Le numérique en question : focus sur l’académie de Grenoble

licence CC by – picture by Dr. Avishai Teicher

En octobre se tenait le 4è colloque international de l’ESEN intitulé « Le numérique en question« . Le dossier « Pédagogie + Numérique = Apprentissage 2.0 » y a été présenté au nom de l’IFÉ. Le programme de ces trois journées est accessible en ligne et s’articule autour de trois thématiques : société numérique ; numérique et apprentissages ; vers les écoles du futur.

Ce colloque a été l’occasion de rencontrer des gens intéressants, de mener des discussions passionnées, en plus d’écouter des présentations et de participer à des ateliers.C’est suite à ces rencontres que j’ai été invité à participer à une réunion de l’incubateur numérique éducatif (INÉ) de l’académie de Grenoble, piloté par le Délégué académique au numérique (DAN – Yaël Briswalter). Voici la présentation de cet incubateur sur le site de l’académie de Grenoble :

L’Incubateur du Numérique Éducatif, porté par la Délégation Académique au Numérique, réunit des personnels de direction, des inspecteurs du premier et second degré, des enseignants de l’ESPE, des chercheurs, des représentants de Canopé et du CNED.

La démarche consiste à initier et accompagner des pratiques nouvelles, en mesurer les effets, puis mutualiser les observations, afin d’ajuster l’ensemble des actions, dont la formation, aux besoins.

Ainsi, les visites des écoles et des établissements qui ont été réalisées cette année ont-elle permis de mieux comprendre les conditions nécessaires au développement d’une culture numérique.

Le travail entamé l’an passé par ce groupe a permis de réaliser un « guide du numérique à l’usage des chefs d’établissements« , qui devrait être suivi cette année par un « guide du numérique à l’usage des enseignants » et un « vade-mecum de l’inspection » pour aider à appréhender la question du numérique lors des visites, des entretiens ou autres réunions. On constate que la démarche se base sur trois axes :

  • l’implication des chefs d’établissement ;
  • la mobilisation des corps d’inspection ;
  • la formation des enseignants (privilégier la formation en établissement, la formation individuelle ayant fait la preuve de son inefficacité).

La réunion de l’INÉ a permis de présenter des expérimentations menées en partenariat avec des structures extérieures à l’Éducation nationale : projet de recherche avec l’Université Stendhal, Solution R@CINE développée par la société iskn qui permet avec le dispositif TAMGAM de faire le lien entre les apprentissages utilisant le papier et le crayon et le numérique. Ont aussi été présentées des expérimentations dans des collèges, le dispositif D’COL (développé par le CNED) qui offre aide et soutien aux élèves en difficulté de 6è (et les CM2 des écoles classées REP+), ce qui correspond à 362 élèves à ce jour pour l’académie, la plateforme English for schools (développée par le CNED aussi) pour l’apprentissage de l’anglais en élémentaire, la plateforme « Les fondamentaux«  (réseau CANOPE) qui propose des films d’animation sur les apprentissages fondamentaux en primaire, et le portail éduthèque, qui propose des vidéos de plusieurs plateformes (institution, musées, archives, etc.) utilisables par les enseignants et les élèves.

Toutes ces initiatives sont en fait peu connues des publics concernés, élèves, enseignants et parents. Le dispositif D’COL, s’il n’est pas innovant dans sa conception (ce sont essentiellement des exerciseurs proposés en remédiation aux élèves en difficulté) l’est par contre dans l’accompagnement personnalisé qu’il offre aux élèves. L’articulation avec l’établissement scolaire concerné, la présence d’un tuteur dans l’établissement (souvent un enseignant, pas forcément celui de l’élève) change la relation pédagogique jusque dans la classe.

La question de l’ENT a beaucoup été discutée, suscitant bon nombre de questions (la solution retenue par la Région pour les lycées, qui sera terminée d’être déployée partout en janvier est K-décole). Si le numérique à l’école, ce n’est pas que les ENT, il semble que ce soit la porte d’entrée nécessaire. Avec le risque de se limiter à des (non)usages déjà existants.

J’avais déjà eu l’occasion de m’intéresser à l’académie de Grenoble lors d’une enquête sur les premières expérimentations avec des tablettes pour le compte de la DGESCO. Les expérimentations menées à Grenoble se distinguaient de la plupart des autres par la réflexion pédagogique qui y était menée au préalable. Les expérimentations étaient plus concluantes qu’ailleurs parce qu’elles s’inscrivaient dans un vrai travail en amont, associant les enseignants, le CRDP d’alors, les corps d’inspection et les collectivités territoriales.

L’incubateur numérique éducatif s’inscrit dans cette logique. Et la réflexion qui commence à être menée sur le BYOD (Bring your own device, ou en français : amenez vos appareils numériques) est à ce titre assez intéressante, d’autant que l’Éducation nationale brille plutôt par sa frilosité en la matière. La question de la sécurisation des connexions reste une difficulté et un frein encore actuellement. La manière dont sont menées ces expérimentations, la réflexion collective mise en œuvre peut être source d’inspiration pour les territoires qui n’ont pas encore franchi le pas.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *