L’esprit d’entreprendre se développe dans l’académie de Reims

clgSchuman

C’est en tout cas le souhait du recteur de cette académie qui a ouvert la 5e rencontre école entreprise le 16 avril dernier au collège Schuman de Reims, rencontre à laquelle j’ai été invitée à participer. Pour lui, l’esprit d’entreprendre est à valoriser dans tout l’enseignement secondaire puisqu’il permet de transmettre aux élèves des valeurs essentielles d’autonomie, de responsabilité et de solidarité. Il souhaite que les initiatives prises ici ou là dans l’académie sur l’esprit d’entreprendre soient davantage valorisées, partagées et visibles, notamment par leur inscription dans les projets d’établissement, qui sont là pour faire émerger une construction collective des équipes éducatives.

Bernard Surlemont, professeur d’entreprenariat à l’Université de Liège (Belgique), a ensuite présenté une conférence sur le thème « Développer une pédagogie de l’esprit d’entreprendre« . Trois points lui semblent importants pour favoriser l’esprit d’entreprendre chez les élèves :

  • la confiance en soi de chaque élève est à développer : il doit pouvoir prendre des risques, aller au-delà de ses limites, se faire confiance pour continuer un projet et finalement apprendre de ses erreurs et être fier d’avoir réalisé quelque chose ;
  • le fait de changer d’état d’esprit, de savoir que l’intelligence n’est pas fixée une fois pour toutes (parce que le cerveau est plastique) permet aux élèves de pouvoir sortir de leur zone de confort, d’avoir moins peur de leurs échecs qui se révèleront finalement constructifs ;
  • être attentif en tant qu’enseignant à appréhender dans un même ensemble les 4 caractéristiques de la pédagogie de l’esprit d’entreprendre : la responsabilisation des élèves, qui doivent être actifs dans leur apprentissage ; l’expérimentation, pendant laquelle les élèves font des tentatives d’essais-erreurs ; la coopération, qui permet de développer l’esprit d’équipe ; la réflexion, par débriefings réguliers pour favoriser la capitalisation des apprentissages tout au long du projet.

Les échanges avec la salle ont porté sur le rôle de l’enseignant comme médiateur, les conditions nécessaires d’aménagement de certains établissements, pour favoriser par exemple un travail de groupe, le soutien des équipes pédagogiques et des directions d’établissement, le fait de commencer par des petits projets pour développer l’esprit d’entreprendre puis de les augmenter de manière incrémentale (sans toutefois en faire trop pour ne pas tuer l’esprit d’entreprendre), les manières de surmonter les freins de la part de certains parents, élèves ou enseignants, l’importance de partager et d’échanger sur les tentatives pédagogiques.

La table ronde qui a suivi était constituée de retours d’expériences visant à favoriser l’esprit d’entreprendre, présentés par des enseignants et un chef d’établissement de l’académie. Nous avons ainsi pu découvrir :

  • un dispositif d’accompagnement personnalisé dans un lycée qui propose à chaque élève de seconde plusieurs projets sur l’année (parmi lesquels le concours « Course en cours » ou de la programmation informatique) et qui a d’abord pour objectif de diminuer l’échec scolaire et de créer un climat favorable dans l’établissement ;
  • une mini-entreprise en option « Découverte professionnelle » de 3e dans laquelle les élèves fabriquent et vendent des gants de vélo réfléchissants sur les deux faces ;
  • une enquête policière menée en EIST en 6e (Enseignement intégré de science et de technologie) qui a permis aux élèves de résoudre l’énigme du cambriolage de l’abri de jardin du collège, puis d’écrire différentes versions de cette enquête et de les publier dans un livre intitulé Investigation au collège ;
  • un enseignement d’exploration en littérature et société en seconde autour de la publicité, à partir d’une étude des campagnes de publicité locales sur le champagne : les élèves devaient monter leur propre campagne de pub sur un produit de leur choix pour une diffusion à la radio et un affichage à destination des partenaires et des parents ;
  • un fonctionnement en îlots bonifiés en mathématiques au collège en classe entière, pour faire travailler les élèves en groupe autour de problèmes concrets (comme un plan de maison à réaliser pour apprendre la construction d’aires).

Pour les intervenants de cette table ronde, l’engagement dans le développement de l’esprit d’entreprendre leur a permis de développer une relation de confiance avec les élèves, d’envisager autrement le statut de l’erreur et l’évaluation de leur enseignement, même si la coopération et le développement de l’autonomie des élèves restent difficiles à développer. Ils sont partisans d’utiliser une palette pédagogique (ne pas faire trop de projets ou seulement des projets) et conseillent aux enseignants indécis de ne pas se lancer seul dans un projet, d’avoir des soutiens dans leur établissement.

Comme on le voit dans ces exemples, le développement de l’esprit d’entreprendre passe souvent par des étapes de planification et de réalisation concrète et est centré sur l’élève, éléments non exclusifs mais qu’on retrouve dans la méthode active qu’est l’apprentissage par projet. J’ai donc pu contribuer à la réflexion sur l’esprit d’entreprendre par une présentation sur ce que les recherches en éducation entendent derrière le terme « projet » et sur les conditions favorables à un réel apprentissage par projet (voir le Dossier d’actualité n° 82 « Des projets pour apprendre ? »).

La journée s’est terminée par des ateliers présentant différents outils de sensibilisation à l’esprit d’entreprendre, que je vous laisse découvrir sur les sites des partenaires.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *