La Génération Z bouscule le monde de l’entreprise… et l’école ?

Suite au Dossier de veille sur la jeunesse, nous avons été sollicité pour un point particulier du dossier, à savoir les questions que pose l’arrivée des jeunes dans le monde de l’entreprise. Ces jeunes de moins de 20 ans, appelés par certains la Génération Z, semblent remettre en cause les fonctionnements « traditionnels » de l’entreprise et de la formation (alternance, apprentissage, etc.). Si la question est posée par les acteurs de la formation professionnelle, elle fait néanmoins écho aux questions d’ordre pédagogique soulevées par le rapport des jeunes aux apprentissages, au savoir, le tout avec en arrière plan les pratiques et usages numériques des jeunes.

Qu’est-ce que la Génération Z ?

Il y a peu de littérature scientifique sur la question. On pourra relire avec profit le Dossier de veille de Laure Endrizzi (2012) sur la Jeunesse 2.0, ou l’article de son intervention à l’AREF en 2013 (Génération dite Y : quand la recherche empirique contredit le discours commun) dans lequel elle écrivait :

« La génération Z (qui fait suite à la génération Y) ou la génération C (qui crée, communique, collabore) désignerait des personnes exposées dès leur plus jeune âge à l’informatique connectée et ubiquitaire, aux pratiques multimédia nomades, associées notamment au téléphone mobile, aux réseaux sociaux. Les SMS, la musique et l’internet sont leurs médias favoris. On les appelle aussi generation M (pour le fonctionnement multitâche) ou generation text (pour l’usage intensif des SMS). Mais les frontières entre les deux générations restent floues. Les statisticiens, sociologues et autres économistes prompts à raisonner en termes générationnels divergent en effet sur le moment de la transition : certains estiment la durée de vie de la génération Y à une vingtaine d’années (donc une durée équivalente à celle des générations précédentes), d’autres plaident pour une transition accélérée, fixant le passage à la génération Z ou C à la fin des années 1990.En tout état de cause, ces débats restent le fait d’initiés et les discours qui touchent le grand public s’embarrassent rarement de telles nuances. En écho aux digital natives proposés par M. Prensky (2001) pour distinguer les natifs du numérique de leurs parents (digital immigrants), les qualificatifs qui ont suivi, quelle que soit leur popularité, ont en commun de tous adopter une logique binaire : il y aurait ceux qui sont nés entre 1980 et 2000 et les autres, ceux qui possèdent les compétences numériques et les autres. »

Éric Delcroix consacre un blog à la Génération Z. On y trouve des articles, des liens et des références, mais peut-on pour autant croire que cette génération est homogène ? Les fractures numériques existent et parmi elles, la fracture culturelle est la plus difficile à résorber : selon le background culturel et social des jeunes, ils n’appréhendent pas de la même façon le numérique et les usages diffèrent. Si tous ont des usages ludiques, ceux qui investissent la sphère culturelle d’Internet en développent d’autres. Je vous invite à relire l’article d’Internet Actu intitulé : Perdre son temps, la nouvelle fracture numérique.

La Génération Z concerne les jeunes nés après 1995. Ils sont hyperconnectés, l’outil de prédilection étant le smartphone. Ils préfèrent les relations horizontales avec leur pairs que les relations verticales hiérarchiques. Ils sont prêts à s’engager pour une cause, mais de manière ponctuelle et informelle, se méfiant des structures trop organisées. Ils feraient preuve d’optimisme, ce qui change des jeunes de la génération précédente qui estiment faire partie d’une génération sacrifiée.

La Génération Z arrive sur le marché du travail

Reste que cette génération arrive sur le marché du travail et remet en cause les fonctionnements et les hiérarchies établies. Une enquête a été publiée par BNP Paribas et The Boson Project, intitulée « La Grande InvaZion« . Ces jeunes ne se reconnaissent pas dans un fonctionnement top/down, privilégient le réseau et les compétences par rapport au diplôme, veulent des relations professionnelles basées sur la confiance. Leur arrivée bouscule les habitudes et plaide pour un nouveau management entrepreunarial.

Ces aspects ont été au coeur de la discussion sur les jeunes lors de la conférence annuelle des directeurs des Centres de formation par alternance (CFA) de l’académie de Lyon le 5 février 2015, qui rencontrent des difficultés pour s’adapter à ce nouveau public.

Pour aller plus loin :


4 réflexions au sujet de « La Génération Z bouscule le monde de l’entreprise… et l’école ? »

  1. « Ces jeunes ne se reconnaissent pas dans un fonctionnement top/down, privilégient le réseau et les compétences par rapport au diplôme, veulent des relations professionnelles basées sur la confiance. »

    Mais c’est tout moi, ça ! C’est drôle, depuis qu’on peut lire des articles sur le génération Y et ses descendants, je rajeunis d’année en année avec mes bientôt 50 ans 😉 Pas étonnant que j’aie toujours eu du mal à trouver ma place en entreprise – ou plutôt, à trouver des entreprises qui me conviennent !

  2. Très gêné par ces approches (génération Y, génération Z…) qui ne reposent sur aucun fondement un tant soit peu rationnel. Sur la génération « Y » en particulier, cf l’Etude -remarquable – de l’Ecole des Mines sur le sujet, et, si ca ne suffit pas, de Price Waterhouse Cooper, plusieurs dizaines de milliers d’entretiens, qui aboutit aux mêmes conclusions: la génération Y n’existe pas. (Alors la génération Z, pourquoi pas T, U… :-)).
    Cette facilité de pensée présente, indépendamment de son manque de rigueur, deux inconvénients:
    -le premier est de contribuer à une stigmatisation supplémentaire des jeunes (irresponsables, peu impliqués, etc., etc.)
    -le deuxième est de ne pas analyser correctement le phénomène pointé à la fois par l’Ecole des Mines et PWC, qui est celui d’une remise en question de l’entreprise, et d’une volonté nouvelle de mieux concilier vie familiale et vie professionnelle (je fais court). Phénomène touchant TOUTES les générations, et pas une génération « bouc-émissarisée ». Ca change totalement pour moi le mode de management (et de formation) des entreprises de demain.
    Bien à vous.

    1. Merci de votre commentaire. J’avais pris soin de dire dans l’article qu’il n’y a pas vraiment d’étude scientifique sur le sujet. Et je pointe aussi le fait que cette génération n’est pas homogène non plus. Ceci dit, des évolutions sont effectivement en cours, mais je rejoins votre constat, elles dépassent largement la génération appelée Z. Je pense qu’on assiste à une profonde mutation qui affecte tous les individus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *