Quand la recherche se penche sur le LP et la voie professionnelle

DV 99Pourtant largement dénigrée, la voie professionnelle en France fait l’objet de toutes les attentions. Le ministère souhaite développer l’apprentissage, les régions souhaitent avoir plus de prérogatives en ce qui concerne la formation professionnelle (initiale et continue), elles sont d’ailleurs reconnues comme l’échelon pertinent pour ce faire.

Le lycée professionnel scolarise un nombre important d’élèves, mais il souffre d’une « invisibilité sociologique », que certains mettent en lien avec le déclin de la classe ouvrière. Pourtant il joue un rôle important dans le système éducatif français, notamment en ce qu’il constitue un laboratoire d’innovation éducative : la mise en œuvre du socle commun, l’approche par compétences, le livret personnel de compétences sont autant d’exemple de ce qui se fait depuis un moment déjà dans ces établissements, avant que ce ne soit étendu à l’enseignement général et technologique.

La réforme de la voie professionnelle en 2009 a profondément modifié l’image du LP. De nouvelles stratégies scolaires se sont mises en place depuis que le baccalauréat professionnel se prépare en trois ans, comme le bac général, et qu’il permet aussi une poursuite d’étude. La voie professionnelle apparaît alors pour certains comme un bon compromis entre « l’inappétence scolaire des enfants et l’ambition scolaire de leurs parents ».

Ce dossier de veille présente un rapide historique de la formation professionnelle, qui a toujours été tiraillée entre deux logiques : celle du patronat qui souhaite adapter la main d’œuvre aux nouvelles contraintes ou technologies et celle du monde ouvrier qui veut en faire un outil d’émancipation et de lutte collective pour défendre les intérêts de la classe populaire.

Aujourd’hui, l’image du LP change, le parcours professionnel initial s’inscrit dans un processus beaucoup plus long de formation tout au long de la vie. Mais le risque existe de laisser de côté les publics les plus fragiles, les plus en difficultés, pour qui l’Europe souhaite harmoniser les qualifications entre les pays, en développant des diplômes « de base » (qui en France correspondraient plutôt au CAP ou au BEP) modulaires. Mais la redéfinition des diplômes préparés dans les LP (ou via l’apprentissage dans les CFA), que ce soient les CAP, les BEP ou les baccalauréats n’empêche pas les difficultés à poursuivre les études ou à s’insérer dans le monde du travail. L’apprentissage qui a le vent en poupe, et qui est présenté comme une solution importante pour lutter contre le décrochage scolaire, s’avère être positif…. pour les étudiants du supérieur uniquement.

Ce dossier de veille (n°99, février 2015) tente de faire une synthèse de ce que dit la recherche en France et à l’étranger sur ces questions de formation professionnelle initiale, d’apprentissage et d’alternance.

Vous pouvez laisser vos commentaires et remarques à ce dossier ci-dessous

 

Pour citer ce dossier :

 

Thibert Rémi (2015). Voie professionnelle, alternance, apprentissage : quelles articulations ? Dossier de veille de l’IFÉ, n° 99, février. Lyon : ENS de Lyon.
En ligne : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=99&lang=fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *