Dossiers de veille : le centième !

Avec le dernier travail de Catherine Reverdy consacré aux questions d’interdisciplinarité, Éduquer au-delà des frontières disciplinaires, la collection des Dossiers de veille franchit le seuil des 100 numéros. L’occasion idéale pour enfin répondre aux questions souvent posées aux rédacteurs quand ils présentent leurs dossiers ou reçoivent des visiteurs.

Un entretien collectif et pour une fois un peu introspectif, avec l’équipe actuelle des rédacteurs, pour tout savoir ou presque sur la façon dont on réalise ces dossiers !

Comment sont choisis les thèmes des dossiers ?

La grande question qu’on nous pose toujours… Nous avons connu trois phases en fait.

Au début, nous nous contentions de suivre la littérature scientifique : dès qu’une question nous paraissait revenir de façon récurrente et parfois originale dans les publications récentes, nous décidions d’y consacrer un dossier. C’est en partie comme cela qu’on que des dossiers ont été consacrés au “leadership” éducatif, à l’evidence-based education ou à la formation des élites, thèmes qui n’allaient pas de soi au départ.

Ensuite, nous avons essayé de mettre en place un comité d’orientation scientifique. Celui-ci a plus ou moins fonctionné pendant deux ans, mais nous nous sommes rendus compte que les collègues qui avaient gentiment accepté d’y figurer étaient soit d’accord avec toutes nos propositions, soit se déclaraient incompétents dès lors qu’un thème ne correspondait pas à leur spécialité de recherche.IMG_0994

Enfin, et c’est toujours d’actualité, nous avons stabilisé notre pratique en croisant deux préoccupations pour choisir nos sujets. D’une part, l’intérêt social ou éducatif d’un thème, car la fréquentation régulière des acteurs éducatifs à tous les niveaux nous permet d’être sensibles à leurs attentes et leurs préoccupations. D’autre part l’existence d’une littérature scientifique suffisamment consistante pour réaliser un dossier. Certains sujets peuvent être en effet très intéressants mais peu abordés par la recherche, ce qui ne nous permet pas de leur consacrer un dossier. Ce que nous faisons, qu’on l’appelle note de synthèse, état des savoirs ou revue de littérature, est par définition toujours dépendant de l’existant.

C’est la limite de l’exercice : nous ne pouvons traiter des problématiques émergentes que si des chercheurs, en France ou ailleurs, ont décidé de s’y intéresser !

Concrètement, cela signifie que nous avons de nombreuses séances de brainstorming formelles et informelles, nourries par nos lectures et nos rencontres lors de séminaires et colloques en tous genres. Avec le temps, nous avons aussi accumulé un capital d’expérience qui nous aide à détecter les évolutions notables. Enfin, il nous arrive aussi de répondre à des sollicitations directes ou indirectes, dans le cadre de l’IFÉ ou de ses partenariats. Ainsi, le dossier sur l’évaluation des compétences (2012) ou ceux concernant le décrochage scolaire (2012 et 2013) ont été réalisés en relation avec des projets européens (KeyCoNet, TITA) dans lesquels nous étions engagés, pendant que celui sur les ressources éducatives (2014) prolongeait un travail réalisé dans le cadre d’une réponse ANR.

L’inclusion d’auteurs étrangers est souvent vu comme un aspect original de vos dossiers…

Dès l’origine, en effet, nous avions la volonté d’ouvrir notre regard vers les autres pays, convaincus que la confrontation internationale était intéressante pour améliorer la qualité des savoirs sur l’éducation. La comparaison entre systèmes éducatifs est également très stimulante, si on la comprend comme une façon de prendre du recul, de dénaturaliser l’école que l’on connaît depuis l’enfance. Il faut en revanche se garder d’utiliser la comparaison pour dénicher ailleurs des recettes miracles à recopier, ce qui est trop souvent la dérive journalistique ou politique en la matière !

Quand nous avons commencé, l’énorme majorité de la recherche dans notre pays était soit française, soit francophone : la dimension internationale était pour l’essentiel limitée à des réseaux de chercheurs français, belges, suisses, luxembourgeois et québécois Cette francophonie scientifique est très vivante et stimulante, mais il était dommage de se tenir à l’écart d’importantes communautés de recherche en éducation qui n’utilisent pas notre langue.

Nous nous sommes donc efforcés d’aller à la découverte d’autres continents scientifiques, tout du moins ceux qui utilisent l’anglais comme langue de communication : les pays anglo-saxons évidemment (Royaume-Uni, Irlande, États-Unis, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande…) mais aussi toute la partie nord de l’Europe (Pays-Bas, Belgique de langue flamande, Danemark, Suède, Finlande, Norvège…) et, de plus en plus maintenant, une grande partie de l’Europe centrale (dont les anciens pays de l’Est) et des pays asiatiques. Plus récemment, nous avons inclut des productions espagnoles dans notre veille pour mieux couvrir l’Espagne et les pays d’Amérique Latine.

En revanche, nous devons encore confesser que de nombreux travaux allemands ne nous sont pas accessibles, ce qui est bien dommage (cela concerne aussi l’Autriche et une partie de la Suisse).

On peut aussi se demander dans quelle mesure l’anglais va devenir ou non la langue de référence scientifique dans notre champ, mais c’est un autre débat..

Comment est née l’idée de réaliser ces dossiers ?

Pour être franc, peu de choses étaient programmées à l’origine et beaucoup s’est fait de façon pragmatique. A partir de 2004, dans la petite cellule naissante de veille scientifique et technologique (VST) de l’INRP, nous avions commencé à signaler  les productions scientifiques récentes sur notre site Internet afin de disposer d’une actualité de la recherche en éducation. Assez rapidement, l’idée d’une lettre d’information thématique a émergé. Le projet était, à partir de l’actualité de la recherche, de présenter un thème récurrent à la fois dans les articles de revues, mais aussi dans les rapports, les thèses, les ouvrages… dans une  Lettre d’information de la VST.

Cette Lettre reflétait en 4 pages et avec un mini-éditorial, les informations disponibles sur notre site. La thématique était moins développée qu’aujourd’hui mais néanmoins pertinente pour un travail de veille, avec une bibliographie et une approche déjà internationale comme par exemple notre Lettre n° 4 de 2004 sur la formation des adultes. Il y a eu ensuite plusieurs étapes et différentes transformations dans les contenus et l’apparence des dossiers. La première mutation a eu lieu en 2005 avec la Lettre n° 11 écrite par Marie Gaussel, qui portait sur l’éducation avant 6 ans : il ne s’agissait plus d’une simple collection thématique de ressources, mais pour la première fois, elle était entièrement rédigée. Cette Lettre a également inauguré un processus de traductions puisqu’elle a connu une version anglaise. C’est aussi à cette époque que nous avons lancé l’ancêtre du bulletin bimensuel qui était consacré à l’actualité de nos rubriques Internet.

Petit à petit nous sommes passés de 4 à 12 pages, pour aujourd’hui tourner autour des 20-30 pages et avec des efforts rédactionnels et éditoriaux supérieurs, ce qui nous a amené à passer naturellement du terme de “Lettre” à celui de “Dossier”.

On ne sait plus trop d’ailleurs si l’on est en présence d’une production qui s’apparente à un article, une note de synthèse, un rapport, voire parfois un petit ouvrage de type digest !

Il est  vrai que le terme de dossier est ambigu. Nous-mêmes avons parfois du mal à catégoriser nos dossiers dans les normes bibliographiques existantes ! Les choses auraient été différentes si nous avions défini un format à priori ou si nous avions créé une collection éditoriale classique. C’est probablement une des raisons pour laquelle nous sommes souvent cités de façon maladroite dans les bibliographies ou que l’archive ouverte HAL-SHS a fréquemment refusé l’archivage de nos publications.

Pourquoi n’avoir pas créé une revue par exemple ?

C’était un choix possible, d’autant plus que notre équipe a assuré le dernier numéro de la revue Perspectives documentaires en éducation qu’éditait l’INRP et dont nous prenions plus ou moins la suite. Si la direction de l’INRP avait réfléchi à nos activités, c’est peut-être la voie qui aurait été prise, mais comme aucune orientation n’avait été formulée concernant la veille scientifique, nous avons paradoxalement été laissés libres d’inventer autre chose, même si notre projet n’était pas forcément aussi clair que maintenant.

En premier lieu, nous avons lancé les Dossiers au moment où Internet se diffusait vraiment dans la société et nous y étions très sensibles. L’une d’entre nous, Laure Endrizzi, a d’ailleurs à cette époque produit un travail sur Wikipédia qui a eu un écho important.

Pour nous, la publication en ligne apparaissait comme le moyen d’accélérer  la circulation de l’information scientifique et de la mettre à la disposition du plus grand nombre. Une revue scientifique, c’est souvent plusieurs mois de délais entre le moment de la rédaction d’un article et celui de sa publication, autant pour des questions scientifiques (relectures, expertises…) que techniques (mise en forme, impression, distribution…). Tout ça pour des publications qui ne touchent que quelques centaines d’abonnés. Il ne faut pas oublier qu’à l’époque l’édition en ligne était balbutiante et n’avait rien à voir avec ce qu’on connaît aujourd’hui avec les portails comme revues.org  !

En second lieu, n’étant pas des enseignants-chercheurs engagés dans la concurrence académique, nous n’avions pas de préoccupations liées au nombre de publications à faire figurer dans notre CV en vue d’une évaluation. D’ailleurs, au début, nous ne signions pas les dossiers que nous écrivions. Il fallu attendre le n° 29, en septembre 2007, pour que le nom des rédacteurs apparaisse clairement dès la première page.

Est-ce qu’il n’y a pas une fuite en avant vers des dossiers de plus en plus “longs” ? On est loin parfois de l’essentiel à retenir sur un sujet

Le dernier dossier, avec sa bibliographie, dépasse 112 000 caractères et représente plus de 31 pages de traitement de texte standard. Ce n’est pourtant pas le plus long, on a fait bien “pire” ! C’est vrai qu’il faut un peu de temps pour nous lire et que certains décideurs nous demandent maintenant de faire des notes qui résument nos synthèses…

Il faut comprendre que quand nous abordons une question, notre souci prioritaire est de restituer les questions essentielles que nous avons identifiées sur ce thème. Comme nous n’avons pas vraiment de paramètres d’impression à respecter, nous pouvons avoir tendance à oublier d’être concis. Ce n’est pas évident, quand on a passé plusieurs heures à se procurer et lire une série d’articles venant de Suède ou des États-Unis sur tel ou tel sujet, de se décider à ne finalement n’en garder que quelques lignes ou ne pas les citer du tout.

Il faudra sans doute faire néanmoins des efforts en la matière, ne serait-ce que pour pouvoir de nouveau traduire des dossiers sans que cela ne représente une somme trop importante…

Vous lisez toutes les références citées dans un dossier ?

Évidemment ! Et même beaucoup plus en fait : celles qui sont citées ne sont que la partie émergée de l’iceberg. On passe, hélas, pas mal de temps à parcourir des documents que l’on ne retient finalement pas.

Qu’est-ce qui vous pousse à ne pas retenir un texte ?

Notre objectif n’est pas de faire une note de synthèse comme on peut en trouver dans des thèses ou des travaux académiques, où il faut d’abord démontrer qu’on connaît bien le champ. Nous visons plutôt un état des savoirs les plus pertinents pour les acteurs éducatifs. Quand plusieurs travaux expriment la même idée ou concluent sur les mêmes résultats, cela peut ainsi nous conduire à ne retenir que le plus représentatif, le plus facile à se procurer… ou le plus lisible.

Un article ou un ouvrage peuvent aussi s’avérer trop anciens. Ce n’est pas un critère de qualité absolu, car certains textes datés du siècle dernier sont toujours meilleurs que d’autres plus récents, mais nous avons un peu arbitrairement choisi de mettre en lumière les productions “actuelles” en éducation et les chercheurs toujours susceptibles d’être mobilisés sur ces thèmes. Il y a déjà beaucoup d’ouvrages, qu’ils soient scientifiques ou de vulgarisation, qui consacrent les auteurs les plus connus du champ. Ce n’est pas là où réside notre plus-value.

Enfin, il faut rappeler que nous visons plutôt la littérature de recherche : on préfère éviter de citer les essais en tous genres qui concernent l’éducation, même si une minorité est parfois étayée par des références scientifiques.

Avez-vous une idée de vos lecteurs ? Pour qui écrivez-vous ?

Les témoignages spontanés recueillis lors des 10 ans du service de veille (début 2013) constituent une bonne entrée pour se faire une idée de la diversité de notre lectorat et de ses attentes. On y retrouve des cadres intermédiaires (inspecteurs, chefs d’établissement, personnes en responsabilité dans les rectorats ou dans les collectivités) ; des formateurs exerçant dans les ESPE ou ailleurs, y compris issus dans le secteur privé ; des enseignants, essentiellement du 1er et 2nd degré, mais aussi des enseignants-chercheurs et des intervenants en formation d’adultes ; des personnes-relais (documentalistes, journalistes). Environ 10 % sont étrangers, très majoritairement francophones.

Sur le fond, nous nous adressons en priorité aux professionnels de l’éducation, à ceux qui doivent enseigner ou sont responsables de pilotage à un niveau ou un autre du système éducatif. Notre objectif consiste à mettre à leur disposition les conclusions et références essentielles de la recherche sur une question vive, pour faire le lien entre ce qui s’étudie dans les équipes universitaires et ce qui peut aider les praticiens et les décideurs à mieux accomplir leurs missions.

Après, nous ne maîtrisions pas forcément ce que deviennent nos dossiers, en dehors de circonstances particulières où nous les portons dans des conférences, des séminaires ou des formations.

Plusieurs usages nous ont été rapportés. Il y a ceux qui les signalent à leurs collègues, à leurs étudiants et en recommandent la lecture. Des collègues nous ont dit s’en servir comme d’une introduction à leurs cours de Master sur les sujets que nous avions couvert.

Les Dossiers sont parfois utilisés comme source primaire d’information : c’est le cas, par exemple,  pour les  corps d’inspection ou pour les formateurs (formation des enseignants ou formation de formateurs), comme support d’intervention. Ils deviennent sources d’information secondaires pour les stagiaires,  “pour aller plus loin”. Il y a aussi ceux qui considèrent nos dossiers comme une source d’enrichissement personnel, une aide pour mieux comprendre les enjeux de l’éducation et les processus cachés de leur métier. Certains estiment qu’ils sont une contribution à leur professionnalisation à un niveau individuel, quelques autres en font aussi explicitement une ressource pour outiller des réflexions collectives et pour décider de leurs orientations…

Comment sont diffusés les dossiers ?

Nous disposons de statistiques sur le site IFÉ de l’ENS de Lyon qui nous indiquent combien de dossiers sont téléchargés en PDF, ce qui nous permet de savoir que sur l’année qui suit sa mise en ligne, le dossier le plus téléchargé approche les 30 000 exemplaires pendant que le moins consulté dépasse les 3 000. Cela nous indique en fait plutôt des tendances, car nos dossiers circulent de multiples façons. Beaucoup de collègues dans des centres de ressources ou de documentation les impriment et les mettent à disposition. On les retrouve parfois imprimés et distribués à l’occasion d’une réunion ou d’un séminaire. Ils sont en particulier souvent repris et mis en ligne sur d’autres sites sans qu’on le sache vraiment. Le dossier d’Annie Feyfant et Olivier Rey sur l’évaluation a par exemple été mis en ligne comme première source documentaire sur le site ministériel de la conférence nationale sur l’évaluation.

Ce dont on est sûr, c’est que l’annonce de chaque dossier est envoyée à nos 8 500 abonnés, libres à eux de les télécharger ou non. On sait aussi que les dossiers sur certains sujets qui touchent un “grand public” concerné par l’enseignement scolaire (neurosciences, éducation familiale, approches par compétences…) sont plus consultés que les dossiers consacrés à des sujets pointus (décentralisation ou éducation à la santé par exemple) ou à l’enseignement supérieur.

De même, les dossiers concernant les TICE connaissent, très logiquement, une fréquentation élevée et durable. Le dossier de Rémi Thibert sur les TIC et la pédagogie a encore suscité 9 200 téléchargements en 2014, plus d’un an après sa publication en novembre 2012, et  celui de Laure Endrizzi sur les technologies numériques dans l’enseignement supérieur a été énormément repris dans le monde universitaire francophone.

Cela vous amène à infléchir le choix des sujets en fonction de leur popularité ?

Si l’on faisait payer la consultation des dossiers, peut-être, mais en l’occurrence, comme c’est une mission de service public qui reste gratuite, nous ne sommes pas obsédés par la popularité de nos productions. Il y a des sujets qui doivent être traités car ils sont pertinents pour les acteurs de l’éducation, même s’ils ne touchent pas une cible forcément très large.

Vous mettez combien de temps pour les écrire ?

Il est difficile de répondre précisément à cette question car le temps d’écriture peut être court, après un temps de maturation long, ou inversement. Autrement dit, il nous arrive de rédiger au fil de l’eau ou bien de rédiger après un temps de lecture plus ou moins long. Par ailleurs, la préparation d’un Dossier n’étant pas notre seule occupation professionnelle (interventions, formations, expertises, veille au quotidien, etc.) nous ne travaillons pas à plein temps sur la thématique en cours. Le plus souvent, nous programmons nos dossiers par semestre, il est donc arrivé que certains dossiers nécessitent six mois de préparation et d’autres ont pu être réalisés en moins de deux mois.

Les rédacteurs sont-ils tous de l’IFÉ ?

Plus précisément, ils proviennent de l’équipe de 6 personnes de l’unité Veille & Analyses de l’IFÉ. On a organisé une rotation entre nous, avec l’idée que chaque membre de l’équipe rédige un ou deux Dossiers par an, en fonction des autres activités qu’il peut être amené à assumer en parallèle.

Vous êtes  universitaires ? Enseignants ? Documentalistes ? Chercheurs ?

Dans la mesure où nos activités ne connaissent pas d’équivalent strict ailleurs, nous avons construit de façon artisanale un métier original de “veilleur” dans notre champ, qui a peu à voir avec la veille économique concurrentielle. Nous avons progressivement capitalisé, au niveau individuel et collectif, des connaissances sur le système éducatif, sur la recherche en éducation, sur la circulation des connaissances scientifiques, sur les différents courants et disciplines constitutives, etc. Ces connaissances sont ensuite intégrées et mobilisées en vue d’écrire des synthèses sous la forme de notes et dossiers de veille, ce qui nous amène à cristalliser des savoirs sur les questions abordées, savoirs qui eux-mêmes nous permettront d’approcher de nouveaux thèmes, et ainsi de suite. C’est la capacité à répéter ce cycle qu’on pourrait qualifier de compétence caractéristique de notre équipe, compétence qui se construit en situation plus qu’elle n’est présumée par nos statuts ou professions d’origine.

Ainsi, l’équipe se compose aujourd’hui, au niveau statutaire, de trois ingénieurs d’étude, deux enseignants détachés du secondaire et un ingénieur de recherche. Encore faut-il préciser que parmi ceux-ci, on compte aussi deux anciens enseignants du secondaire, deux anciens salariés du privé pendant plusieurs années, des spécialités disciplinaires très variées (anglais, physique, documentation, droit et science politique, information-communication…) et des expériences professionnelles qui ne le sont pas moins.

Il faut également ajouter aux rédacteurs actuels ceux qui ont contribué à notre histoire à un moment ou un autre en rédigeant des dossiers, comme Marie Musset, devenue depuis inspectrice pédagogique régionale de lettres (IA-IPR), Agnès Cavet, qui travaille toujours à l’ENS de Lyon dans l’équipe de la revue Lectures, Brigitte Bacconnier, désormais principale de collège, Françoise Poyet, maître de conférences, Olivier Meunier, professeur d’université, ainsi que d’autres collaborateurs plus épisodiques sur certains dossiers. Le devenir de nos “anciens” montre bien d’ailleurs notre positionnement entre milieux universitaires et milieux éducatifs !


2 réflexions au sujet de « Dossiers de veille : le centième ! »

  1. Bonjour, je connais votre revue par le biais du Cnam à Paris ou j’ai suivi le master en recherche de formation d’adultes. J’ai toujours lu avec attention vos articles dans la possibilité de mon timing. Je suis réduite maintenant à essayer de trouver une place pour pouvoir exprimer mon désarroi quant à le refus de plusieurs universités pour pouvoir rédiger mon doctorat. Mon projet fut validé mais la nouvelle loi qui régule le nombre de doctorants qui peuvent être encadrés par un promoteur a brisé mon rêve. C’est un fait que chaque promoteur de thèse avait dépassé le nombre autorisé, tout simplement pour satisfaire la demande. Et je suis arrivée au moment où la « tricherie » n’était plus possible… Alors voilà, j’admire ceux qui comme vous aidez des passionnés de l’éducation à pouvoir s’exprimer dans votre revue… Peut-être qu’un jour… on verra. Néanmoins si il y a des personnes qui rencontre le même problème que moi, j’aimerais en parler pour pouvoir digérer l’évènement plus facilement. Merci pour m’avoir laissé un espace d’expression. Et surtout, continuez votre revue. Bravo!

  2. Je suis  »en vacances » et pourtant, c’est à chaque fois pareil : je ne peux résister au plaisir d’ouvrir le mail de  »Veille et analyses » de l’IFE. J’enrage de n’avoir pas le temps de tout lire, de tout digérer, d’en faire mon miel pour rester dans une pratique du métier vivante et consciente (suis professeur de français en collège – 49 ans)
    Un grand merci donc. Et bon courage à toute l’équipe,

Répondre à Weyers Christine Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *