L’évaluation des élèves… en conférence nationale

Ça y est, c’est parti, l’évaluation est sur le devant de la scène pour six mois.

Plusieurs signes avant-coureurs avaient laissé présager de cette nécessaire réflexion (espérée) d’envergure: les relations scabreuses entre le Brevet des collèges et l’évaluation par compétences; les rôles contestés du baccalauréat ex-sésame, détrôné par la précocité des admissions post-bac, symbole de rituel de passage, vieillissant et onéreux; la difficile gestation des préconisations du Conseil supérieur des programmes, empêchée par de nombreux débats et réticences et qui évoque le minimum « syndical » sur ce que devraient être ou ne pas être les procédures d’évaluation.

La conférence nationale sur l’évaluation des élèves a été lancée  (il s’agira de bien l’attraper), aujourd’hui 24 juin 2014. Le ministre Benoît Hamon a donné son sentiment, demandant à toute la communauté scientifique et aux professionnels de l’éducation de se mobiliser de juillet à décembre 2014.

« La démarche est inédite : elle vise à faire adopter par des représentants de la communauté éducative et de la société civile, réunis dans un jury composé d’acteurs et d’usagers du système éducatif, des recommandations fondées sur les résultats de la recherche, les connaissances scientifiques, les pratiques de terrain nationales et internationales » (Ministère de l’éducation nationale).

Les questions mises en débat:

– Comment l’évaluation peut-elle être au service des apprentissages des élèves et participer à leurs progrès ?
– Comment rendre compte aux familles des progrès des élèves ?
– Quelle place et quelle forme de la notation dans l’évaluation des élèves ?
– Quels doivent être les moments de l’évaluation dans les parcours des élèves ?
– Comment mobiliser les évaluations dans la détermination des parcours des élèves, leurs choix d’orientation et les procédures d’affectation ?

Les réponses se construiront au fil des réunions de groupes de travail et lors de la semaine de l’évaluation, en décembre, faite d’auditions et débats publics.

Nous avons programmé depuis quelques mois la réalisation d’un Dossier de Veille de l’IFÉ sur l’évaluation des élèves (alors que l’actualité frémissait à peine).   Les premières pages de cette revue de littérature de recherche sont en phase avec les questions posées (ou l’inverse?), preuve que la recherche peut contribuer  aux débats.

Les auteurs de cette synthèse (Olivier Rey et Annie Feyfant) persévèrent dans leurs efforts, assurés d’avoir des encouragements pour ces premiers éléments qu’ils jugent honorables même s’ils peuvent mieux faire.  Ce n’est pas encore  gagné pour « les félicitations » lors de l’évaluation sommative, à parution, mais heureusement, on échappera à l’évaluation notée, qui nous aurait certainement démotivés pour les prochains Dossiers !

Le document remis lors de la conférence de presse, ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *