PISA, TIMMS, PIRLS… et pourquoi PIAAC?

Qu’est-ce que PIAAC? C’est le programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (programme for the international assessment of adult competencies) dont la première vague été réalisée en 2013. Il ne suffit pas de mesurer l’état des apprentissages à 15 ans (PISA), en maths et en sciences (TIMMS)  ou en litératie au CM2 (PIRLS), il faut aussi jauger de l’après formation initiale et évaluer l’état des connaissances et compétences d’une société « à l’ère du numérique ».
Une évaluation en ligne, accessible à tous les citoyens d’un pays participant à l’enquête devrait être disponible à la mi mars 20151  .

Les évaluations PIAAC mesure donc le « niveau des adultes âgés de 16 à 65 ans sur l’échelle de compétence en littératie2 , en numératie 3  et en résolution de problèmes dans des environnements à forte composante technologique ».

L’évaluation fournit également des informations sur tout un ensemble de compétences  exigées dans le cadre professionnel (organisation, travail avec les autres) et les items de l’enquête portaient également sur l’adéquation entre qualification et exigences professionnelles, ou encore sur l’autonomie dans le cadre du travail.

Les divergences et similarités avec les données de l’INSEE

En 2011, dans le cadre de l’enquête Information et vie quotidienne (IVQ), l’INSEE comptabilisait 16% d’adultes en difficultés de calcul et 11% en difficultés à l’écrit (ce dernier chiffre correspondant aux données issues de la Journée d’appel de préparation à la défense (JAPD). Dans le même temps, les évaluations PIAAC situent à 28% les adultes ayant un faible niveau en numératie et à 21,5% ceux ayant des problèmes en littératie.
Outre des méthodes de calcul quelque peu différente, et une collecte de données moins uniforme côté français, la divergence des résultats tient à l’approche technologique de PIAAC : il s’agit bien de mesurer la littératie et la numératie, certes, mais à travers l’usage d’un ordinateur. D’un côté, c’est l’enquêteur (INSEE) qui note les réponses, de l’autre c’est l’enquêté qui doit maîtrisé a minima les outils informatiques pour enregistrer sa réponse. Il n’en reste pas moins que les caractéristiques des individus les plus performants ou les moins performants des deux échantillons sont similaires.

Les résultats de PIAAC

À partir d’un panel de 160 000 adultes, interrogés dans 24 pays, les principaux résultats de cette évaluation indiqueraient que :

  • les compétences influencent sensiblement les chances de réussite dans la vie;
  • les individus peu compétents ont plus de risque d’être laissés pour compte;
  • les pays dont la population est peu compétente risque de perdre en compétitivité;
  • les inégalités en terme de compétences sont synonymes d’inégalités de revenus;
  • les individus moins compétents ont tendance à indiquer un moins bon état de santé, un faible engagement citoyen et une confiance plus limitée en autrui.

Autrement dit, en moyenne, lorsque les compétences augmentent les risques de chômage s’éloignent, le salaire augmente et le tout offre une opportunité de bien-être.

Où se situent les performances selon le curseur de l’OCDE?

En Finlande et au Japon : un score élevé en lecture permet aux adultes finlandais ou japonais d’interpréter et synthétiser des informations, , effectuer des raisonnements complexes en calcul, mener des tâches en plusieurs étapes, sélectionner des stratégies, argumenter.

Les résultats ne peuvent aussi simplement s’exprimer pour l’ensemble des adultes d’un même pays, des disparités parfois fortes existent entre individus. Si le Japon, l’Australie, la Norvège, les Pays-Bas ou la Suède allie des performances supérieures à la moyenne et un degré d’égalité élevé, l’Allemagne, les États-unis et la France présentent une performance inférieure à la moyenne et des disparités sociales fortes.

Le constat d’une corrélation entre milieu socio-économique et maîtrise des compétences est moins marquée pour les jeunes adultes en Corée ou aux États-Unis mais l’est plus en Australie ou en République slovaque , par exemple. Dans d’autres pays, le fait que l’accès à l’école dépend du milieu social péjore le développement des compétences.

Si la formation scolaire joue un rôle essentiel dans le développement des compétences de base, il semble que de longues études ne soient pas une garantie  de performance plus élevées en littératie et numératie,  compétences, qualifications et niveau scolaire ne sont pas automatiquement corrélées ( Dans certains pays, les adultes ayant achevé leur scolarité en fin de secondaire un niveau de compétence en littératie comparable à des diplômés du tertiaire dans d’autres pays).

De plus, un développement permanent des compétences est le garant d’une adaptation au bouleversements technologiques. Or, celui-ci ne peut s’envisager que dans un continuum de formation,à l’âge adulte, par apprentissage sur le lieu de travail, par une formation informelle ou formelle et par l’usage régulier des compétences acquises, comme par exemple, « dans le cadre professionnel, par exemple, repenser les tâches afin de maximiser la pratique d’activités exigeant d’utiliser les compétences en littératie, en numératie et en informatique doit être envisagé, en parallèle à la mise en œuvre de formations ».

Sources:

  • La synthèse de l’OCDE:
    Des compétences pour la vie? Principaux résultats de l’évaluation des compétences des adultes. Paris: OCDE, 2013.
  • La situation en France :
    – Jonas Nicolas. « Les capacités des adultes à maîtriser des informations écrites ou chiffrées. Résultats de l’enquête PIAAC 2012 ». INSEE premières, n° 1467, octobre 2013.
    – France : évaluation des compétences des adultes, premiers résultats. OCDE, Note par pays, 2013. (données interactives « Education GPS », ici)

 

  1. pour l’instant, il faut être américain, espagnol,  japonais ou tchèque pour tester ses connaissances, ici []
  2. « La littératie est définie comme la capacité de comprendre, d’évaluer, d’utiliser et de s’engager dans des textes écrits pour participer à la société, pour accomplir ses objectifs et pour développer ses connaissances et son potentiel« . []
  3. « La numératie est définie comme la capacité de localiser, d’utiliser, d’interpréter et de communiquer de l’information et des concepts mathématiques afin de s’engager et de gérer les demandes mathématiques de tout un éventail de situations de la vie adulte«  []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *