, le plus tôt possible.
Parmi les recommandations énoncées, il est fait mention de formations méthodologiques, courtes et spécialisées, en complément des enseignements généraux, pour « développer l’apprentissage des codes et des comportements », à l’instar du dispositif du pôle universitaire de proximité (PUP) de l’université Lyon 3 (modules : expression orale, gestion du temps, gestion du stress, etc.) adressés aux lycéens.
Autre nouveauté : pratiquer des tests systématiques de positionnement à l’entrée en licence qui permettent à l’étudiant d’avoir conscience de ses forces et de ses faiblesses. L’initiative d’Unisciel avec la récente plateforme Faq2sciences en est un exemple. Chacun individuellement accéderait à un dispositif pédagogique en ligne, en autonomie ou avec un tuteur-étudiant ou un tuteur-enseignant. Ce tutorat pédagogique conduirait à de meilleurs résultats dans un fonctionnement en « équipe pédagogique » et avec un « contrat pédagogique » qui en structurerait les modalités.

Considérant la réussite dans le cycle 1, au vu des préconisations, le regard se porte entre autre sur l’investissement et l’engagement d’acteurs, toujours plus présents pédagogiquement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *