Évaluer… une dictée particulière

Dans une classe de troisième du collège de Vérac (Gironde), nous avons observé en janvier 2014* une séance de dictée visant à faciliter l’apprentissage de l’orthographe dans un cadre de confiance collective plutôt que de contrôle individuel.

Au début de la séance, les élèves regroupent leurs tables pour former des groupes de quatre à cinq personnes. Une fois que l’enseignante a fini de dicter le texte, les élèves sont invités à se concerter au sein de chaque groupe sur leurs réalisations. Ils comparent leur travail les uns aux autres, choisissent à la fin ce qu’il leur apparaît comme la « bonne » orthographe et désignent un rapporteur chargé de rendre compte de leurs conclusions.

L’enseignante commence la correction, en demandant à un rapporteur  de venir écrire au tableau « sa » version de la dictée, en présentant les solutions choisies (règles appliquées, interprétation…). Les rapporteurs des autres groupes sont ensuite invités à manifester leur accord ou au contraire leur désaccord avec cette proposition, en étayant leur contre-proposition. Finalement, l’enseignante livre les réponses possibles, corrige éventuellement celles qui sont inexactes, en explicitant les raisons du choix, avant d’inviter le rapporteur d’un autre groupe pour la phrase suivante, etc.

Ce qui est au centre de cette situation de « dictée » c’est par conséquent l’organisation d’un débat argumenté sur les règles orthographiques et grammaticales. Le processus collectif permet de diminuer la pression liée à la performance individuelle pour libérer de l’attention au bénéfice de la tâche d’apprentissage : les élèves sont moins accaparés par la peur de l’erreur ou la recherche de la tactique la plus payante (y compris la triche…) pour obtenir le meilleur score final. L’évaluation est utilisée pour renforcer la compréhension des règles de la langue et ne constitue pas un objectif en soi.

Il convient de reconnaître que la réussite de cette séquence pédagogique repose d’abord sur le fait que le travail en groupe et ses contraintes (déplacer les tables, prendre la parole alternativement, choisir un rapporteur…) constitue une routine pour les élèves dans ce collège et ne constitue plus une occasion de désorganisation chronophage dans la classe.

Elle repose aussi sur un investissement de l’enseignant dans l’explicitation, l’argumentation et la coordination des réponses, sans doute plus exigeant que pour une dictée « traditionnelle ».

* La séquence observée s’est inscrite dans notre participation, à l’invitation de l’équipe pédagogique de l’établissement, à deux jours de travail et de réflexion organisée au sein du collège Vérac comme point de bilan/étape de leurs expérimentations (le collège Vérac a remporté le prix de l’école au salon de l’innovation 2013).


Une réflexion au sujet de « Évaluer… une dictée particulière »

  1. Bonjour,

    Je pratique de cette manière depuis plusieurs années. Je fais faire aux élèves des matches d’orthographe;
    Nous constituons des équipes, équilibrées… Chacune d’entre elles désigne son rapporteur, qui peut ne pas être le même tout au long de la séance.
    L’équipe 1 envoie son rapporteur au tableau et je dicte la première phrase. Le rapporteur l’écrit et les membres de l’équipe doivent l’aider à la corriger pendant 2 minutes. S’ils n’y parviennent pas, le rapporteur de l’équipe 2 et son équipe s’y essaient et ainsi de suite jusqu’à ce que la phrase soit correcte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *