Rapport Horizon 2014 : le numérique et ses défis pour l’école

Horizon Report Europe

Le rapport « Horizon report Europe 2014 » a été publié en octobre 2014 par la commission européenne, et réalisé par  la Inholland University of Applied Sciences (Pays-Bas) et le New Media Consortium (NMC), une communauté qui regroupe des experts (au nombre de 53) dans les technologies éducatives (praticiens, chercheurs, politiques, think tanks, etc.) de 22 pays différents. Ce rapport, qui s’inscrit dans le « NMC Horizon Project » visant à faire un état des lieux sur les innovations dans les usages éducatifs des technologies, tente de dessiner les tendances pour les cinq années à venir dans l’enseignement primaire et secondaire dans les vingt-huit pays membres de l’Union européenne. Sur les dix-huit sujets analysés, deux tendances apparaissent clairement : la modification du rôle des enseignants (ce discours n’est pas nouveau) et l’impact des médias sociaux (tels que Twitter et Facebook notamment) sur les pratiques de classe.
Le rapport réaffirme l’omniprésence des médias sociaux qui va encore s’accroitre dans l’éducation, ce qui va nécessairement modifier le rôle des enseignants. Les ressources éducatives libres (REL européennes) sont amenées à se développer, les formations à s’hybrider, l’apprentissage et l’évaluation en ligne a se transformer.
Les défis à relever

Les défis à relever

Le rapport classe les défis à relever selon leur niveau de difficulté :
  •  les défis « faciles » (solvable challenges) à relever, pour lesquels des solutions existent déjà. Il s’agit notamment de ce qui relève de l’intégration du numérique dans la formation des enseignants, ou des solutions pour pallier les faibles compétences numériques à l’école.
  • Les défis « difficiles » (difficult challenges), qui nécessitent plus de temps : l’« apprentissage authentique », l’hybridation des formations (mélange d’environnements d’apprentissage physiques et virtuels).
  • Les défis « ultras » (wicked challenges), bien plus complexes à relever, tels l’amélioration de l’enseignement de la « pensée complexe », d’une communication efficace. Il s’agit ici de développer des stratégies chez les apprenants afin qu’ils soient plus actifs dans leurs apprentissages.
D’après ce rapport, l’informatique dans les nuages et l’utilisation de tablettes vont devenir la norme d’ici peu de temps, puis viendra l’utilisation de jeux sur ordinateur dans le cadre des apprentissages, avant que ne se développent l’apprentissage personnalisé et les laboratoires virtuels. Nous pouvons déjà voir certains de ces usages aujourd’hui, mais qui restent relativement confidentiels et à la marge de l’école. On peut penser aux laboratoires divers (fablabs, learning labs, living labs, etc.) ou encore à certaines expérimentations qui ont encore du mal à essaimer. Ce rapport confirme ce qui a déjà pu être écrit par ailleurs. Les évolutions ne sont pas les mêmes dans tous les pays, elles ne suivent pas toujours le même rythme, selon les volontés politiques et les cultures nationales, mais elles révèlent une tendance de fond dont il faut avoir conscience pour que les systèmes éducatifs s’adaptent, ou mieux, anticipent ces changements, afin de permettre aux jeunes de développer une culture numérique pertinente, sans quoi les fractures numériques risquent de s’aggraver.

Quelques liens :


2 réflexions au sujet de « Rapport Horizon 2014 : le numérique et ses défis pour l’école »

  1. oui-non…
    la pratique que nous pouvons en avoir à ce jour sur l’innovation lab nous amène à penser -pour faire court- que les approches d’inspiration socio-constructivistes sont plus importantes que le recours aux technologies numériques.
    Ou, pour le dire différemment, sur le seul plan pédagogique, ce n’est que dans la mesure où le mode pédagogique permet à l’apprenant de s’impliquer dans le mode d’apprentissage, d’en comprendre les finalités, de pouvoir rentrer dans une pratique d’essais-erreurs, etc. que l’on améliore l’efficience pédagogique. Parait évident, sauf qu’on ne le fait pas souvent !.
    Ce n’est que remis dans cette perspective, à notre avis, que les technologies numériques peuvent donner des effets amplificateurs à l’enseignement. A condition de bien gérer la mise à distance du « prof », la relation prof-étudiant restant centrale…et de garder en tête (à notre avis) qu’il existera toujours un lien direct entre persévérance, capacité à se discipliner et réussite. Apprendre, n’en déplaise aux technologues et autres adeptes du « fun », consomme de l’ATP: il faut aussi bosser (tripalium en latin :-)).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *