« Les projets… ça se cuisine ! »

Photo Projet Innovations et fermentationsC’est une des idées qui est ressortie du brainstorming proposé lors du séminaire de l’académie de Créteil destiné aux enseignants de sciences de la vie et de la Terre de lycée ce 12 mai 2015. Et c’est tout à fait vrai, la métaphore que nous allons tenter de filer mettra en lumière les potentielles richesses des projets pédagogiques et les difficultés des enseignants à les mettre en œuvre. Le brainstorming fait par les enseignants présents au séminaire a permis grâce à un padlet bien fourni de lister et d’analyser les points forts de 4 projets présentés par des enseignants de SVT de toute l’académie :
  • « Cerveau et apprentissage » pour que des élèves de seconde en accompagnement personnalisé apprennent à comprendre et à gérer leur stress avec l’expertise de la Cité des sciences et de l’industrie ;
  • « Innovations et fermentations » en terminale S spécialité SVT pour cuisiner des viennoiseries originales (à la vanille, light, bleues…) et comprendre l’action de certains composés sur la levure (projet à l’origine de la métaphore culinaire, bien entendu) ;
  • « Groupement inter-lycéen d’experts en développement durable » pour amener un établissement à être labellisé éco-école grâce à des élèves de seconde en accompagnement personnalisé ;
  • « COP 21 lycéens Ile-de-France » pour simuler avant l’heure le débat international de décembre prochain (Paris-Climat 2015) par les experts du GIEC.
Mais place au savoir-faire culinaro-pédagogique des enseignants, agrémenté de quelques touches de recherches en éducation.

 

Un projet, c’est avant tout le choix de bons produits…

C’est bien connu en cuisine, il faut bien choisir et limiter les produits pour ne pas mélanger trop de saveurs et avoir le goût de chacune. Donc peu d’objectifs d’apprentissage dans un projet (pour pouvoir les atteindre, sinon il y a risque de dérive productiviste), et des objectifs en lien avec les connaissances et compétences officiellement attendues, une problématique bien définie, une évaluation prévue dès le début, et un accompagnement (collègues, établissement ou formation) sans faille.

… et du matériel de professionnel

La possibilité de transformer les classes pour faire du travail de groupe, la disponibilité des outils informatiques, des services enseignants compatibles ou l’inscription au menu du projet d’établissement sont autant d’outils qui demandent à être aiguisés, prêts à l’emploi pour que le projet se déroule dans les conditions optimales.

Une recette à respecter… et la touche du chef enseignant en plus

On ne se lance pas dans un projet sans qu’il soit correctement structuré et que toutes les étapes soient prévues par avance. Sinon les élèves n’ont pas de cadre précis dans lequel dérouler leur projet (dérive spontanéiste). Mais la recette seule ne suffit pas, on a souvent besoin d’improviser au fur et à mesure que le plat se prépare et d’ajouter des ingrédients non prévus par avance, comme tel partenaire qui n’est finalement pas libre, tel projet qui est trop ambitieux, tel groupe qui n’avance pas comme l’enseignant l’avait prévu…

Un projet se goûte à toutes les étapes

Comment savoir s’il manque du sel si on ne goûte pas ? Le contrôle des élèves et de l’enseignant est nécessaire et doit se faire régulièrement, tout au long du projet, pour voir si le projet se déroule comme prévu, s’il faut le réorienter, ajouter des ingrédients ou le laisser mijoter tranquillement. De manière générale, évaluer si les objectifs d’apprentissage sont en passe d’être atteints lors du projet est nécessaire.

Un projet demande un temps de cuisson des apprentissages

Et non, les projets ne se mangent pas crus, ou alors c’est la compétition qui prime sur l’apprentissage… Et oui, les enseignants doivent attendre que la pâte lève, que la crème prenne, que les levures fermentent ou que le jus de viande s’épaississe, sans possibilité d’accélérer ces processus ! Le temps de construction des apprentissages est long mais nécessaire à la réussite des objectifs du projet. C’est là que l’enseignant-chef doit motiver sa brigade, recadrer les plus récalcitrants, voir si tel apprenti a compris les gestes techniques, si tel autre a réussi son assaisonnement tout seul, même si cela fait trois fois qu’il recommence.

Le produit final se déguste à plusieurs

La cuisine, c’est le partage, c’est la communion des recettes et la convivialité, tout comme le projet. Qu’on le partage dans l’établissement, qui a normalement préparé la table sous une odeur appétissante, ou avec des chefs invités venus d’établissements voisins, qui sont heureux de goûter des plats différents des leurs, ou encore avec des chefs reconnus comme des institutions de la cuisine, ou évidemment avec les élèves qui trouvent que leur projet manque un petit peu de cette saveur-là mais que sa présentation est parfaite : toutes les occasions sont bonnes pour échanger autour de la table, penser à des améliorations futures et construire de nouveaux projets avec d’autres partenaires.

 

Pour aller plus loin :

  • Portail SVT de l’académie de Créteil : http://svt.ac-creteil.fr/
  • Le point de vue des chercheurs en éducation (critiques gastronomiques ?) sur les projets : Reverdy Catherine (2013). Des projets pour mieux apprendre ? Dossier d’actualité Veille et Analyse, n° 82. Lyon : ENS de Lyon.
  • Sur la difficulté de faire parler ensemble les cuisiniers et les pâtissiers, dans le but d’avoir un menu cohérent pour les savoirs des élèves : Reverdy Catherine (2015). Éduquer au-delà des frontières disciplinaires. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 100. Lyon : ENS de Lyon.

 


Une réflexion au sujet de « « Les projets… ça se cuisine ! » »

  1. Très sympa la métaphore culinaire pour le concept de projet mais aussi très judicieuse. Moi qui ai conçu/conduit/coordonné des tonnes de projets et travaillé avec l’institut français du goût, ça me soulève les papilles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *