Les MFR : un OVNI dans le paysage éducatif ?

logo-mfrJ’ai plusieurs fois mentionné l’enseignement agricole dans ce blog. La France est une exception dans le monde, avec un enseignement agricole qui dépend du ministère de l’agriculture et non de celui de l’éducation. Si l’enseignement agricole n’est pas complètement déconnecté des politiques du MEN, il présente quand même des spécificités qui méritent d’être connues et dont l’Éducation nationale pourrait s’inspirer parfois. Les réformes des dernières années tendent vers une organisation qui existe depuis bien longtemps dans l’enseignement agricole : CCF, lycées des métiers, partenariats, rapprochement avec les voies de l’apprentissage, etc. Dans ce qui relève de l’enseignement agricole, une structure apparait encore comme un OVNI parfois, de par son statut, son implantation, son fonctionnement : il s’agit des MFR (maisons familiales et rurales), souvent méconnues des enseignants de collège, de lycée ou de LP, parfois regardées avec méfiance car considérées comme concurrentes. Elles forment plus de 70 000 individus chaque année, de la 4ème à la licence professionnelle. 51 000 jeunes suivent ces formations dans des classes sous statut scolaire, 63 000 ont des contrats d’apprentissage, et 9 000 personnes ont recours à elles dans le cadre de la formation continue ou de la validation des acquis de l’expérience.
J’ai mentionné les MFR dans le Dossier de veille n°99, mais je tenais à présenter plus en détail l’histoire de ces structures atypiques. Un  billet avait déjà été publié en mai 2014 dans une série d’articles qui traitaient du climat décrochage scolaires.

Origines

Si les premières Maisons familiales et rurales datent de 1937, elles s’inscrivent dans une histoire antérieure avec notamment la création du mouvement du Sillon en 1899, par Marc Sangnier, qui s’inspire de la doctrine sociale de l’Église. Les Sillons seront dissous en 1910 à la demande de Rome, mais ce mouvement renaitra en 1914 avec la création  du Syndicat central d’initiative rurale (SCIR). Ce sont les bases  des futures chambres d’agriculture et des Maisons familiales et rurales.
En 1935, le SCIR lance la première expérience de formation agricole, à l’initiative de trois agriculteurs et un prêtre, qui repose sur l’alternance du travail manuel et du travail intellectuel, l’enseignement en lien avec la réalité, la formation humaine, la vie de groupe… En 1937, devant le succès de cette expérience, la première MFR est créée à Lauzun, malgré les atermoiements du SCIR et de l’Église, dont le mouvement prend son indépendance. La deuxième MFR verra le jour en 1940 en Haute Savoie. D’autres expériences de ce type ont lieu entre temps, mais qui ne dureront pas, faute d’un support associatif solide.
L’Union nationale des syndicats des maisons familiales de France est créée en 1941, et dès le départ, les salariés sont associés au fonctionnement de la structure. Chaque Maison familiale est autonome et choisit d’adhérer à la structure nationale. L’Union va définitivement s’installer en 1946, et commence à se structurer en lien avec les milieux professionnels agricoles et le ministère de l’agriculture. Des associations départementales voient le jour entre 1955 et 1960, qui sont des relais locaux et qui assurent un maillage du territoire de proximité.
La communication de l’Union prend de l’ampleur à partir des années 1990, période à laquelle est adopté le slogan « Réussir autrement ».

Statut associatif

Le statut associatif pour les MFR est une volonté dès le départ, pour protéger leur indépendance, notamment à l’égard de la corporation paysanne qui était encadrée par le gouvernement de Vichy.
Dans la période d’après guerre, les MFR réaffirment leur volonté de ne pas être sous la coupe de l’État et de ne pas être non plus sous le contrôle de l’Église. Une scission a d’ailleurs lieu en 1945. De nouvelles orientations sont adoptées qui réaffirment le fonctionnement associatif de chaque MFR, le principe de l’alternance entre la MFR et l’entreprise, l’organisation en groupe restreint. Si les familles peuvent demander à ce qu’un prêtre ou un pasteur dispensent une formation religieuse pour ceux qui le souhaitent, le ministre du culte ne peut en aucun cas être le directeur de la MFR.
Les relations avec le clergé sont difficiles, car ce dernier souhaite récupérer dans son giron le mouvement des MFR. Les relations avec l’État ne sont pas plus faciles. Ce n’est qu’en 1984 que les MFR sont reconnues comme interlocutrices directes par les pouvoirs publics.
La visée affichée de ces associations est de permettre aux jeunes de trouver leur place dans le monde des adultes et de participer à sa transformation. Comme pour toute association, les adhérents (ici : les familles) sont associés au fonctionnement des MFR.
Si au départ, les MFR s’adressaient à des jeunes issus du monde agricole, ce n’est plus le cas aujourd’hui. L’évolution est la même que celle de l’enseignement agricole plus largement. Le déclin de la population agricole ne s’est pas accompagné d’un déclin des formations de l’enseignement agricole, bien au contraire. Tous les adolescents sont susceptibles de pouvoir intégrer une MFR. D’ailleurs, ces structures jouent un rôle indéniable dans le cadre de la lutte contre le décrochage scolaire, en « récupérant » des jeunes dont l’Éducation nationale ne sait pas quoi faire.

Pédagogie

Sur un plan pédagogique, les MFR diffèrent de ce qui se fait dans l’enseignement traditionnel, en favorisant la pratique avant la théorie. Le mouvement revendique une « pédagogie du réel » qui ne relève pas non plus de l’éducation nouvelle et de la pédagogie active. Ils mettent en place une approche globale de l’enseignement et tentent de créer des ponts entre les disciplines. Ils développent une véritable pédagogie de l’alternance (qu’ils qualifient d’alternance intégrative), en se basant sur trois principes : nécessaire relation pédagogique entre le vécu dans l’entreprise et la formation à l’école ; mise en situation réelle avec des adultes ; association formation technique et formation générale. Cette alternance privilégie  « la réflexion des jeunes à partir de leur mise en situation de travail réelle ».
Avec le développement des politiques favorisant l’apprentissage, les MFR, fortes de leur expérience en la matière, engagent une mutation et ouvrent des CFA à partir de 2007.
La présence d’un internat est aussi une caractéristique des formations dispensées. C’est un facteur essentiel de la socialisation et de l’autonomisation des jeunes.

Formation des personnels

Les encadrants ne sont pas des enseignants mais des moniteurs qui sont à la fois formateurs, animateurs et accompagnateurs. La question de la formation ne se pose donc pas de la même manière que dans l’enseignement traditionnel.
Des écoles pour  cadres sont créées à partir de 1942, qui deviendront par la suite des centres techniques , puis en 1946 une association paritaire voit le jour, qui deviendra plus tard l’ANFRA (Association nationale de formation et de recherche pour l’alternance). Jusqu’en 1968, la formation des moniteurs associera formation technique et formation pédagogique. En 1969, la formation pédagogique passe sous la tutelle du ministère de l’agriculture. Dans les années 1980, le recrutement se diversifie, la formation technique est moins importante, ce qui ne va pas sans créer quelques difficultés pour la mise en oeuvre de la pédagogie de l’alternance.

Ouverture à l’international

L’ouverture à l’international fait partie de l’ADN de l’enseignement agricole, et s’inscrit dans une politique de partenariats avec des associations ou structures dans les pays étrangers (coopération, etc.). C’est vrai aussi dans les MFR, qui commencent à essaimer à l’étranger, en Tunisie, en 1956, puis en Algérie. Elles travaillent avec le ministère de la coopération et nouent des liens avec les associations locales. Le continent africain, avec les anciennes colonies française, sera le premier à voir s’ouvrir des MFR (Sénégal, Côte d’Ivoire, Togo, Cameroun, etc.). En Europe aussi, certains pays adoptent ce fonctionnement : Italie, Espagne dans les années 1960. Après 1969, l’Argentine s’approprie l’idée des MFR, puis plus largement l’Amérique centrale et l’Amérique latine dans les années 1970. A la fin du XXè siècle, des MFR ouvrent au Québec, au Vietnam et au Maroc. Aujourd’hui, ce sont plus de 500 MFR qui sont présentes à l’étranger.

Pour aller plus loin :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *